Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Les anciennes Autolib' se cachent pour revivre

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Les anciennes voitures Autolib' se cachent pour renaître. Le 10 et 11 novembre, un garage du Loir-et-Cher va mettre en vente 50 Bluecars du groupe Bolloré ayant servi dans l'ancien réseau d'autopartage francilien. Une seconde vie inattendue pour des véhicules initialement destinés à la casse.

Les anciennes Autolib' se cachent pour revivre
Le 10 et 11 novembre, un garage du Loir-et-Cher va mettre en vente 50 Bluecars du groupe Bolloré ayant servi dans l'ancien réseau d'autopartage francilien.
© D.R.

Loin de Paris, une partie des Autolib’ vont finalement connaître une deuxième vie. Le samedi 10 et dimanche 11 novembre, une cinquantaine de Bluecars vont être mises en vente à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher). Toutes sont issues du parc de voitures de l’ancien service d’autopartage francilien, définitivement arrêté le 31 juillet à la suite d’un contentieux entre le groupe Bolloré et le Syndicat Autolib' Vélib' métropole (SAVM).

Il s’agit d’un dénouement inattendu pour les Autolib’. Au départ, sur une flotte de 4000 véhicules, 3500 étaient destinées à la casse et 500 devaient être déployées vers les services d’autopartage d’autres villes. Dès juillet, après la fin retentissante d’Autolib’, près de 3000 Bluecars ont été stationnées à Romorantin-Lanthenay, retrace La Nouvelle République.

Clin d’oeil de l’histoire, le parking en question est un site de feu l’entreprise Matra, plus connue pour avoir conçue la Renault Espace première génération. L’ancien PDG de Matra, l’ingénieur Philippe Guédon, est aussi derrière la conception de la Bluecar.

50 Bluecars vendues 3700 euros

Selon le quotidien régional, la flotte a été rachetée par des entrepreneurs parisiens, même si le nombre exact de voitures acquises n’est pas communiqué. La vente du week-end est assurée par le garage Cavarec et d’autres offres devraient suivre selon La Nouvelle République.

Les 50 voitures électriques vont êtres vendues à 3700 euros et sont éligibles à la prime à la conversion. Côté caractéristiques techniques, rien de nouveau : 250 kilomètres d’autonomie en ville, 150 kilomètres hors agglomération et le véhicule est rechargeable sur une prise électrique classique.

"Une part d'Histoire de la mobilité"

“Chaque Bluecar repasse en atelier pour une remise en état mécanique. La carrosserie est ensuite décapée, l'intérieur nettoyé...”, écrit le garage Cavarec sur le site de la vente. Précision utile car le service Autolib’ a duré sept ans et le SAVM ne pesait pas ses mots pour critiquait l’état des voitures lors de ses échanges houleux avec le groupe Bolloré par voie de presse. “ Bosses, rayures, bobos sur les intérieurs... restent”, ajoute Cavarec. Les photos de la vente laissent en effet deviner quelques traces...

Le succès de l’événement déterminera peut-être des ventes plus importantes à l’avenir. Avis aux collectionneurs et amateurs confidentiels des transports publics (il y en a), les Bluecars “portent en elles une part d'Histoire de la mobilité”, finit le garage Cavarec.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle