Les Bourses européennes terminent en hausse avec le commerce

Publié le

par Laetitia Volga

Les Bourses européennes terminent en hausse avec le commerce
Les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse 0,22%. Le Footsie britannique a gagné 0,18% et le Dax allemand a pris 0,91%. /Photo prise le 17 octobre 2019/REUTERS/Ralph Orlowski
© RALPH ORLOWSKI

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi, soutenues par la perspective de résolution du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine alors que l'imbroglio sur le Brexit se poursuit.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse 0,22% à 5.648,35 points. Le Footsie britannique a gagné 0,18% et le Dax allemand a pris 0,91%.

L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,58%, le FTSEurofirst 300 de 0,64% et le Stoxx 600 de 0,61%.

Les dernières nouvelles en provenance de Washington sur les relations commerciales ont relancé les espoirs d'une issue positive sur ce dossier sensible et contribué à la hausse du marché.

Si les discussions autour de la finalisation de la "phase 1" du traité commercial entre la Chine et les Etats-Unis se passent bien, l'administration Trump pourrait retirer les droits de douane qu'elle menace d'appliquer en décembre sur les dernières importations chinoises pas encore taxées, a déclaré lundi le conseiller économique à la Maison blanche.

"Toute évolution positive sur le commerce suscite l'enthousiasme même s'il est trop optimiste de croire que les Etats-Unis et la Chine parviendront à un accord commercial total à la mi-novembre", a déclaré Robert Pavlik, chez SlateStone Wealth LLC.

Il n'y aura pas de nouveau débat ce lundi sur l'accord de Brexit à la Chambre des communes, a annoncé lundi son président, John Bercow, repoussant une ultime tentative de Boris Johnson visant à faire ratifier le texte de manière accélérée.

Le "speaker" a expliqué que les Communes s'étaient déjà prononcées à ce sujet samedi en adoptant un amendement qui reporte tout vote sur le Brexit tant que la législation nécessaire à son application n'a pas été votée au Parlement.

Cette annonce, qui n'a pas surpris les marchés, n'a eu logiquement aucun impact sur la tendance.

Les investisseurs semblent toujours privilégier le scénario d'un Brexit ordonné. "Un divorce ordonné reste l'issue la plus plausible selon nous, mais pas nécessairement au 31 octobre", a déclaré Paul Hollingworth, économiste en chef de BNP Paribas, ajoutant qu'il s'attendait à ce que "le sentiment haussier se maintienne".

VALEURS

En Bourse en Europe, les secteurs sensibles à la thématique commerciale ont progressé avec des gains de 1,94% pour l'indice Stoxx des ressources de base et de 1,09% pour l'automobile.

ArcelorMittal a fini en tête du CAC avec un gain de 2,59%.

A Francfort, le Dax a été porté par Wirecard qui a pris 6,14% après avoir annoncé avoir chargé KPMG d'un audit à la suite d'une enquête du Financial Times l'accusant d'avoir gonflé artificiellement ses résultats financiers.

A WALL STREET

La Bourse de New York, portée par les espoirs sur le commerce, progressait au moment de la clôture en Europe. Les fabricants de semi-conducteurs progressent: Nvidia, Micron Technology et Advanced Micro Devices gagnent entre 2,5% et 3,4%.

Le Nasdaq Composite gagne 0,78%, le Standard & Poor's 500 prend 0,48% et l'indice Dow Jones avance de seulement 0,07%, pénalisé par une nouvelle chute de Boeing.

Le titre de l'avionneur perd 3,54%, après avoir déjà perdu 6,75% vendredi après des révélations de l'agence Reuters, qui a rapporté que le groupe avait transmis à l'Agence fédérale de l'aviation civile (FAA) des messages internes semblant indiquer que l'autorité de régulation a été induite en erreur sur le 737 MAX.

Si la séance est calme en termes de résultats trimestrielles, le reste de la semaine sera animé par ceux de Boeing, Microsoft, Procter & Gamble et Caterpillar. Les bénéfices des composants du S&P-500 au troisième trimestre sont attendus en baisse de 3,1% en moyenne, selon les données de Refinitiv.

TAUX

S'il favorise la hausse des actions, le regain d'appétit pour le risque fait souffrir les emprunts d'Etat, ce qui se traduit par une remontée des rendements. L'optimisme lié à l'amélioration des relations commerciales et à la perspective d'un Brexit ordonné ont en effet détourné les investisseurs du marché obligataire.

Le 10 ans allemand, la référence en Europe, a gagné quatre points de base à -0,345%, proche d'un pic de trois mois. Son équivalent britannique a grimpé à 0,75%, prenant également quatre points de base.

Aux Etats-Unis, le 10 ans prend trois points de base à 1,794%.

CHANGES

Du côté des devises, le billet vert est stable face à un panier de devises de référence dont l'euro, qui recule autour de 1,114 dollar.. La livre sterling est inchangée face au dollar.

PÉTROLE

Le marché pétrolier ne profite pas du regain d'espoirs sur le commerce et reste inquiet des répercussions du ralentissement économique sur la demande mondiale de brut.

Le baril de Brent de mer du Nord perd 1,5%, à 58,53, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1,36% à 53 euros.

(Édité par)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte