Les changes ont pesé sur les résultats 2013 de Michelin

par Gilles Guillaume

Partager

PARIS (Reuters) - Michelin a fait état mardi d'une baisse de son bénéfice opérationnel et de son bénéfice net en 2013, conséquence notamment d'effets de changes particulièrement négatifs, mais a proposé néanmoins un dividende en légère hausse.

Le fabricant de pneumatiques, qui a également fortement réduit sa dette grâce à une hausse de son cash flow libre, a dégagé sur l'exercice écoulé un résultat opérationnel avant éléments non récurrents de 2,23 milliards d'euros, en repli de 7,8%, et un bénéfice net, part du groupe, de 1,13 milliard d'euros (-24,4%).

"Le résultat opérationnel subit essentiellement un fort effet de parité lié au renforcement de l'euro à partir de l'été qui pèse pour 230 millions d'euros sur l'ensemble de l'année", a souligné Michelin dans un communiqué.

L'évolution des monnaies avait conduit le groupe à relever à l'automne son estimation des effets de change négatifs sur l'année, évalués jusque-là entre 100 et 150 millions. Ces effets de changes pourraient compromettre certains objectifs de son plan stratégique 2015 car Michelin les a confirmés mais "exprimés en parités moyennes 2012."

Si les volumes du groupe sont restés stables, ses ventes nettes ont baissé de 5,7% à 20,25 milliards d'euros, conséquence notamment des pressions sur les prix qui se sont traduites par un effet prix-mix négatif de 516 millions d'euros.

Michelin, qui dit prévoir pour 2014 un rebond de 3% de ses volumes, a proposé de verser un dividende de 2,50 euros par action, contre 2,40 euros au titre de l'exercice écoulé.

La hausse du cash flow libre après investissement en 2013, à 1,15 milliard d'euros contre 1,07 milliard en 2012, a permis au groupe de ramener sa dette nette à un niveau historiquement bas de 142 millions d'euros l'an dernier, contre plus d'un milliard l'année précédente.

En 2014, Michelin compte générer un cash flow libre structurel supérieur à 500 millions d'euros, après 599 millions en 2012 et 749 millions en 2013, un niveau atteint notamment grâce à la baisse des coûts des matières premières, notamment le caoutchouc naturel, mais aussi les dérivés du pétrole.

Edité par Gwénaëlle Barzic

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS