Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Les autorités philippines soupçonnent le vaccin anti-dengue de Sanofi d'être à l'origine de trois décès

,

Publié le , mis à jour le 05/02/2018 À 07H29

Infos Reuters Les autorités philippines soupçonnent le Dengvaxia, le vaccin controversé contre la dengue de Sanofi, d'être à l'origine de trois décès, selon un rapport gouvernemental.

Les autorités philippines soupçonnent le vaccin anti-dengue de Sanofi d'être à l'origine de trois décès
Les autorités philippines soupçonnent le vaccin controversé contre la dengue de Sanofi d'être à l'origine de trois décès, selon un rapport gouvernemental. /Photo prise le 5 décember 2017/REUTERS/Romeo Ranoco
© Romeo Ranoco

Le Dengvaxia, le vaccin contre la dengue développé par Sanofi, est-il à l'origine de trois décès aux Philippines ?  Alors que Manille a suspendu début décembre son programme national de vaccination après la recommandation du laboratoire français de réserver son vaccin Dengvaxia aux personnes ayant déjà été exposées à la maladie dans le passé, trois décès suspects sont survenus.

"Les trois cas ont montré un lien de causalité. Ils sont morts de la dengue bien qu'ils aient reçu du Dengvaxia. Deux d'entre eux sont morts à cause de l'échec de la vaccination", a déclare le sous-secrétaire à la Santé Enrique Domingo lors d'une conférence de presse. "Ces conclusions confortent la décision du département de la Santé de suspendre les vaccinations. Il a échoué sur certains enfants. Le Dengvaxia n'est pas prêt pour être utilisé dans des campagnes de vaccination et il faudrait trois à cinq ans pour observer et superviser si le vaccin produit d'autres effets indésirables."

Dans un communiqué, le laboratoire français dit exprimer sa compassion à l'égard des familles qui ont perdu un enfant.

Le gouvernement philippin avait consacré 3,5 milliards de pesos (58,4 millions d'euros) au programme de vaccination lancé en 2016, qui visait à réduire le nombre de cas de dengue, actuellement de 200.000 chaque année dans le pays.

Pour Reuters, Manuel Mogato, Nicolas Delame pour le service français

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus