Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les Bourses européennes hésitantes en ouverture

Publié le

par Wilfrid Exbrayat

Les Bourses européennes hésitantes en ouverture
Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note hésitante mardi. À Paris, l'indice CAC 40 laisse 0,08% vers 07h35 GMT. À Francfort, le Dax grappille 0,01% et à Londres, le FTSE avance de 0,03%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach
© Kai Pfaffenbach

Les entreprises citées

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note hésitante mardi, les traders se montrant circonspects alors que démarre tout juste la nouvelle "saison" des résultats trimestriels.

À Paris, l'indice CAC 40 laisse 0,08% à 5.573,86 points vers 07h35 GMT. À Francfort, le Dax grappille 0,01% et à Londres, le FTSE avance de 0,03%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,09%, le FTSEurofirst 300 0,09% aussi et le Stoxx 600 0,05%.

Les places européennes avaient terminé dans le vert lundi, portées par des indicateurs chinois qui s'étaient révélés meilleurs que prévu.

Les résultats d'entreprise trimestriels vont tenir le haut du pavé dans les semaines qui viennent, partageant cependant la vedette avec les grandes banques centrales.

La Réserve fédérale et la Banque centrale européenne (BCE) tiendront leur réunion de politique monétaire ce mois-ci et les marchés attendent d'elles qu'elles se montrent accommodantes face à un environnement économique mondial jugé particulièrement incertain.

Les marchés évaluent en particulier à 100% la probabilité d'une baisse de taux d'un quart de point par la Fed.

Pour ce qui est des résultats de sociétés, l'entame ne convainc pas.

Citigroup, qui a lancé lundi aux Etats-Unis le coup d'envoi des publications du deuxième trimestre, a annoncé un bénéfice supérieur aux attentes, mais une légère contraction de sa marge d'intérêts.

"Il est évident que le plus gros risque pour le rallye récent est la saison des résultats", constate Ryan Felsman (CommSec).

Plusieurs statistiques sont également attendues dans le courant de la journée.

En Europe, l'indice allemand ZEW du sentiment des investisseurs sera

vraisemblablement suivi, tandis qu'aux Etats-Unis, ce seront les ventes au détail qui accapareront au premier chef l'attention des investisseurs. Elles sont attendues en hausse de 0,1% en juin.

VALEURS

Au plan sectoriel, l'indice européen de la chimie gagne 0,20%, soutenu par Bayer (+2,5%) qui réagit favorablement au fait qu'un juge américain a décidé de réduire les indemnités d'un Californien qui a accusé le Roundup, herbicide à base de glyphosate de Monsanto, filiale du groupe allemand, d'être à l'origine de son cancer.

La plus forte hausse sectorielle revient au secteur de la santé avec un gain de 0,46%.

Burberry signe la meilleure performance de l'indice Stoxx 600 pour le moment, avec un gain de 8,2%. Le groupe de luxe britannique a annoncé mardi une progression nettement plus marquée que prévu de ses ventes à magasins constants au cours du premier trimestre de l'exercice 2019-2020, ses performances ayant été portées par les collections de son nouveau styliste, l'Italien Riccardo Tisci.

Bonne hausse également pour le norvégien Schibsted (+3,67%). Le propriétaire du site Leboncoin, a déclaré mardi envisager des acquisitions après la mise en Bourse réussie de son site de petites annonces Adevinta même si ses résultats du deuxième trimestre n'ont guère dépassé les attentes des analystes.

A l'inverse, l'opérateur télécoms Telenor laisse 3,1%, plus forte perte de l'indice Stoxx 600, en réaction à ses résultats du deuxième trimestre.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo, fermée lundi, a terminé en baisse, les investisseurs n'appréciant pas le ralentissement de la croissance chinoise.

L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) a gagné 0,44%.

L'indice des valeurs vedettes chinoises CSI300 a fini en baisse de 0,5%, tandis que l'indice composite de la Bourse de Shanghai a terminé sur un recul de 0,2%.

La tendance des places asiatiques a été globalement irrégulière, dans l'attente des ventes au détail américaines et des prochains résultats de sociétés des Etats-Unis pour jauger l'état de santé de la première économie mondiale.

A WALL STREET

Wall Street a fini sur une note stable lundi après ses records de la semaine dernière, à la suite d'indicateurs économiques mitigés en Chine et de résultats peu convaincants de Citigroup.

L'indice Dow Jones a gagné 27,13 points, soit 0,10%, à 27.359,16. Le S&P-500, plus large, a pris 0,53 point, soit 0,02%, à 3.014,30. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 13,69 points (+0,17%) à 8.257,84 points et affiche son quatrième record de clôture d'affilée.

TAUX

Le rendement du 10 ans américain, qui avait ouvert lundi à un pic d'un mois de 2,15%, grâce à des statistiques chinoises jugées globalement satisfaisantes, prenait 0,5 point de base à 2,0973%.

Le deux ans, suivi de près en tant qu'étalon des anticipations des traders sur l'évolution du taux des Fed funds de la Réserve fédérale, prenait 1,1 point de base à 1,8436%.

Le rendement du Bund à 10 ans gagnait 0,2 point de base à -0,2930%.

CHANGES

Le dollar était stable face à un panier de devises de référence.

Les fluctuations sont limitées à l'approche des réunions de politique monétaire, ce mois-ci, de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Toutes deux devraient confirmer leur biais accommodant, pense-t-on sur le marché.

PÉTROLE

Les cours fléchissent modérément après leur recul de la veille, avec une reprise de la production dans le golfe du Mexique qui avait été momentanément et partiellement suspendue en raison du passage de l'ouragan Harry durant le week-end dernier.

Le Brent cède 0,1% à 66,4 dollars le baril, tandis que le WTI texan laisse 0,25% à 59,4 dollars.

Par ailleurs, la production américaine de schistes devrait atteindre un nouveau record, ce qui déprime les cours. Elle dépasse déjà à présent les 12 millions de barils par jour (bpj), sapant les efforts de l'Opep et de ses alliés qui encadrent leur propre production afin de réduire les stocks mondiaux.

(Edité par Marc Joanny)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle