Economie

Les Anglo-Saxons séduits par la réforme

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Effet d’annonce réussi ! Les multinationales anglo-saxonnes se réjouissent franchement des réformes françaises du code du travail, indique Laure Joncour, spécialiste en droit social du cabinet d’avocats d’affaires Norton Rose Fulbright. « On est obligé de freiner leur enthousiasme, ce n’est tout de même pas la révolution », tempère-t-elle. Le barème des dommages et intérêts aux prud’hommes arrive en tête de leurs satisfactions, suivi de la prise en compte d’un périmètre français pour évaluer les difficultés économiques d’un groupe qui licencie. L’instance unique simplifie un dialogue social jugé complexe vu d’ailleurs.
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte