Les antidiabétiques Actos/Competact suspendus du marché

Fabriqués par le laboratoire japonais Takeda, les antidiabétiques Actos/Competact sont "suspendus du marché immédiatement" en France. C'est ce qu'a annoncé jeudi le directeur général de l'Agence du médicament (Afssaps). La raison? Ils sont responsables d'une augmentation significative du cancer de la vessie chez les hommes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les antidiabétiques Actos/Competact suspendus du marché

Le directeur général de l'Agence du médicament (Afssaps) a annoncé le retrait après un vote de la commission d'autorisation de mise sur le marché. Résultat du vote : 25 voix pour la suspension et une abstention. Le professeur Dominique Maraninch s'est rangé du côté de l'avis exprimé par la commission. D'autant qu'une étude de l'Assurance maladie (CNAM) présenté ce jour-même conlut à cette augmentation des cancers.

A l'heure actuelle, 300 000 diabétiques prennent les médicaments Actos et Competact. Dominique Maraninch a rappelé qu'"il y a des alternatives" pour remplacer ces antidiabétiques. Les ventes en pharmacie de ces médicaments à base de pioglitazone, la molécule en cause dans cette augmentation de risque de cancer, ont baissé "de l'ordre de 30% depuis la mise en garde de l'Afssaps le 19 avril", a-t-il indiqué.

Nommé en février à la tête de l'Afssaps suite à l'affaire du Mediator, il avait déjà assuré qu'il prendrait cette décision si une étude en cours confirmait un risque accru de cancer. La CNAM a réalisé, à la demande de l'Afssaps, une étude portant sur 155 535 patients traités par pioglitazone et 1 335 525 diabétiques non exposés à ce médicament entre 2006 et 2009 pour évaluer ce risque. Résultat : "Un risque de cancer de la vessie significativement augmenté, de l'ordre de 20%, a été relevé par cette étude" qui a signalé 175 cas de cancers de la vessie chez les patients traités par piogliatazone.

L'agence européenne du médicament (EMA), saisie par la France, doit également statuer sur le rapport bénéfice/risque de ces médicaments. L'Afssaps recommande aux patients traités actuellement par un médicament contenant de la pioglitazone de ne pas arrêter de le prendre et de consulter leur médecin afin d'adapter leur traitement. "Les médecins ne doivent plus prescrire de médicaments contenant de la pioglitazone", ajoute-t-elle dans un communiqué.


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS