Quotidien des Usines

Les bérets béarnais de Laulhère vont équiper tous les corps de l’armée française

, ,

Publié le

La PME Laulhère, basée à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), vient de remporter un nouvel appel d'offres de trois ans pour fabriquer les bérets de l'armée française. Depuis son rachat en 2012 par le groupe toulousain Cargon, la société a retrouvé un second souffle et le chemin de la croissance.

Les bérets béarnais de Laulhère vont équiper tous les corps de l’armée française
Les bérets béarnais de Laulhère vont équiper tous les corps de l’armée française.
© Laulhère

Laulhère vient de signer un nouveau contrat de trois ans avec l'armée française. Elle devrait lui fournir entre 60 000 et 150 000 bérets. "Pourtant, nous étions plus chers que les concurrents", souligne Mark Saunders, le directeur commercial et marketing. Mais, l'un des derniers fabricants français de bérets a fait la différence sur sa qualité, le "made in France", et sa capacité à produire du sur-mesure sur son site d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques). En l’occurrence, 81 bérets de types différents. "Nos bérets ont la meilleure laine et sont imperméables", met-il en avant.

Laulhère est aujourd'hui la seule entreprise française à fabriquer intégralement le béret en France, de la confection à la teinture, avec uniquement des produits de qualité.

Crédits Laulhère - L'entreprise Laulhère devrait fournir entre 60 000 et 150 000 bérets à l'armée française.

Les effectifs ont doublé en quatre ans

Pour autant, cette activité pour les armées ne représente plus que 35% du chiffre d'affaires de cette PME béarnaise. Elle emploie aujourd'hui 44 salariés, contre 25 au moment du rachat. Car, la marque Laulhère a failli disparaître sous l'effet de la concurrence des bérets asiatiques à prix cassés. En dépôt de bilan, la société mère, Béatex, fondée en 1840, a été reprise, en 2012, à la barre du tribunal, par le groupe Cargo, fin connaisseur du secteur. Promodis, sa filiale spécialisée dans les équipements pour l'armée française, la gendarmerie et les pompiers, était le premier client de Laulhère.

Rosabelle Forzy, PDG de Laulhère, a su faire renaître la société en modernisant l’outil de production, avec plus d’1 million d’euros d’investissement et en misant sur le "haut de gamme". En février 2014, elle a aussi racheté Blancq-Olibet, l’autre producteur historique de bérets béarnais. Désormais, Laulhère se développe à l'étranger, en particulier en Asie.

En 2015, son chiffre d'affaires a atteint 2,6 millions d'euros et a enregistré une progression de 34%. A l'export, les ventes ont grimpé de 34% en 2015. La marque Laulhère est aujourd’hui présente au Japon, à Hong-Kong, en Corée du Sud. Cette année, elle va se déployer en Chine. Tirée par la demande à l'étranger, Laulhère espère réaliser 3 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016.

Nicolas César

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte