L'Usine Agro

Les boissons énergisantes présentent des risques pour la santé, selon l’Anses

, ,

Publié le

Associée à l’alcool ou à des exercices sportifs, les boissons dites énergisantes provoqueraient des risques d’accidents cardiovasculaires, des effets psycho-comportementaux ou neurologiques, selon un avis publié par l’Anses. De quoi relancer l’idée d’une taxe sur ces boissons, déjà évoquée en 2012. 

Les boissons énergisantes présentent des risques pour la santé, selon l’Anses © Nattu - Flickr - C.C.

Haro sur les boissons dites "énergisantes" (BDE) !  Dans un avis rendu public ce 1er octobre, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) met en garde contre la consommation de les boissons de type Red Bull, Monster ou Burn. "Leur consommation associée à certaines pratiques comme la prise d’alcool ou des exercices physiques peut générer des accidents cardiaques graves chez les porteurs de prédispositions génétiques, souvent non diagnostiquées", a expliqué Marc Mortureux, le directeur général de l’Anses, lors de la présentation du rapport.

Sous surveillance depuis leur première mise sur le marché en France en 2008, en raison d'effets indésirables suspectés (notamment cardiaques), ces boissons contenant pour 96 % de la caféine, 52 % de la taurine et 33 % de la glucuronolactone, connaissent un succès exponentiel. Leur consommation progresse de plus de 10 % chaque année, selon nos confrères du magazine LSA, sur un marché estimé à près de 130 millions d’euros en France. Près de 9 millions de Français de plus de 14 ans consomment ces boissons "énergisantes", un terme purement commercial sans encadrement réglementaire spécifique, selon l'Anses. 

L’agence s’est auto-saisie d’une étude en août 2012, sur ces boissons. "257 cas de pathologies chez des consommateurs ont été rapportés, principalement des accidents cardiovasculaires, des effets psycho-comportementaux ou neurologiques", a détaillé Irène Margaritis, professeur en médecine à l’unité d'évaluation sur la nutrition à l’Anses.

La relance d’une taxe ?  

L’Anses recommande une consommation modérée de ces boissons, et plus particulièrement pour les enfants, adolescents, les femmes enceintes et allaitantes, et d’éviter de les consommer avec de l’alcool ou pendant une activité physique. "Nous appelons les pouvoirs publics à la mise en œuvre de mesures visant à encadrer la promotion de ces boissons envers les publics sensibles et dans des contextes de consommation à risques (festifs, sportifs, etc.)", a insisté Irène Margaritis.

Voilà qui pourrait donner du grain à moudre au gouvernement pour relancer une taxe sur les boissons énergisantes. Le projet, déjà évoqué à l’automne 2012, avait été retoqué par le Conseil constitutionnel en décembre dernier. Plusieurs voix se sont déjà élevées en ce sens ce 1er octobre, suite à la publication du rapport. Gérard Bapt, rapporteur socialiste du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée, devrait déposer un amendement dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014. Il proposera une taxe d'un montant de 50 centimes par litre.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte