Les auditeurs qualité ont le vent en poupeFace au succès des certifications ISO, des débouchés s'ouvrent aux qualiticiens d'entreprises. Et aux professionnels à la recherche d'un emploi.

Partager

Les auditeurs qualité ont le vent en poupe

Face au succès des certifications ISO, des débouchés s'ouvrent aux qualiticiens d'entreprises. Et aux professionnels à la recherche d'un emploi.

A Mantes-la-Ville, dans les Yvelines, la première session vient de démarrer. Une vingtaine de cadres s'apprêtent à décortiquer nombre de manuels d'assurance qualité volontairement truffés d'erreurs. Dans le but d'apprendre aux stagiaires à les déceler. C'est la formation que dispense la chambre de commerce et d'industrie de Versailles à des cadres en recherche d'emploi et qui souhaitent s'orienter vers l'audit qualité. L'Afaq (Association française pour l'assurance qualité) recrute. Seul organisme habilité à certifier les entreprises, il confie cette mission à 250 auditeurs indépendants accrédités, et peine à satisfaire la demande. "En 1993, nous avons délivré 1000certificats. Soit plus que durant les cinq années d'existence de l'Afaq. Avec une telle progression, il nous faudrait 150auditeurs de plus sur le terrain", explique Pierre Lacroze, délégué à la certification à l'Afaq. En ouvrant son vivier d'auditeurs à un autre public que celui des professionnels chevronnés de l'audit - c'est-à-dire ayant déjà effectué quatre audits, dont deux à la norme ISO 9001 -, l'association déroge à ses principes. En partenariat avec la chambre de commerce des Yvelines, elle a accepté de mettre sur pied une formation au bénéfice exclusif des cadres demandeurs d'emploi ou en fin de mission qualité au sein d'une entreprise. A condition de justifier de dix ans d'expérience professionnelle et de connaître le système d'assurance qualité pour l'avoir déjà, peu ou prou, pratiqué dans l'industrie ou les services. Ensuite, vingt jours durant, le stagiaire vit une situation d'audit permanent- relecture et rectification de procédures, rédaction d'argumentaires...- pour consolider et approfondir ses connaissances de la certification et des normes ISO 9000. Il confronte ses expériences avec celles d'intervenants venus de l'entreprise: par exemple, des responsables qualité de Thomson-CSF ou de la Direction générale de l'armement. Il passe ensuite l'examen de l'Institut de certification des auditeurs (ICA) - comme tout auditeur qui veut travailler avec l'Afaq: une épreuve écrite de quatre heures et une épreuve orale. Puis c'est le stage pratique en compagnie des auditeurs de l'Afaq- chose inédite-, qu'il suit en entreprise au titre d'"auditeur muet", à raison de trois audits par candidat. Avec réalisation de rapports d'audit. Dernière étape: il conduit lui-même avec succès cinq missions d'audit. Il devient alors auditeur accrédité et peut continuer à travailler avec l'Afaq, puisque l'association s'engage à confier à chacun des reçus un volume de travail minimal de soixante jours d'audit la première année (l'équivalent de 270000francs de chiffre d'affaires environ) et de soixante à cent soixante jours la deuxième année. Un bon moyen de demeurer dans le fichier de l'Afaq comme auditeur "free lance" ou de créer son propre cabinet d'audit.

Marie-Madeleine Sève



LES CONDITIONS D'ACCÈS

A l'inscription: être demandeur d'emploi ou occuper un poste menacé, et être titulaire d'un bac+4, avec dix ans d'expérience professionnelle et la mise en pratique pendant deux ans au minimum des principes d'un système qualité.

Durée du cursus : deux sessions de formation en centre (7 mars au 1er avril et 9 mai au 3 juin), ouvertes chacune à vingt stagiaires; deux dates d'examen à l'ICA: les 11 avril et 6 juin, ²suivies des stages pratiques avec les auditeurs Afaq.

Prix de la formation: 25000francs pour les salariés, 6000francs dans le cadre de programme FNE.

Extension de la formation: dans les Pays de la Loire à l'automne et dans la région Paca.

USINE NOUVELLE - N°2449 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS