Les Bourses restent fragiles au lendemain d'une mauvaise chute

par Patrick Vignal
Partager
Les Bourses restent fragiles au lendemain d'une mauvaise chute
Les Bourses européennes reculent mardi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 0,28%. À Francfort, le Dax cède 0,35% et à Londres, le FTSE abandonne 0,7%. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait tenter de rebondir mardi à l'ouverture tandis que les Bourses européennes reculent à mi-séance, une certaine nervosité régnant encore sur les marchés d'actions après le coup de tabac de la veille.

Les craintes liées à la propagation du coronavirus, qui ont fait vivre lundi aux Bourses européennes leur pire séance depuis mi-2016 et fait perdre plus de 1.000 points au Dow Jones, restent bien présentes même si la baisse des indices est moins marquée.

Les contrats à terme sur les indices new-yorkais ont réduit leurs gains mais prennent encore de 0,3% à 0,6% à l'approche de l'ouverture.

En Europe, les Bourses ont ouvert en hausse avant de se retourner rapidement.

À Paris, le CAC 40 perd 0,28% à 5.775,83 vers 12h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,35% et à Londres, le FTSE abandonne 0,7%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,48%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,41% et le Stoxx 600 de 0,36%.

Les autorités sanitaires chinoises ont déclaré mardi avoir recensé la veille 508 nouveaux cas de contamination au coronavirus, portant à 77.658 le nombre de personnes atteintes en Chine continentale depuis le début de l'épidémie.

La Corée du Sud a pour sa part recensé 60 cas supplémentaires, portant à 893 le nombre de patients diagnostiqués dans le pays. Un troisième cas a été signalé en Espagne, l'Iran a enregistré son quatorzième décès tandis que l'Autriche et la Croatie sont touchées à leur tour.

"Le scénario de rebond rapide de l'activité économique au deuxième trimestre n'est plus privilégié par une majorité d'investisseurs", écrivent les analystes de Saxo Banque.

"Tout porte à croire que l'impact économique de la crise va perdurer bien plus longtemps qu'initialement prévu", ajoutent-ils. "La seule certitude que nous avons à ce stade est que la fuite vers la liquidité et vers les valeurs refuge va perdurer".

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Pratiquement tous les indices sectoriels européens sont dans le rouge avec un repli particulièrement marqué pour le secteur bancaire (-1,25%), pénalisé par les anticipations de baisse des taux d'intérêt de la part des grandes banques centrales face à la crise sanitaire.

L'indice Stoxx de l'automobile, très exposé à la Chine, perd 0,58% après avoir cédé lundi 5,5%.

Les plus fortes baisses du CAC 40 sont pour Accor, Crédit agricole et BNP Paribas, qui perdent chacun plus de 2%.

Le groupe français de prêt-à-porter SMCP, propriétaire des marques Sandro, Maje, Claudie Pierlot et De Fursac, chute pour sa part de plus de 8% après avoir annoncé que ses ventes et sa rentabilité en Chine étaient "sensiblement impactées" par l'épidémie de coronavirus.

Contre la tendance, l'action Carrefour gagne 1,27%, en tête du CAC, portée par le relèvement de recommandation de Morgan Stanley à "surpondérer".

TAUX

Les rendements obligataires se stabilisent après avoir chuté mardi, celui des Treasuries à 10 ans s'équilibrant autour de 1,3755% après un creux la veille à 1,3520%, non loin de son plus bas historique à 1,321% touché en juillet 2016.

Le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro se maintient autour du plus bas de quatre mois à -0,50% touché la veille en séance.

CHANGES

Les anticipations de baisse des taux de la Réserve fédérale face à l'épidémie de coronavirus, couplées à la forte baisse des rendements obligataires américains lors de la séance précédente, pèsent sur le dollar, ce qui permet à l'euro de revenir à 1,083.

PÉTROLE

Les cours du pétrole restent soumis aux craintes persistantes liées à la propagation du coronavirus en Chine et à ses répercussions sur la demande.

Le baril de Brent cède 0,3% à 56,13 dollars, après avoir perdu 3,8% la veille, et le brut léger américain (WTI) perd 0,29% à 51,43 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

CLAUDIE PIERLOT

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS