Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les Bourses montent encore, le sterling chute avec les doutes sur le Brexit

Publié le

par Blandine Henault

Les Bourses montent encore, le sterling chute avec les doutes sur le Brexit
Les Bourses européennes ont terminé vendredi en hausse une semaine faste après avoir largement relativisé les derniers développements sur le commerce. À Paris, le CAC 40 a clôturé sur un gain de 0,78%. Le Dax allemand a avancé de 0,85% et le Footsie britannique a grimpé de 1,67%. /Photo d'archives/REUTERS/Simon Dawson
© Simon Dawson

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé vendredi en hausse une semaine faste après avoir largement relativisé les derniers développements sur le commerce, tandis que la livre sterling a été affectée par des craintes que Londres et Bruxelles ne parviennent pas à un accord sur le Brexit.

À Paris, le CAC 40 a clôturé sur un gain de 0,78% à 5.494,17 points, ce qui porte à 2,65% son rebond sur la semaine.

Le Dax allemand a avancé de 0,85% et le Footsie britannique a grimpé de 1,67% à la faveur de la chute de la livre sterling qui a profité à ses valeurs exportatrices.

L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,81%, le FTSEurofirst 300 s'est adjugé 0,53% et le Stoxx 600 a gagné 0,43%.

Ce dernier indice affiche une progression hebdomadaire de 1,7%, l'EuroStoxx 50 signant pour sa part une dixième séance consécutive dans le vert, ce qui constitue une série sans précédent depuis 1997.

CHANGES

La livre sterling a chuté lourdement vendredi face au dollar et à l'euro après l'allocution de la Première ministre britannique Theresa May qui a évoqué la possibilité qu'aucun accord ne soit conclu entre Londres et Bruxelles sur les conditions du Brexit.

La devise britannique, qui évoluait déjà en baisse dans la matinée, a creusé ses pertes pour chuter de 1,5% face au dollar et de 1,2% face à l'euro à la clôture des marchés en Europe.

Il s'agit de son plus fort repli en séance depuis onze mois face au dollar et depuis cinq mois face à l'euro.

Le dollar a en profité pour reprendre des couleurs face à un panier de devises de référence après avoir touché jeudi un creux de deux mois et demi..

Le billet vert s'achemine malgré tout vers un repli de plus de 1% depuis le début de la semaine, sa plus forte baisse depuis février.

De son côté, l'euro a brièvement repassé dans la matinée la barre symbolique de 1,18 dollar pour la première fois depuis le 14 juin, avant d'être pénalisé par la publication des chiffres des PMI flash.

Les premiers résultats des enquêtes mensuelles Markit auprès des directeurs d'achats de la zone euro ont effet montré un ralentissement plus marqué qu'attendu de la croissance de l'activité.

L'euro est ainsi redescendu autour de 1,1740.

AUX VALEURS

Les craintes entourant le Brexit ont pénalisé certaines valeurs exposées au Royaume-Uni, à l'instar de Renault (-2,13%, plus forte baisse du CAC 40) et Peugeot (-1,88%) à Paris.

Le compartiment automobile a néanmoins progressé de 0,26%, portant sa progression à 4,55% sur la semaine, à la faveur du soulagement général observé sur le dossier du commerce international.

Le secteur des matières premières, autre industrie qui avait souffert ces derniers mois de la montée des barrières commerciales, a gagné 1,71%.

En tête du SBF 120, le cimentier Vicat a avancé de 6,74% après l'annonce de discussions avec le brésilien Ciplan susceptibles de déboucher sur une opération de croissance externe.

A la baisse, les spécialistes européens cotés de la livraison de repas ont souffert après les informations de presse sur un possible rachat de Deliveroo par Uber, qui pourrait nourrir la concurrence sur un marché appelé à se consolider: Just Eat a notamment cédé 4,8%.

Le groupe industriel britannique Smiths a chuté quant à lui de 4,43% après des résultats inférieurs aux attentes du marché.

A WALL STREET

A la clôture des marchés en Europe, la Bourse de New York évolue en ordre dispersé : le Dow Jones et le S&P gagnent respectivement 0,39% et 0,22%, à des niveaux records, tandis que le Nasdaq Composite plie de 0,05%, pénalisé par le refonte prochaine de la catégorisation sectorielle de S&P qui affecte les valeurs de la technologie et de la consommation.

"Nous voyons des investisseurs utiliser cette refonte sectorielle comme une excuse pour prendre des profits sur ces valeurs technologiques à forte croissance", indique Chad Oviatt, directeur des investissements chez Huntington Private Bank.

TAUX

Les rendements des emprunts d'Etat ont été orientés à la baisse en Europe après leur poussée des derniers jours.

Le rendement du Bund allemand à dix ans est revenu à 0,46% après avoir brièvement franchi la barre de 0,5% lors des deux séances précédentes.

Le repli a été beaucoup plus marqué pour les rendements des emprunts d'Etat italiens, celui de la dette à 10 ans ayant perdu plus de six points de base, à quelques jours de la présentation par Rome de son budget pour 2019.

Outre-Atlantique, le 10 ans américain évolue autour de 3,075% après un pic la veille à 3,096%, un plus haut depuis le 18 mai.

PÉTROLE

Les cours du brut sont volatils avant la réunion, dimanche à Alger, des membres de l'Opep et d'autres gros producteurs de pétrole, sur les moyens de compenser la réduction attendue de l'offre pétrolière de l'Iran en raison des sanctions américaines.

Le Brent évolue autour de 79,70 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) remonte autour de 70,60 dollars.

ÉMERGENTS

Les derniers tarifs douaniers annoncés respectivement par les Etats-Unis et la Chine ont été perçus comme moins dommageables que redouté sur l'économie et permettant une poursuite des négociations. Les investisseurs espèrent également que la Chine mettra en oeuvre des mesures de relance de l'économie qui viendraient limiter l'impact des tarifs douaniers.

Dans ce contexte, les Bourses chinoises ont nettement rebondi cette semaine, l'indice CSI 300 des principales entreprises de Chine continentale ayant bondi de 5,19%, sa plus forte progression hebdomadaire depuis novembre 2015.

Ce rebond a profité à l'ensemble des marchés d'actions émergents. Leur indice MSCI gagne vendredi 1,52% et s'achemine vers un gain hebdomadaire de plus de 2%.

La semaine aura aussi été bénéfique pour les devises émergentes, dont l'indice MSCI évolue au plus haut depuis plus de trois semaines.

A SUIVRE LUNDI :

Les marchés seront fermés au Japon et en Chine. A Wall Street, les investisseurs surveilleront les grandes valeurs de la technologie, de la consommation et des télécoms dans le cadre de la refonte des indices sectoriels de S&P qui entrera en vigueur lundi.

(Édité par Patrick Vignal)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle