Les Allemands relancent le voyage suborbital

La DLR, l’agence de recherche spatiale allemande booste son projet de voyage suborbital. Le Spaceliner, supposé pouvoir transporter des personnes de l’Europe à l’Australie en 90 minutes, devrait être opérationnel d’ici 20 ans. Selon la DLR, ce projet pourrait permettre de rendre les missions spatiales moins coûteuses.

Partager

Les Allemands relancent le voyage suborbital

La capsule suborbitale de DLR devrait être opérationnel d'ici 20 ans.

L’agence de recherche aérospatiale allemande, la Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR), ravive son projet de vols suborbitaux avec passagers, selon le journal Aviation Week. Le projet avait été présenté pour la première fois il y a 10 ans. L’avion propulsé par des fusées dans l’espace suborbital, baptisé SpaceLiner, devrait accueillir 100 personnes contre 50 initialement. Il ne pourra être utilisé que pour des trajets intercontinentaux (des vols qui prennent aujourd’hui entre 20 et 30 heures) et permettra par exemple de relier l’Europe à l’Australie en 90 minutes. Ce projet devrait voir le jour dans les 20 prochaines années.

Le principe reste le même que l’ancienne navette spatiale de la Nasa, un décollage vertical grâce à des boosters externes et une cabine d’équipage capable de voler indépendamment. Une fois l’altitude de croisière atteinte, les boosters se détacheront et seront récupérés par un avion de remorquage. La capsule contenant les passagers glissera dans l’atmosphère, à 20 fois la vitesse du son, avant d’arriver à sa destination où elle atterrira comme un avion basique.

Un impact sur les missions spatiales

Selon DLR, le voyage suborbital ne touchera qu'une très faible portion du marché de l’aviation commerciale, mais pourrait avoir un fort impact sur la recherche spatiale. Le SpaceLiner embarquerait par exemple des satellites pour les déployer en orbite basse. Selon le directeur de DLR, Martin Sippel dans Aviation Week : "le nombre de lancements pourrait être multiplié par 100". Le besoin de moteur risque donc d’augmenter fortement puisqu’il estime que 2 000 moteurs seront nécessaires par an à raison de 11 par véhicule et par vol. "C’est un rythme de production soutenu et c’est ce qui nous motive", note-t-il. En effet, avec la production en série, les coûts diminueront et pourront bénéficier à d’autres missions spatiales.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS