Les Bourses européennes progressent timidement avant l'audition de Powell

par Laetitia Volga

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les Bourses européennes progressent timidement avant l'audition de Powell
Wall Street devrait ouvrir proche de l'équilibre mardi tandis que les Bourses européennes évoluent en hausse modérée à mi-séance. À Paris, le CAC 40 prend 0,15% à 6.612,73 vers 11h20 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,07% et à Londres, le FTSE avance de 0,29%. /Photo prise le 21 juin 2021/REUTERS

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait ouvrir proche de l'équilibre mardi tandis que les Bourses européennes évoluent en hausse modérée à mi-séance, les investisseurs attendant les commentaires du président de la Réserve fédérale américaine sur les perspectives d'inflation et la politique monétaire. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,2% pour le Nasdaq et quasiment inchangée pour le S&P-500 et le Dow Jones. À Paris, le CAC 40 prend 0,15% à 6.612,73 vers 11h20 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,07% et à Londres, le FTSE avance de 0,29%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est stable, l'EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,11% et le Stoxx 600 de 0,08%.

Alors que les marchés sont dans le doute quant au calendrier de resserrement de la politique monétaire aux Etats-Unis, l'audition au Congrès de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, pourrait apporter des éclaircissements sur le changement de cap qu'entend entreprendre l'institution qui a pris les marchés au dépourvu la semaine dernière en se montrant moins accommodante que prévu.

Après la clôture des marchés américains lundi, la Fed a publié la déclaration que fera Jerome Powell à l'ouverture de son audition à 18h00 GMT, déclaration dans laquelle il met en avant "l'amélioration soutenue" de la situation économique aux Etats-Unis et estime que si l'inflation a "progressé de manière notable", cette poussée devrait se dissiper.

Son homologue de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, en Europe, a rassuré les marchés lundi en déclarant que l'accélération des prix aux Etats-Unis aurait peu d'impact sur ceux de la zone euro.

Toutefois selon des sources proches d'institution, les responsables de la politique monétaire de la BCE ont encore des divergences concernant la stratégie à mener en matière d'inflation. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET [nL5N2O428G

VALEURS EN EUROPE

Le secteur immobilier signe la plus forte progression en Europe, avec une hausse de 0,86% pour son indice Stoxx.

A Paris, Unibail-Rodamco-Westfield (+2,89%) est en tête du CAC 40, devant TechnipFMC (+1,66%) qui bénéficie du niveau élevé des cours pétroliers.

Ainsi à Londres, Royal Dutch Shell et BP gagnent respectivement 1,62% et 1,45%, les premiers contributeurs à la hausse de l'indice Footsie 100.

EssilorLuxottica affiche une perte de 0,92% après avoir déclaré étudier toute les options concernant le projet de rachat du néerlandais Grandvision - qui chute de {GVNV.AS1;PCTCHNG:2%) - suite à la décision d'un tribunal arbitral reconnaissant Grandvision coupable de violations de l'accord de rapprochement.

Vivendi s'octroie 0,73% après que ses actionnaires ont approuvé à la quasi-unanimité le projet de scission d'Universal Music Group (UMG) dont la cotation pourrait par ailleurs commencer le 21 septembre à Amsterdam.

CHANGES

Au lendemain d'une séance de prises de profit, le dollar reprend sa marche en avant contre un panier de devises internationales alors que la Fed a signalé mercredi qu'elle pourrait relever les hausses plus tôt que prévu.

L'indice dollar gagne 0,15%.

L'euro recule de 0,17%, sous 1,19 dollar.

TAUX

Les rendements obligataires de référence ont effacé leurs gains de la matinée et sont désormais stable en attendant l'intervention de Jerome Powell.

Le dix ans américain s'affiche à 1,4835% et le rendement du Bund allemand à dix ans est inchangé autour de -0,17% après avoir inscrit un pic d'un mois en séance à -0,146%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en léger repli après un début de séance en hausse, tiré par les perspectives de reprise de la demande, qui a permis au Brent de franchir le seuil des 75 dollars le baril pour la première fois depuis avril 2019.

Le Brent abandonne 0,53% à 74,5 dollars après un pic à 75,3 et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI)cède 0,69% à 73,15 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Sophie Louet)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS