Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Les attaques sortent au moment où le diesel n’a jamais été aussi propre", selon le directeur R&D de PSA

, , , ,

Publié le

Entretien Gilles Le Borgne, directeur R&D de PSA, revient sur les annonces d’Anne Hidalgo. La Maire de Paris veut "la fin du diesel à Paris en 2020".

Les attaques sortent au moment où le diesel n’a jamais été aussi propre, selon le directeur R&D de PSA © PSA

Les entreprises citées

L'Usine Nouvelle - Comment le groupe a-t-il accueilli les annonces de ce week-end ?

Gilles Le Borgne - Ce qui est paradoxal, c’est que ces attaques sortent au moment où le diesel n’a jamais été aussi propre. Les réglementations européennes et françaises sont les plus strictes du monde. Le diesel atteint aujourd’hui des niveaux d’émissions équivalents aux moteurs à essence depuis la dernière norme euro 6 parue en septembre dernier. Depuis la norme euro 1 éditée en 1992, nous avons divisé par dix les émissions de CO2, et par 600 les émissions de particules. Le filtre à particules, que nous avons sorti en 2007, a été rendu obligatoire en 2011.

Le problème des particules est lié aux vieux moteurs diesel. Nous n’arrêtons pas de le dire et de le répéter ! Mais les équipes de tous les bords politiques ne veulent pas l’entendre. Le débat sur les particules est derrière nous, mais nous avons du mal à le faire entendre. Concernant les Nox (oxydes d’azote), nous avons lancé des moteur Blue HDI avec le système SCR, qui diminue de 90 % les émissions.

Comment faire passer vos messages ?

En juin, Carlos Tavares a été auditionné par le Parlement. Je suis moi-même auditionné la semaine prochaine au Sénat. Nous proposons qu’une commission indépendante vienne voir nos labos, nos usines, notre unité de conformité à Mulhouse. Nous réaffirmons avec force que nos filtres à particules, que ce soit à chaud ou à froid, sont efficaces. Ce ne serait pas décourageant de voir ces discours si nous n’avions pas fait tous ces efforts pour être à la pointe de la technologie.

Sur le CO2, nous sommes leaders avec 111 grammes au kilomètre. La Peugeot 308 émet 82 grammes, de même que la prochaine version de la Citroën C4 Cactus, et nous allons sortir une Peugeot 208 à 78 grammes. Ce serait dommage de prendre des décisions sur des faits qui ne sont pas avérés, et que du coup l’efficacité ne soit pas au rendez-vous.

Comment accueillez-vous la proposition de Manuel Valls d’étiqueter les véhicules avec des pastilles vertes, orange ou rouge en fonction de leur impact environnemental ?

Ca peut être une bonne idée et cela permettrait de relativiser en fonction des types de véhicules. Nous sommes prêts à discuter des catégories. Mais les moteurs diesel modernes sont aujourd’hui plus "propres" que les moteurs à essence. Ce serait une erreur qu’ils ne soient pas éligibles au vocable "véhicules propres". Pour obtenir ces performances du diesel par rapport à l’essence, le surcoût est de quelques centaines d’euros. Cela n’a rien à voir avec les coûts de l’hybride ou du véhicule électrique.

Dans ce contexte, faut-il continuer à investir en R&D sur le diesel ?

De fait, nous développons les deux technologies, l’essence et le diesel. La technologie plug-in hybride, initialement développée pour les moteurs diesel, va être appliquée aux moteurs à essence. Et nous avons programmé dans nos prévisions une baisse du taux de diesel, et cela pour deux raisons. D’abord, les technologies que nous développons (filtres, système SCR) renchérissent le prix des moteurs diesels de quelques centaines d’euros.

Ensuite, nous proposons des moteurs à essence "downsizés", avec trois cylindres turbo et injection comme le moteur Turbo EB Puretech, dont les performances sont comparables à celles des moteurs diesel. Cela dit, pour atteindre les objectifs européens d’émissions de 95 grammes de CO2 au kilomètre, nous aurons besoin d’une proportion importante de diesel…

Propos recueillis par Patrick Déniel

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

11/12/2014 - 10h15 -

... d'oser proférer autant de contre-vérités... Au pays des aveugles du diesel, Le Borgne est roi, mais de quoi, cela reste à définir... Depuis la classification par l'OMS du diesel en cancérogène certain, encourager le diesel ressort du pénal. Ce que heureusement pour nous tous, Emmanuel Macron a bien compris, contrairement à son prédécesseur Montebourg, qui a vite mangé dans l'écuelle de PSA et de son lobby, le CCFA... Et tout ça ne vous empêche pas de dormir, cher Monsieur ??? Vous passez vos vacances avec Jacques Calvet ???
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle