L'Usine Energie

Les centrales à charbon d’EON dans la tourmente en France

,

Publié le

Un comité central d’entreprise (CCE) est prévu à la fin du mois de septembre.

Les centrales à charbon d’EON dans la tourmente en France © ianrthorpe - Flickr - c.c.

En juin dernier, la filiale française de l’électricien allemand EON a fait part de sa volonté de fermer 5 tranches sur les sept que comptent ses 4 centrales à charbon. Il s’agit de Saint-Avold en Moselle, Hornaing dans le Nord, Lucy en Saône-et-Loire, et la centrale de Provence, à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

La société Sparkling s’est montrée intéressée pour la reprise de quatre des cinq tranches qui doivent fermer. Mais EON ne laisserait  planer aucun espoir sur cette proposition de reprise, selon Jean-Pierre Damm, responsable FO chez EON France.

EON "ne veut pas changer sur le fond le plan industriel", qui prévoit la fermeture de 5 tranches et affirme que "des communications internes à EON disent clairement : on va fermer, on trouvera une solution par des mesures d'accompagnement", a-t-il expliqué à l'AFP.

En effet, EON a hérité ces centrales de la SNET (Société nationale d'électricité thermique) et la direction du groupe estime qu’elles sont condamnées à cause du durcissement prévu d'ici 2015 de la législation environnementale européenne.

"Industriellement, on va fermer les cinq tranches à charbon. Donc, on va socialement supprimer 535 emplois et puis tout le monde pense qu'on va socialement accepter ça par des mesures acceptables", a déploré Jean-Pierre Damm. Pour FO, l’essentiel reste "le maintien de l'outil industriel".

"Nous souhaitons qu'on regarde de très près le projet de reprise de Sparkling, dont EON a clairement exprimé qu'il ne voulait pas en entendre parler" et pour lequel "le gouvernement ne veut pas diligenter une expertise pour voir si le projet est viable", a-t-il ajouté M. Damm, soulignant que les salariés d'EON sont ainsi "doublement condamnés" par leur employeur et par l'Etat.

La reconversion à la biomasse

Mais seules 5 tranches sont concernées, les 2 tranches restantes (situées à Hornaing et en Provence) doivent faire l'objet de reconversion à la combustion de biomasse.

Mais l’incertitude plane. La semaine dernière, un représentant de la CGT déclarait à La Tribune qu'il s'agissait de "leurres". Il a dit craindre l'abandon de ces projets, en raison notamment d'incertitudes sur leur financement, qui nécessiterait de très lourdes subventions.

Le député EELV des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert, dont la circonscription inclut Gardanne, a quant à lui envoyé ce lundi une lettre ouverte, dont l'AFP a reçu une copie. Il y réclame la convocation en urgence d'une table ronde sur l'avenir de la centrale de Provence, réunissant Etat, collectivités, salariés, direction et autres parties prenantes.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte