Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Les antidouleurs en vente libre souvent toxiques selon 60 Millions de consommateurs

Coralie Lemke , ,

Publié le

Les médicaments contre la douleur, appelés antalgiques, peuvent être très nocifs pour la santé, même s'ils sont en vente libre. Le magazine 60 Millions de consommateurs donne ses recommandations après avoir testé une trentaine de produits.

Les antidouleurs en vente libre souvent toxiques selon 60 Millions de consommateurs
La paracétamol est à privilégier... mais à petites doses.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

En cas de petit mal de tête, un comprimé, un verre d’eau, et hop, tout va mieux. Voilà le genre de réflexe contre lequel le magazine 60 millions de consommateurs met en garde dans son dernier numéro. Le mensuel a testé une trentaine d’anti-douleurs, parmi lesquels le paracétamol, l’ibuprofène et l’aspirine. Son constat est sans appel : il faut en consommer moins et surtout, privilégier le paracétamol.

L'aspirine fortement déconseillée

"A partir du moment où un médicament est en vente libre et peut être pris en automédication, on a tendance à se dire qu’il est sans risque. Mais ce n’est pas le cas", souligne Sylvie Metzelard, la directrice de la rédaction. "Nous avons choisi de nous engager en recommandant en premier choix du paracétamol, en deuxième choix l’ibuprofène et en dernière position l’aspirine."

Cette dernière présente un risque de saignements intestinaux, une toxicité pour le rein et pour le foie qui serait trop importante selon l’étude. "Cela ne vaut pas la peine de prendre ce risque pour un simple mal de tête. D’autant que l’aspirine est souvent ancrée dans des habitudes familiales dont il est difficile de se défaire", explique Sylvie Metzelard.

L'ibuprofène dans de rares cas

L’ibuprofène, lui, n’est destiné qu’à certains cas spécifiques. "Il ne concerne que les pathologies avec une composante inflammatoire", explique Christian De Thuin, docteur en pharmacie qui travaille avec 60 Millions de consommateurs. "Et surtout, on privilégie un comprimé de 200 mg, à prendre en milieu de repas pour éviter qu’il ne soit nocif pour le système digestif." Avec l’ibuprofène, les risques liés sont nombreux. Toxique pour le foie, le médicament peut également mener à l’ulcère.

Le paracétamol, avec modération

Enfin, le paracétamol, s’il est à privilégier, n’est pourtant pas exempt d’inconvénients. "Il présente le meilleur rapport entre bénéfices et risques", explique Sylvie Metzelard. A condition de ne pas dépasser la dose maximale de 3 grammes par jour (c’est-à-dire trois comprimés d’un gramme.) "On peut aussi commencer par de doses de 500 mg et voir si la douleur passe."

Mauvaise nouvelle pour les fêtards, l’association du paracétamol avec l’alcool s’avère très mauvaise. Utilisé en "gueule de bois", il devient mauvais pour le foie. Trop occupé à détoxifier les molécules d’alcool présentes dans l’organisme, le foie n’arrive plus à éliminer les composantes toxiques du paracétamol. Quelle solution reste-t-il ? Boire de l’eau en quantité suffisante. Une astuce qui fonctionne aussi bien pour le mal de crâne classique que pour le lendemain de fête.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus