Les actions européennes montent, Wall Street attend la Fed

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, tirées notamment par les valeurs bancaires après les bons résultats de Deutsche Bank et par la hausse marquée des cours du pétrole, mais les volumes ont été limités par l'attente des annonces de la Réserve fédérale américaine.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les actions européennes montent, Wall Street attend la Fed
Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,53%. À Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,34% et à Francfort, le Dax a pris 0,28%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,53% (33,22 points) à 6306,98 points après un pic de plus de 20 ans à 6.320,11.

À Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,34% et à Francfort, le Dax a pris 0,28%. L'indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,08%, le FTSEurofirst 300 de 0,07% et le Stoxx 600 de 0,02%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait quant à elle en ordre dispersé: le Dow Jones abandonnait 0,35% tandis que le Standard & Poor's 500 grappillait 0,06% après un record à 4.197,04 et que le Nasdaq Composite cédait 0,15%.

Aux Etats-Unis comme en Europe, les publications de résultats ont animé la première partie de la journée en attendant les annonces de la Réserve fédérale américaine à partir de 18h00 GMT.

La Fed ne devrait pas modifier sa politique monétaire mais son communiqué et la conférence de presse de son président, Jerome Powell, à 18h30 GMT, pourraient fournir aux investisseurs des indications sur son évaluation de la reprise économique, les perspectives d'inflation et le moment auquel elle commencera à réduire ses achats de titres sur les marchés.

Les marchés surveilleront aussi le discours que le président américain, Joe Biden, doit prononcer au Congrès sur un projet de 1.800 milliards de dollars (près de 1.500 milliards d'euros) d'aides aux familles et à l'éducation, un nouveau pan de sa stratégie de relance par la dépense publique qui alimente les craintes de dérapage des déficits et de poussée inflationniste.

VALEURS

En Europe, la plus forte progression sectorielle du jour est pour les banques, dont l'indice Stoxx a gagné 1,48% après l'annonce par Deutsche Bank de ses meilleurs résultats trimestriels depuis 2014.

L'action de la première banque allemande a bondi de 10,7% et à Paris, Société générale et BNP Paribas ont pris respectivement 3,82% et 3,12%, les deux plus fortes hausses du CAC 40.

Le compartiment du pétrole et du gaz (+1,11%) a quant à lui profité de la remontée marquée du prix du baril. Total s'est adjugé 1,78%, BP 3,12%.

Parmi les groupes européens dont les résultats ont été salués figurent aussi Sanofi (+2,32%), TechnipFMC (+9,58%) et WPP (+4,27%). A l'opposé, Sainsbury (-2,93%) et Puma (-3,59%) ont vu leurs publications sanctionnées.

A noter aussi, la hausse de 1,89% de Lagardère à l'annonce d'un accord avec ses grands actionnaires sur le changement de sa gouvernance.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Europe, l'indice de confiance des ménages de l'Insee est ressorti inchangé et légèrement au-dessus des attentes, à 94, alors que le consensus le donnait à 93.

Aux Etats-Unis, le déficit de la balance commerciale des biens a inscrit un record en mars à 90,6 milliards de dollars, la hausse des exportations (+8,7% à 142,0 milliards) ne suffisant pas à compenser celle des importations (+6,8% à 232,6 milliards).

CHANGES

Bien orienté en début de journée, le dollar a désormais effacé ses gains face aux autres grandes devises (-0,11%), les cambistes hésitant à prendre des positions avant les annonces de la Fed et le discours de Joe Biden au Congrès.

TAUX

Les rendements de référence de la zone euro ont fini en hausse dans le sillage de ceux des Treasuries en attendant les annonces de la Fed.

Celui du Bund allemand à dix ans a pris un peu plus de deux points de base à -0,229% après un pic de deux mois à -0,203%.

Son équivalent américain augmente d'un peu plus d'un point à 1,636% après être monté à 1,652%.

PÉTROLE

Déjà orienté à la hausse, le marché pétrolier a amplifié sa progression après l'annonce d'une augmentation moins marquée qu'attendu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière (+90.000 barils alors que le marché tablait sur +700.000).

Le Brent gagne 2,14% à 67,84 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2,49% à 64,51 dollars.

(Version française Marc Angrand)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SANOFI
ARTICLES LES PLUS LUS