Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les Bourses grimpent, l'euro et les taux baissent après Draghi

Publié le

par Laetitia Volga

Les Bourses grimpent, l'euro et les taux baissent après Draghi
Les principales Bourses européennes évoluent en nette hausse mardi. Après une ouverture dans le rouge, l'indice CAC 40 gagne désormais 1,06% vers 09h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,78% et à Londres, le FTSE progresse de 0,44%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach
© Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en nette hausse mardi tandis que l'euro et les rendements des emprunts d'Etat de la zone euro reculent après les commentaires de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, qui s'est dit prêt à assouplir la politique monétaire si l'inflation restait faible.

Après une ouverture dans le rouge, l'indice CAC 40 gagne désormais 1,06% à 5.448,23 points vers 09h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,78% et à Londres, le FTSE progresse de 0,44%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,92%, le FTSEurofirst 300 de 0,75% et le Stoxx 600 de 0,72%.

La Banque centrale européenne (BCE) devra assouplir encore sa politique, peut-être en réduisant encore ses taux ou en rachetant des actifs, si l'inflation ne converge pas vers son objectif proche de 2%, a déclaré mardi le président de l'institution, Mario Draghi, lors du forum annuel de la BCE à Sintra, au Portugal.

Le discours de Mario Draghi "semble indiquer clairement que la banque centrale prépare les marchés à prévoir une politique monétaire plus accommodante cette année," commente Neil Wilson chez Markets.com.

"Cela correspond tout à fait à notre idée de longue date selon laquelle la BCE serait finalement obligée d'en faire plus pour stimuler une économie en difficulté en zone euro", ajoute-t-il.

Le discours de Mario Draghi intervient dans le cadre d'une semaine chargée sur le front des banques centrales. Aux Etats-Unis, la Fed, qui entame ce mardi la réunion de deux jours de son comité de politique monétaire (FOMC), devrait sans surprise laisser ses taux inchangés mais les investisseurs sont surtout dans l'attente d'indications sur une possible baisse des taux à venir avec en toile de fond le risque d'une escalade des tensions entre Américains et Chinois sur le commerce.

Les réunions de la Banque d'Angleterre, de la Banque de Norvège et de la Banque du Japon sont aussi attendues dans les prochains jours.

Coté indicateurs, le moral des investisseurs allemands s'est nettement dégradé en juin, l'indice de l'institut d'études ZEW le mesurant est ressorti à -21,1 contre -5,9 attendu par le consensus.

VALEURS

En Europe, le compartiment bancaire, pénalisé par la perspective de taux d'intérêt durablement bas, enregistre la plus forte baisse sectorielle avec un repli de 0,36%.

A Paris, Crédit Agricole (-1,40%), Société générale (-0,90%) et BNP Paribas (-0,70%) comptent parmi les rares valeurs dans le rouge.

Les fabricants de semi-conducteurs souffrent pour leur part de l'avertissement de Siltronic, qui chute de 14,19% à la Bourse de Francfort. Le fabricant de puces a dit s'attendre à une baisse sensible de ses ventes au deuxième et troisième trimestres par rapport au début d'année en raison des restrictions américaines aux exportations vers la Chine.

Cet avertissement sur résultats, qui fait suite à celui de Broadcom aux Etats-Unis jeudi, fait également baisser AMS (-4,76%) et STMicro (-2,35%), la plus forte baisse du CAC 40.

Infineon perd 4,96% après avoir annoncé lundi soir une augmentation de capital destinée à lever 1,5 milliard d'euros pour financer en partie l'acquisition de l'américain Cypress Semiconductor.

Parmi les plus fortes hausses du Stoxx, Accor gagne 3,03%, bénéficiant d'un relèvement de recommandation de Bernstein et d'une note sectorielle de Citi qui estime que l'Europe et la France seront les seules régions à dégager une forte croissance du revenu par chambre disponible sur les deux prochains trimestres.

CHANGES

Les déclarations accommodantes de Mario Draghi ont entrainé une baisse de l'euro, qui tombe sous la barre de 1,12 dollar, à un plus bas de deux semaines.

Logiquement, l'"indice dollar", qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, remonte et prend environ 0,15%.

Le dollar australien tombe à un plus bas depuis début janvier face au dollar américain, affecté par le compte-rendu de dernière réunion monétaire de la Banque de Réserve d'Australie (RBA) qui laisse la porte ouverte à une nouvelle baisse de taux pour relancer la croissance des salaires et l'inflation.

De son côté, la livre sterling se stabilise après avoir touché un creux de plus de cinq mois face au dollar et à l'euro en raison des inquiétudes grandissantes de voir Boris Johnson, favorable à un Brexit dur, devenir le prochain Premier ministre britannique.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans cède près de cinq points de base à -0,293%, après avoir touché la barre de -0,30%, un plus bas record. L'OAT de même échéance lâche plus de sept points de base, à 0,023%, après avoir touché 0,018%, là aussi un creux historique.

Le rendement des obligations du Trésor américain à dix ans évolue en baisse de quatre points de base, autour de 2,044%.

EN ASIE

La prudence des investisseurs l'a emporté au Japon où le Nikkei a reculé de 0,72%. L'indice composite de la Bourse de Shanghai a fini pour sa part en hausse de 0,09% et le CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a gagné 0,35%.

La Bourse de Hong Kong a poursuivi son rebond (+1%) sur fond d'apaisement des tensions dans la région.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en légère hausse lundi, valeurs technologiques en tête, dans l'attente de la réunion de la Réserve fédérale qui devrait ouvrir la voie à une baisse des taux dans le courant de l'année.

L'indice Dow Jones et le S&P-500, plus large, ont pris 0,09%. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 0,62%.

PÉTROLE

Les cours du brut sont en baisse en raison des craintes d'un ralentissement de la demande. Le Brent recule à 60,34 dollars le baril et le brut léger américain évolue sous 52 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle