Les Bourses européennes terminent en baisse

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, effaçant une partie des gains enregistrés la veille, tandis que Wall Street perdait du terrain alors que la Fed se réunit ce mardi et mercredi pour un Comité de politique monétaire crucial au terme duquel elle annoncera si elle entame le dénouement de son plan de rachats d'actifs.

Partager

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,24% (51,24 points) à 4.068,64 points. Le Footsie britannique a perdu 0,55% et le Dax allemand 0,86%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 lâchait 1,24% et le FTSEurofirst 300 0,80% à 16h45 GMT.

En France, comme ailleurs, l'avertissement sur résultats lancé par CGG a pesé sur la tendance et tout particulièrement sur les valeurs parapétrolières. CGG a abaissé sa prévision de résultat opérationnel (Ebit) pour l'exercice 2013 en raison de la dégradation des conditions de marché dans les services parapétroliers.

Le titre a fini en baisse de 16,85%, emmenant dans son sillage Technip (-4,54%), plus forte baisse du CAC-40, Petroleum Geo-Services (-4,69%) Petrofac (-3,73%)et Saipem (-2,32%). L'indice Stoxx du secteur européen de l'énergie a cédé 1,08%.

Les valeurs cycliques ont été délaissées. Lafarge a perdu 2,49%, Vinci 2,74%, Saint-Gobain 1,49% et Accor 1,01%.

A Wall Street, le Dow Jones cédait 0,24% au moment de la clôture européenne, le S&P-500 0,49% et le Nasdaq 0,39%. On y retient l'envolée de 27,2% affichée par KKR Financial Holdings dans le sillage de l'annonce de son rachat par sa maison mère KKR.

Sur le marché des changes, la livre a fortement reculé contre le dollar, tombant en séance à un plus bas de six semaines après l'annonce d'un ralentissement de l'inflation britannique revenue en novembre à un plus bas de quatre ans.

Le marché obligataire reste stable, les rendements à dix ans des Treasuries sont peu changés autour de 2,85%, tandis que leurs homologues allemands évoluent peu, à un niveau proche de 1,83%.

La perspective d'une diminution des rachats d'actifs par la Fed joue sur les cours du brut, certains intervenants craignant qu'elle se traduise par un ralentissement économique et, partant, de la demande.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS