Les banques coupent la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux

Le consortium bancaire qui finance le projet de ligne à grande vitesse Sud-Europe Atlantique suspend ses versements.

Partager

Le conflit se durcit entre la SNCF et Lisea, la filiale de Vinci chargée de financer, construire puis gérer la LGV Tours-Bordeaux. Le consortium bancaire qui prête 3 milliards d'euros à Lisea, sur les 7,8 milliards du projet, vient de lui annoncer la suspension de ses paiements. L'information, dévoilé par le journal 20 minutes, est confirmée par Lisea. En l'occurrence, il manquerait une cinquantaine de millions d'euros pour ce mois de novembre.

La réaction des banques créancières est brutale, mais somme toute logique, car le mode de remboursement des emprunts est subordonné aux redevances des péages que Lisea percevra en exploitant la ligne. En prônant un service minimum, la SNCF a placé Lisea dans une situation délicate, puisque ces redevances ne seront pas au niveau espéré.

16,5 dessertes au lieu de 19 espérées

Le PDG de Lisea, Laurent Cavrois, a eu beau plaider pour une desserte volontariste, il n'a pas obtenu gain de cause. L'an passé, les collectivités locales avaient tiré la sonnette d'alarme en déplorant un nombre de dessertes revues à la baisse. Alain Juppé, maire de Bordeaux, revendiquait 19 dessertes quotidiennes. La SNCF en proposait 13,5. Après la médiation de Jean Auroux, l'Etat a accordé 16,5 dessertes à la capitale de la région Aquitaine en octobre.

Sur place, le chantier de génie civil est très avancé, notamment dans les départements traversés, la Charente, la Vienne et l'Indre-et-Loire. Tout le ballast est posé. Les poteaux des caténaires sont intégralement dressés sur les quelque 300 km de la ligne. Et Cosea, la filiale travaux de Lisea, avance bon train pour tirer les câbles. Quant aux rails, les chantiers se poursuivent. Cosea approche du point final, à savoir les connexions avec les lignes classiques au nord de Libourne (Gironde) et au sud de Tours (Indre-et-Loire). Dans le planning initial, les premières rames d'essai devraient circuler "à blanc" dès l'été 2016. La mise en service était prévue en juillet 2017.

Trois milliards d'euros d'emprunts bancaires

Cette annonce des banques met la pression sur Lisea, mais aussi sur l'Etat et la SNCF. Laurent Cavrois nous affirmait récemment que Lisea avait répondu à un appel d'offres, se positionnant à 400 millions d'euros sous l'estimation fixée par les concédants. Et que les péages étaient fixés par RFF et la SNCF à l'époque. Il rappelait également que le contrat de concession comporte une "clause de bonne fortune : si les recettes sont supérieures aux prévisions, il y a un partage entre le concédant et le concessionnaire". Manière de dire qu'une SNCF ambitieuse gagnerait de l'argent sur cette ligne.

Au-delà de cet accroc entre une entreprise d'infrastructures et ses banques, il faut aussi voir une remise en cause des financements publics-privés des infrastructures. Pour mémoire, le financement de la LGV se répartit comme suit : 3,8 milliards par Lisea-Vinci, dont 800 millions de fonds propres et 3 milliards d'emprunts bancaires, 3 milliards par l'Etat et des collectivités locales, 1 milliard par SNCF Réseau.

Stéphane Frachet

Chiffres clés

Tours-Bordeaux : 302 km de ligne nouvelle

1360 km de rails

320 km/h en vitesse commerciale

Paris-Bordeaux : 2h05

Coût : 7,8 milliards d'euros

Mise en service : juillet 2017

0 Commentaire

Les banques coupent la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS