Quotidien des Usines

LES AUTRES CHAMPIONS

, , , ,

Publié le

N°1 MONDIAL

N°1 EUROPÉEN

POUR LES SAXOPHONES PROFESSIONNELS HAUT DE GAMME

HENRI SELMER

Paris XIe

Le choix de l'excellence

Maceo Parker, Sonny Rollins, Claude Bolling Big Band... les plus grands noms du jazz ou de la musique classique et les plus grands orchestres s'équipent chez Henri Selmer. Dans sa spécialité d'instruments à vent, saxophones (plus de la moitié de l'activité), mais aussi clarinettes (depuis 1898), cuivres ou accessoires (becs ou étuis), l'entreprise parisienne, dont le site de production se situe depuis 1919 à Mantes-la-Ville, a fait le choix du haut de gamme. Une stratégie payante. Dans le domaine des saxophones professionnels, Henri Selmer détient les trois quarts du marché mondial. Ses exportations vers 60 pays représentent les trois quarts de ses ventes. Et son chiffre d'affaires s'est accru de plus d'un tiers au cours des cinq dernières années. Pour protéger son savoir-faire, la PME a déposé une vingtaine de brevets. Et pour maintenir son niveau de qualité, elle consacre 3 % de son chiffre d'affaires à la R&D.

Création : 1885

Activité : instruments de musique à vent

Dirigeant : Patrick Selmer

Actionnariat : familial

CA 2002 : 35,9 millions d'euros

Marge nette : 7 %

Effectif : 630

N°2 MONDIAL

N°1 EUROPÉEN

POUR LES MODULES DE RADIOCOMMUNICATIONS DANS L'AUTOMOBILE ET ENTRE MACHINES

WAVECOM

ISSY-LES-MOULINEAUX (HAUTS-DE-SEINE)

Le filon du sans fil

Conception de circuits numériques et fréquences radio, architecture de puces électroniques et intégration de l'ensemble de ces domaines... Spécialiste de la technologie sans fil, Wavecom consacre près d'un quart de son chiffre d'affaires à la R&D et a déposé 75 brevets. L'entreprise d'Issy-les-Moulineaux développe les systèmes de communication sans fil pour des clients qui ne disposent pas des compétences techniques nécessaires. Premier marché, celui des applications dites « verticales » : la communication entre machines, les applications de boucle locale radio ou encore l'automobile. Sur ce segment (48 % du chiffre d'affaires) Wavecom se situe au deuxième rang mondial. Deuxième débouché, les équipements personnels de communication sans fil, téléphones portables et ordinateurs de poche connectés. Dans ce domaine, les clients sont essentiellement asiatiques. D'une manière générale, la croissance record de l'entreprise (2 700 % entre 1998 et 2002) provient, pour l'essentiel, des marchés étrangers (98 % du chiffre d'affaires).

Création : 1993

Activité : modules de radiocommunications

Dirigeant : Aram Hékimian

Actionnariat : public, 59,6 % et dirigeants, 27,1 %

CA 2002 : 551 millions d'euros

Marge nette : 7,6 %

Effectif : 860, dont 575 en région

N° 2 MONDIAL

N° 1 EUROPÉEN

POUR LES MATÉRIELS ET LOGICIELS DE TRAITEMENT DU COURRIER

NEOPOST

BAGNEUX (HAUTS-DE-SEINE)

Gestes simples, technologies de pointe

Avec un portefeuille de 120 000 clients, Neopost conforte sa position de numéro 2 mondial (26 % de part de marché), premier en Europe (38 %) et en France (34,4 % ) pour les matériels de traitement du courrier. Une activité de niche où l'enjeu est d'automatiser un maximum de gestes quotidiens. Ouverture de lettres, systèmes de mise sous plis, compostage et chrono datage, protection et endos de chèques, adressage sur enveloppes, pesage, calcul des frais postaux, affranchissement, destruction de documents, gestion de messageries... Autant de tâches dont la simplification est en vogue dans les entreprises. Neopost se porte bien. Son succès tient à sa politique d'innovation : en six ans, la société a doublé son budget de R&D (5 % du chiffre d'affaires). Toutes les familles de produits bénéficient de technologies de pointe. Objectifs à moyen terme : augmenter sa couverture géographique et, en parallèle, accroître sa productivité.

Création : 1992

Activité : solutions de traitement du courrier

Dirigeant : Jean-Paul Villot

Actionnariat : flottant (98 %)

CA 2003 : 761 millions d'euros

Marge nette : 9,2 %

Effectif : 552

N° 1 MONDIAL

N° 1 EUROPÉEN

POUR LES HERBES AROMATIQUES CULINAIRES SURGELÉES

DAREGAL

MILLY-LA-FORÊT (ESSONNE)

Un marché créé de toute pièces

Daregal a vu le jour au milieu des années 60, sur les fondations d'une entreprise agricole familiale longtemps spécialisée dans la culture de plants d'asperges et de fraisiers. En 1976, alors que l'activité d'herbes aromatiques déshydratées, développée depuis vingt ans, s'essouffle, l'entreprise se lance dans le surgelé. Personne n'y croyait. Aujourd'hui, Daregal est le leader mondial de la spécialité. La concurrence avec Gilbert Ducros a fait long feu. Certes, ce dernier, après avoir sollicité en 1989 Daregal pour développer des plantes aromatiques surgelées destinées au grand public, s'est lancé quelques années plus tard à son compte sous la marque Gyma. Mais finalement Daregal l'a emporté. En juillet 2001, l'entreprise de Milly-La-Forêt rachète Gyma. Elle détient désormais 60 % du marché mondial des plantes aromatiques surgelées.

Création : 1887

Activité : production et transformation de plantes aromatiques culinaires

Dirigeant : Luc Darbonne

Actionnariat : familial

CA 2002 : 67 millions d'euros

Marge nette : 1,8 %

Effectif : 420, dont 340 en région

N° 1 MONDIAL

N° 1 EUROPÉEN

POUR LES SPECTROMÈTRES RAMAN ET LES RÉSEAUX DE DIFFRACTION

JOBIN YVON

LONGJUMEAU (ESSONNE)

La diffraction au service de l'analyse des gaz

Forte d'une expérience de plus de quarante ans dans la spectrométrie, la société Jobin Yvon a construit sa technologie autour de l'effet Rama. Ce phénomène permet entre autre de définir la composition d'un gaz ou d'analyser l'atmosphère. Leader mondial pour la conception des spectromètres Raman, la société Yvon Jobin, filiale depuis 1997 du groupe japonais Horiba, et les trois sociétés qu'elle regroupe (Spex, Dilor et Instruments SA), proposent une gamme complète d'appareils analytiques, de recherche ou industriels. Elle a également acquis l'activité ellipsométrie laser de Philips et la société IBH connue pour son savoir-faire technologique dans l'instrumentation de la mesure de fluorescence. L'entreprise a reçu en 2000 une distinction de la Nasa pour ses réseaux de diffraction pour des expériences spatiales telles que le télescope de l'espace Huble.

Création : 1819

Activité : composants et systèmes de spectroscopie optiques d'analyses pour la recherche et l'industrie

Dirigeant : Gilbert Hayat

Actionnariat : groupe Horiba (Japon)

CA 2002 : 53 millions d'euros

Marge nette : 4,8 %

Effectif : 300

N°2 MONDIAL

N°1 EUROPÉEN

POUR LES ÉQUIPEMENTS DE STATIONS DE CONTRÔLE SATELLITES

ENERTEC

CLAMART (HAUTS-DE-SEINE)

De l'aéronautique aux transports publics

La société, créée il y a quarante ans, appartenait à Schlumberger Industries jusqu'en 1997, date à laquelle elle a été rachetée par voie de LBO. Son coeur de métier : les systèmes d'acquisition, de stockage et de traitement des données. Enertec a d'abord travaillé avec le secteur aéronautique et s'est imposée comme le leader des systèmes de transmission d'informations entre les stations de contrôle et les satellites. Mais cette niche, qui représente près d'un quart de l'activité, a pâti du ralentissement du secteur aéronautique. Le chiffre d'affaires d'Enertec n'a progressé que de 14 % en cinq ans. Toutefois, la croissance devrait reprendre grâce à l'effort de R&D (20 % du chiffre d'affaires en 2003) et la diversification dans un nouveau domaine, les transports publics. Depuis 2002, l'entreprise fournit à la RATP des équipements de vidéosurveillance de bus.

Création : 1997

Activité : enregistreurs de données

Dirigeant : Jean-Loup Rousseau

Actionnariat : LP2C, majoritaire, et dirigeants

CA 2003 : 25 millions d'euros

Marge nette : 3,6 %

Effectif : 180

N°1 EUROPÉEN

POUR LES SOLUTIONS DE YIELD MANAGEMENT

OPTIMS

EVRY (ESSONNE)

Optimiser les réservations

Le yield management permet de calculer, en temps réel, les meilleurs prix d'un produit ou d'un service en fonction de la quantité disponible et de l'évolution de la demande. La méthode est apparue dans les années 80 aux Etats-Unis, en pleine période de déréglementation du secteur aérien. Optims, qui est cotée au Nouveau Marché depuis juin 2000, propose des progiciels de gestion et des outils de réservation et de distribution électroniques. Ses clients ? Quelque 5 500 établissements dans l'hôtellerie, la restauration, les centres de vacances ou le tourisme. Parmi eux, de grands groupes comme Envergure, Accor, Nouvelles Frontières ou Sodexho. Optims, qui réalise 40 % de son chiffre d'affaires dans 70 pays, a enregistré une croissance de 22 % au cours des cinq dernières années. Afin de s'adapter en permanence à la demande, la PME consacre environ 10 % de son chiffre d'affaires à la R&D.

Création : 1978

Activité : éditeur de solutions technologiques pour l'hôtellerie, la restauration et le tourisme

Dirigeant : Antoine Medawar

Actionnariat : management (31,5 %), Amadeus (30 %), public (20,5 %) et investisseurs (18 %)

CA 2003 : 28 millions d'euros

Marge nette : négative

Effectif : 280, dont 170 en région

N°3 EUROPÉEN

N°1 FRANÇAIS

POUR LES MACHINES D'IMPRESSION DIRECTE SUR OBJETS

MACHINES DUBUIT

NOISY-LE-GRAND (SEINE-SAINT-DENIS)

Un pro du marquage

Sérigraphie hautes cadences sur tubes, marquage à chaud sur tubes et flaconnettes pour le packaging cosmétique, sérigraphie offset pour CD et DVD, tampographie pour l'industrie automobile et l'horlogerie : dans les techniques d'impression directe sur objets, la société Machines Dubuit propose la gamme d'équipements la plus large au monde. A l'origine : le dépôt d'un brevet, en 1929, sur le marquage des ampoules pharmaceutiques. Puis, après la Seconde Guerre mondiale, l'introduction de la sérigraphie en Europe. Aujourd'hui, leader en France avec plus de 50 % du marché, l'entreprise familiale détient aussi une part de marché de 20 % en Europe et réalise plus des deux tiers de son chiffre d'affaires à l'exportation. Son avance technologique lui permet de faire face à la concurrence des pays à bas coûts. Environ 10 % du chiffre d'affaires est alloué à la R&D et une vingtaine de brevets sont déposés chaque année. Les ventes ont progressé de plus de 50 % ces cinq dernières années.

Création : 1932

Activité : machines d'impression

Dirigeant : Jean-Louis Dubuit

Actionnariat : familial

CA 2002 : 35 millions d'euros

Marge nette : N.C.

Effectif : 250, dont une centaine en région

N° 1 MONDIAL

POUR LES BOUTONS DE PORTE DES TRAINS

EAO SECME

OZOIR-LA-FERRIèRE (SEINE-ET-MARNE)

Des boutons de portes aux claviers

Leader mondial pour les boutons de porte de trains avec 80 % de part de marché et de grands clients comme le groupe Bombardier, Secme est aussi l'une des plus anciennes entreprises françaises dans les composants électromécaniques tels que les interrupteurs à levier, les commutateurs, les compteurs électromécaniques ou les touches miniatures. En 1995, alors qu'elle oriente son activité vers les claviers, l'entreprise de Seine-et-Marne est rachetée par le groupe familial suisse EAO, spécialiste des touches et boutons poussoirs électromécaniques. Trois ans plus tard, EAO Secme abandonne des produits vieux de trente ans pour s'attaquer au marché des bornes interactives, des kiosques, des bornes de télécommunications et des terminaux de paiement. L'entreprise est numéro 1 européen et français pour les claviers antivandales utilisés sur des bornes internet comme celles qui équipent la gare londonienne de Waterloo.

Création : 1932

Activité : claviers électromécaniques ou sensitifs, faces-avant et composants mécaniques passifs

Dirigeant : Loïc Gauthier

Actionnariat : EAO AG (Suisse)

CA 2002 : 11,1 millions d'euros

Marge nette : 1,1 %

Effectif : 80

N°2 EUROPÉEN

N°1 FRANÇAIS

POUR LES FOURS TUBULAIRES DE PROCÉDÉS

HEURTEY PETROCHEM

VINCENNES (VAL-DE-MARNE)

Equipementier incontournable de la pétrochimie

50 % du marché français, 20 % du marché européen : Heurtey Petrochem détient une position incontournable dans les fours de procédés, principaux équipements de chauffe nécessaires à la transformation du pétrole et du gaz naturel en produits dérivés. L'entreprise les conçoit, en réalise les études et les fabrique avec des sous-traitants chaudronniers. Ses clients ? Les grandes compagnies pétrolières et pétrochimiques ou des sociétés d'ingénierie internationales. L'activité d'Heurtey Petrochem s'inscrit dans une logique de grands projets. Du coup son chiffre d'affaires varie sensiblement d'un exercice à l'autre. Mais l'entreprise a su s'adapter à l'évolution de son marché de niche. Tout d'abord par l'internationalisation de ses activités : les exportations représentent plus de 90 % du chiffre d'affaires (50 % il y a dix ans), avec une présence dans le monde entier, à l'exception du marché domestique nord-américain. Ensuite, par une plus forte présence dans la maintenance, pour améliorer le rendement des fours, baisser leur consommation, les émissions polluantes et les nuisances sonores.

Création : 1953

Activité : société d'ingénierie

Dirigeant : Michel Pingeot

Actionnariat : management (52 %), Gemmes (28 %), Crédit Lyonnais (20 %)

CA 2003 : 35,4 millions d'euros

Marge nette : 3,9 %

Effectif : 140, dont 77 en région

N° 1 EUROPÉEN

N° 1 FRANÇAIS

POUR LES SOLUTIONS DE MIGRATION

METAWARE TECHNOLOGIES

LE PECQ (YVELINES)

Du neuf avec du vieux

Fondée en 1994 par deux ingénieurs, Bernard Joseph et Jean-Luc Bellet, Metaware Technologies intervient auprès des grandes entreprises pour rénover leurs systèmes d'information. La PME des Yvelines a en effet mis au point, avec le soutien de l'Anvar, le logiciel de rénovation automatique Phoenix, deux à trois fois plus rapide que les méthodes traditionnelles. Principal source de gain de temps et d'argent : la possibilité de conserver les logiciels existant tout en les adaptant aux nouveaux besoins. Les clients ? Des entreprises dotées de gros systèmes d'information, en particulier dans la banque et l'assurance comme BNP Paribas ou le Crédit Agricole, mais aussi la RATP, EDF, ou encore le ministère des Finances belge pour la conversion des programmes lors du passage à l'euro. Avec un procédé qui lui ouvre en outre les marchés étrangers, Metaware Technologies enregistre une forte croissance : son chiffre d'affaires a augmenté de 154 % au cours des cinq dernières années.

Création : 1994

Activité : rénovation des logiciels et des systèmes des grandes entreprises

Dirigeant : Jean-Luc Bellet

Actionnariat : fondateurs 80 %, AXA 16% et salariés 4%

CA 2003 : 15 millions d'euros

Marge nette : 3,5 %

Effectif : 75

N° 1 EUROPÉEN

N° 1 FRANÇAIS

POUR LES GANTS DE PROTECTION

COMASEC

GENNEVILLIERS (HAUTS-DE-SEINE)

Assurer la sécurité au travail

En 1948, Francis Bérend, père de l'actuel dirigeant de Comasec, fait figure de précurseur. Il est le premier à introduire le plastique sur le marché européen des gants. L'entreprise familiale s'est depuis lors spécialisée dans les équipements de protection. Elle est, entre autres, le fournisseur des Soldats 2000 de l'Otan pour les gants de protection nucléaire. Comasec mise également sur le service. L'entreprise des Hauts-de-Seine propose des audits de sécurité sur le terrain avec préconisation des équipements adaptés. Mais aussi les Comabox, des distributeurs automatiques d'EPI (équipements de protection individuelle). En 2003, elle a encore élargi sa gamme de produits, en rachetant au groupe britannique SSL International son activité de gants de protection industrielle, Marigold Industrial. Un regroupement qui conforte sa présence dans plus de 80 pays avec 7 usines et 4 centres de recherche, soit 1 700 personnes à travers le monde

Création : 1948

Activité : gants de protection à usage industriel et gants de ménage

Dirigeant : Pascal Bérend

Actionnariat : familial

CA 2002 : 48 millions d'euros

Marge nette : N. C.

Effectif : 265, dont 65 en région

N° 1 MONDIAL

POUR LES ENCLENCHEURS

ETNA INDUSTRIE

ARGENTEUIL (VAL-D'OISE)

Une niche dans le transport de l'énergie

A ses débuts, en 1942, la société Etna Industrie fournissait des matériels d'équipements ferroviaire et automobile dont des crics hydrauliques, utilisés sur les voitures Renault. Vint ensuite la création du premier démarreur oléohydraulique pour moteur de bateau, suivi par le matériel de régulation des fluides. Aujourd'hui, leader incontesté sur le marché français des commandes hydrauliques pour disjoncteurs, Etna est également devenu le leader mondial des enclencheurs, appareils utilisés par des laboratoires de puissance électrique, comme le CESI ou EDF Renardière, afin de tester les disjoncteurs en imposant des courant court-circuits aux apprareils électriques. On retrouve ses produits dans de nombreuses installations à travers le monde. Désormais, l'entreprise du Val-d'Oise, qui a déjà directement pris pied sur les marchés britannique, hongrois, italien, coréen et du Moyen-Orient, souhaite relancer ses marchés aux Etats-Unis, où le transport de l'énergie souffre d'un équipement médiocre.

Création : 1942

Activité : hydraulique et pneumatique

Dirigeant : Claude Gratzmuller

Actionnariat : familial

CA 2002 : 9,7 millions d'euros

Marge nette : N.C.

Effectif : 63

N°2 MONDIAL

N°2 EUROPÉEN

POUR LES MONTURES PERCÉES SANS ENTOURAGE

MINIMA

LINAS (ESSONNE)

Lunettes minimalistes

Maurice Timon, le P-DG-fondateur de Minima, a d'abord distribué des montures auprès des opticiens. Se faisant, il a eu l'idée de créer un modèle pour tous ceux qui n'aiment pas porter des lunettes. En 1994, il a mis au point, avec Gilbert Chamby, un opticien suisse, des montures en titane, innovantes, discrètes et très légères. Minima s'est alors spécialisée dans la fabrication et la distribution de ces produits, en France et dans le monde. Un franc succès. L'entreprise, dont le chiffre d'affaires a doublé au cours des cinq dernières années, réalise 40 % de son chiffre d'affaires à l'exportation et compte cinq filiales hors des frontières : au Canada, en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis et en Suisse. Son principal concurrent : Silhouette, un fabricant autrichien, qui propose aussi des lunettes à monture fine mais sans charnière. Principale parade : l'innovation, aussi bien au niveau du design que de l'ergonomie. L'entreprise de l'Essonne, qui a déposé une dizaine de brevets et modèles, consacre 5 % de son chiffre d'affaires à la R&D.

Création : 1979

Activité : lunettes en titane

Dirigeant : Maurice Timon

Actionnariat : dirigeant, à 99,6 %

CA 2002 : 10 millions d'euros

Marge nette : 7 %

Effectif : 48

N° 3 MONDIAL

N° 2 EUROPÉEN

POUR LES ELECTROVANNES POUR MACHINES À CAFÈ

ERA-SIB

ARGENTEUIL (VAL-D'OISE)

Maîtriser les chocs thermiques

La machine à café nous vient des Etats-Unis. Depuis son apparition en France dans les années 60, la société Era-Sib a saisi le créneau de l'électrovanne utilisée sur ce type de distributeurs. Sur ce marché de niche, l'entreprise du Val-d'Oise est aujourd'hui numéro 2 européen, troisième acteur mondial et conforte sa place de leader français. Les raisons d'un tel succès ? Pilotée par un électro-aimant agissant sous simulation électrique, l'électrovanne, qui conditionne par son action l'ouverture et la fermeture du système de distribution de café, se doit d'être résistante puisqu'elle est soumise à des chocs thermiques répétés (en 15secondes, la température de l'eau atteint 90°C). Era-Sib est l'un des seuls acteurs à maîtriser la technicité adéquate basée sur l'emploi de céramique. Ses clients, des fabricants de distributeurs, sont une cinquantaine dans le monde. Era-Sib exporte 45 % de sa production, vers l'Europe et les Etats-Unis.

Création : 1961

Activité : électrovannes pour la distribution automatique de boisson

Dirigeant : Pierre Kuchly

Actionnariat : groupe Mirabelle

CA 2002 : 4,8 millions d'euros

Marge nette : 6,3 %

Effectif : 45

N° 3 EUROPÉEN

N° 1 FRANÇAIS

POUR LES SOLUTIONS DE DUPLICATION ET D'IMPRESSION CD ET DVD

IMÉDIA TECHNOLOGIES

BEZONS (VAL-D'OISE)

Sauvegarder et diffuser les données

C'est en s'inspirant des solutions technologiques américaines de duplication et d'impression de CD et de DVD qu'Imédia Technologies a pu concevoir, dès 1995, ses propres robots. Des machines nécessaires à la sauvegarde de données ou, au contraire, utiles à la large diffusion d'informations. Aujourd'hui, l'entreprise exporte un tiers de sa production et arrive en troisième position sur le marché européen. De la copie de disquette (1995) à celle du DVD (2001), en passant par les CD (1998), Imédia Technologies propose des systèmes complets : conception et fabrication sont prises en charge par l'entreprise. Ses clients, Français, Allemands, Belges, Italiens et Espagnols pour la plupart, sont autant d'acteurs de l'informatique que d'entreprises de l'audiovisuel, de la communication, voire des distributeurs spécialisés. Imédia Technologies envisage de se tourner de plus au plus vers le secteur médical, où ses robots peuvent être utilisés pour la conservation de radiographies.

Création : 1995

Activité : solutions de duplication et d'impression sur CD et DVD

Dirigeant : Odile Yver

Actionnariat : NC

CA 2002 : 5,9 millions d'euros

Marge nette : 3,7 %

Effectif : 40

N° 3 EUROPÉEN

N° 1 FRANÇAIS

POUR LES DÉBIMÈTRES À OXYGÈNE ET AIR MÉDICAL, RÉGULATEURS DE VIDE MÉDICAL

TECHNOLOGIE MÉDICALE

NOISY-LE-SEC (SEINE-SAINT-DENIS)

Maîtrise totale du process

Ses produits d'oxygénothérapie (humidificateurs, détendeurs, etc.) et ses régulateurs de vide médical (mesure et réglage du niveau de dépression dans le cadre d'aspirations chirurgicales) équipent aussi bien des services de soins intensifs que des salles d'opération d'hôpitaux ou des chambres de malades. Technologie Médicale, qui s'est hissée au premier rang français de sa spécialité et au troisième rang en Europe (10 % de parts de marché) exporte la moitié de ses produits. A l'origine de son succès, la maîtrise du savoir-faire. L'entreprise intègre toutes les étapes du process : testés en ateliers avant expédition, les équipements sont élaborés par ses soins, depuis la conception jusqu'à l'emballage, en passant par la transformation des matières premières plastiques, le montage des dispositifs, la numérotation unitaire. Pour accompagner la croissance de son activité, Technologie Médicale, aura doublé la surface de ses locaux d'ici à 2005.

Création : 1980

Activité : oxygénothérapie, aspiration, rails et accessoires, anesthésie et réanimation

Dirigeant : Jean Itzkowitch

Actionnariat : NC

CA 2002 : 4 millions d'euros

Marge nette : 12 %

Effectif : 32

N°2 EUROPÉEN

POUR LES EMBALLAGES ISOTHERMES ET RÉFRIGÉRANTS

SOFRIGAM

NANTERRE (HAUTS-DE-SEINE)

Garantir la chaîne du froid

Au départ, Sofrigam était spécialisée dans les bandeaux accumulateurs de froid à appliquer en cas d'entorses, maux de tête, hématomes, etc. Puis, en 1991, l'entreprise se lance dans la conception et la fabrication d'emballages isothermes et réfrigérants (caisses isothermes, accumulateurs de froid souples ou rigides, trousses réfrigérantes souples, etc.), sans carboglace ni apport extérieur d'énergie. Elle produit chaque année plus de 50 000 caisses (de 1,3 à 1 000 litres), utilisées dans l'agroalimentaire (produits frais et congelés), la pharmacie, les laboratoires d'analyses ou l'électronique (composants sensibles). Une stratégie payante : en cinq ans, Sofrigam a connu une croissance de 173 %, pour l'essentiel à l'international. Les exportations (70 % du chiffre d'affaires) s'orientent surtout vers l'Europe, avec notamment des agents commerciaux au Benelux, en Allemagne, en Suisse et en Autriche. Clé de la réussite : l'innovation. La PME, qui a déposé 3 brevets, consacre 5 % de son chiffre d'affaires à la R&D. Sofrigam a ainsi mis au point pour DHL un kit (boîte et accumulateurs) qui garantit une température constante pendant 96 heures.

Création : 1979

Activité : emballage

Dirigeant : Gilles Labranque

Actionnariat : société Virgile (70 %)

CA 2002 : 3 millions d'euros

Marge nette : 5,6 %

Effectif : 27

N° 3 MONDIAL

N° 2 EUROPÉEN

POUR LES SYSTÈMEs DE PRISE DE VUE ET D'ANALYSE D'IMAGE D'ADN ET DE PROTÉINES

VILBER LOURMAT

MARNE-LA-VALLÉE (SEINE-ET-MARNE)

L'ADN en photo

A l'origine, la société Vilber Lourmat était spécialisée dans le matériel de travaux publics. Sa reprise il y a vingt-cinq ans par Michel Oleggini a coïncidé avec un changment de cap inattendu. A cette époque, Vilber Lourmat fabriquait des lampes à rayonnement UV pour les mines. Or l'étude de l'ADN a suscité une demande pour ce produit. Voyant émerger un nouveau marché potentiel, l'entreprise a alors décidé de se lancer dans l'instrumentation pour la biologie moléculaire. Elle a créé des systèmes de prise de vue et d'analyse d'image pour les gels d'électrophorèse (technique d'étude de l'ADN) et des western blots (pour l'ADN et les protéines) qui permettent de prendre une photographie d'un bout d'ADN, afin d'orienter la recherche génétique. Cette activité représente désormais 90 % de son chiffre d'affaires, dont l'essentiel (80 %) à l'exportation.

Création : 1951

Activité : instrument pour la biologie moléculaire

Dirigeant : Michel Oleggini

Actionnariat : familial

CA 2002 : 5,4 millions d'euros

Marge nette : 17 %

Effectif : 23

N° 3 EUROPÉEN

POUR LA R&D EN éVOLUTION MOLÉCULAIRE

BIOMÉTHODES SA

EVRY (ESSONNE)

Niche de haute technologie

Implantée sur le Génopole d'Evry et fondée en 1997 par Marc Delcourt, docteur en biologie moléculaire, et le groupe Masa, spécialisé dans la création de logiciels adaptatifs et intelligents, la société Biométhodes s'est donné pour mission d'améliorer la valeur économique des enzymes industrielles et des protéines thérapeutiques. Deux ans après sa création, elle a développé Massive Mutagenesis, la première technologie de mutagenèse (mutation de protéines sous l'effet d'agents chimiques ou physiques) dirigée combinatoire. Cette technologie a connu un succès dans plus d'une vingtaine de projets d'évolution moléculaire. Elle a ainsi permis l'obtention de protéines améliorées et d'enzymes ayant une activité ou une résistance aux hautes températures augmentées. Pour accroître les performances de sa plate-forme technologique, la PME, qui réalise 70 % de son activité à l'export et qui a atteint l'équilibre financier en 2002, se concentre sur le développement de procédés complémentaires.

Création : 1997

Activité : amélioration de protéines, en particulier d'enzymes, d'anticorps et de protéines thérapeutiques

Dirigeant : Marc Delcourt

Actionnariat : CDC Ixis, CIC innovation et Fonds de co-investissement pour les jeunes entreprises

CA 2002 : 0,4 million d'euros

Marge nette : 0 %

Effectif : 21

N° 1 MONDIAL

N° 1 EUROPÉEN

POUR LES BUSTES ET MANNEQUINS POUR LA HAUTE COUTURE

SIEGEL ET STOCKMAN

Paris VIIIe

Entre tradition et modernité

Créée en 1867, la société Siegel et Stockman possède la plus grande bibliothèque mondiale de formes de corps de femmes. Et c'est là sa force : trois fois numéro 1 - dans le monde, en Europe et en France - pour les bustes et mannequins utilisés edans la haute couture, l'entreprise artisanale peut répondre à tout type de commande. Siegel et Stockman travaille avec des stylistes de renom, mais aussi avec des écoles de couture et des magasins soucieux d'améliorer les silhouettes exposées dans leurs vitrines. Aujourd'hui, la société exporte 60 % de sa production, en majeure partie vers les Etats-Unis et les pays d'Europe. Son secret ? A la fois dépositaire de savoir-faire et atelier de recherches contemporaines sophistiquées, l'entreprise sait s'adapter aux évolutions des canons de la beauté. Le défi de la dernière décennie ? Créer des bustes et mannequins plus musclés, plus voûtés aussi, à l'image de la morphologie des hommes et des femmes du XXIe siècle.

Création : 1867

Activité : bustes et mannequins

Dirigeant : Jacques Vitali

Actionnariat : familial

CA 2003 : 10 millions d'euros

Marge nette : 3 %

Effectif : 20

N°1 EUROPÉEN

N°1 FRANÇAIS

POUR LES SERVICES GÉOSTATISTIQUES POUR LA QUALIFICATION DES DONNÉES SISMIQUES 2D, 3D et 4D

ERM.S

FONTAINEBLEAU (SEINE-ET-MARNE)

Le spécialiste des échographies du sous-sol

ERM.S (Earth Resource Management Services) fournit des solutions géostatistiques pour l'optimisation de l'imagerie et du monitoring des champs pétroliers. La société aide les compagnies qui prospectent à analyser les « échographies » du sous-sol, grâce à la gamme de services SeisQuaRe (conseil, logiciel, formation). C'est l'une des seules sociétés sur cette niche mondiale technologique en plein développement. En cinq ans, elle a connu une croissance de 175 %. Et elle consacre 30 % de son chiffre d'affaires à la R&D. Son ambition ? Imposer SeisQuaRe comme un standard de qualité sur le marché de la sismique pétrolière sur les principales places mondiales. Première ouverture prévue : un bureau à Stavanger, en Norvège. Ses clients ? Total, Gaz de France ou Agip. Mais elle compte se diversifier à terme dans la gestion de l'eau.

Création : 1993

Activité : services en géostatistique

Dirigeant : Luc Sandjivy

Actionnariat : dirigeants et familial«

CA 2002 : 1,1 million d'euros

Marge nette : 9,3 %

Effectif : 21, dont 19 en région

N° 1 MONDIAL

N° 1 EUROPÉEN

POUR LES TWEEDS FANTAISIES, TISSAGES, RUBANS ET PAILLETTES

TISSUS MALHIA KENT

PARIS XIIe

Le must des tissus

L'aventure commence en 1961, lorsque Michèle Sorano achète un vieux métier à tisser. Passionnée, la jeune femme va tenter l'inimaginable : travailler pour les plus grands noms de la haute couture française. Elle change alors son nom en Malhia inspiré du mot italien « la maglia » (la maille). S'ensuit une longue collaboration avec Chanel. Tous les tissus de la maison de couture viennent de chez Malhia. Dans la foulée, d'autres maisons, comme Yves-Saint-Laurent, font appel à l'entreprise de Michèle Sorano. Puis Malhia ouvre sa propre boutique pour les cardigans, les pulls et châles. Pendant près de quarante ans, ses créations ont marqué la mode, notamment les jacquards de paillette ou les plumes tissées. En 1998, après le décès de Michèle Sorano, Eve Corrigan et Christian Pays reprennent l'entreprise. Depuis, le succès ne s'est pas démenti. Malhia a connu une croissance vertigineuse : au cours de ces cinq dernières années son chiffre d'affaires a enregistré une progression de 480 %.

Création : 1986

Activité : création de tissus haut de gamme pour le prêt-à-porter

Dirigeant : Eve Corrigan

Actionnariat : dirigeant 80 %, Min Lu 19 %

CA 2002 : 2,2 millions d'euros

Marge nette : 0,8 %

Effectif : 11

N°2 MONDIAL

N°1 EUROPÉEN

POUR LES PICS ANTIPIGEONS

SEL

FONTENAY-SOUS-BOIS (VAL-DE-MARNE)

Protéger les façades

Le point commun entre l'Arc de Triomphe, le Lincoln Memorial de Washington et le château Romer de Francfort ne se voit pas au premier coup d'oeil ? C'est le système qui empêche les pigeons et autres volatiles de se poser, sans les blesser. Un système que l'on ne trouve pas que sur les monuments et dont SEL s'est fait une spécialité : la PME du Val-de-Marne, qui a déposé 4 brevets depuis sa création, conçoit, développe, fabrique et distribue les fils électriques Birdout et les petits pics Ecopic, discrets et faciles à fixer (par collage au silicone, vissage ou clouage). Un marché en forte croissance, dont SEL détient 80 % en France et plus de la moitié en Europe (50 à 60%). En cinq ans, la chiffre d'affaires de la PME a fait un bond de 84 %, grâce aux exportations (70 % des ventes dans 38 pays). Ses principaux concurrents sont italiens, allemands et américains.

Création : 1991

Activité : procédés contre les oiseaux

Dirigeant : Christophe Boyer

Actionnariat : groupe UUDS (Un univers de service : activités diversifiées, notamment dans la maintenance et l'hygiène aéronautique)

CA 2002 : 3 millions d'euros

Marge nette : 2,4 %

Effectif : 10

N°3 MONDIAL

N°3 EUROPÉEN

POUR LES SOLS EQUESTRES, DESTINÉS AUX CHEVAUX DE SPORT

TOUBIN & CLÉMENT

GAMBAIS (YVELINES)

Le bien-être des chevaux

Moins glissants que l'herbe et moins durs que d'autres surfaces, les sols de microsable blanc, mis au point par Toubin & Clément permettent aux chevaux de se sentir à l'aise, tout en ménageant leurs articulations. Utilisés lors des compétitions, par exemple pour les jumpings internationaux ou la Coupe du monde de sauts d'obstacles, ils évitent les traumatismes. La carrière des chevaux est ainsi plus longue. De surcroît, ils assurent une plus grande tenue dans les virages et sont plus constants (avec un arrosage plus ou moins important selon la gamme). A l'origine de cette innovation : l'expérience de Pierre Toubin et Francis Clément, cavaliers de concours de sauts d'obstacles, et leur collaboration avec un géologue et un laboratoire d'études de sols. Une association fructueuse : l'entreprise détient 45 % du marché en France et 25 % en Europe et affiche une croissance solide. Son chiffre d'affaires a augmenté de 75 % en trois ans grâce aux exportations qui en représentent un tiers.

Création : 1983

Activité : carrières équestres

Dirigeants: Pierre Toubin et Francis Clément

Actionnariat : dirigeants

CA 2002 : 2,9 millions d'euros

Marge nette : 0,8 %

Effectif : 8, dont 6 en région

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte