Les actions européennes dans le rouge, l'euro monte encore

par Marc Angrand
Partager
Les actions européennes dans le rouge, l'euro monte encore
Les principales Bourses européennes évoluent en baisse en début de séance vendredi tandis que l'euro grimpe encore au lendemain de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE), qui a maintenu en l'état sa politique monétaire ultra-accommodante tout en s'inquiétant du risque que la hausse de la monnaie unique fait peser sur l'inflation. À Paris, le CAC 40 perd 0,37% à 07h52 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,12% et à Londres, le FTSE recule de 0,25%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en baisse en début de séance vendredi tandis que l'euro grimpe encore au lendemain de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE), qui a maintenu en l'état sa politique monétaire ultra-accommodante tout en s'inquiétant du risque que la hausse de la monnaie unique fait peser sur l'inflation.

À Paris, le CAC 40 perd 0,37% à 5.095,85 points à 07h52 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,12% et à Londres, le FTSE recule de 0,25%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,18%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,17% et le Stoxx 600 de 0,25%.

Le Stoxx 600 et les Bourses de Paris, Francfort et Londres ont fini dans le vert jeudi après la conférence de presse de Mario Draghi, le président de la BCE, au cours de laquelle il a renvoyé à la fin octobre la présentation des modalités de la réduction de l'assouplissement quantitatif.

Mais ses propos ont pesé sur les valeurs financières, qui ont enregistré une quatrième séance consécutive de repli. Vendredi, l'indice Stoxx européen des banques reprend 0,31%, la meilleure performance sectorielle.

A la baisse, le secteur du tourisme et des loisirs cède 0,97% avec la chute de 14,8% du groupe britannique de pubs et de restaurants Greene King, sanctionné après l'annonce des ventes en baisse et des commentaires peu optimistes sur ses perspectives d'activité. Le compartiment des matières premières abandonne 0,72% avec le recul des cours du cuivre (-1,04%) et du nickel (-1,56%).

A Paris, l'annonce des modifications de la composition des indices CAC 40 et SBF 120 se traduit par de fortes variations des valeurs concernées: Nokia, qui sortira du CAC le 18 septembre, perd 2,22% tandis que STMicroelectronics, qui le remplacera, prend 0,61%.

Pour le SBF 120, l'entrant ALD prend 1,92%, le sortant Ipsos cède 1,04%.

L'EURO AU PLUS HAUT DEPUIS DEUX ANS ET DEMI

Hermès International, régulièrement cité parmi les candidats potentiels à une entrée au CAC, cède quant à lui 4,32%.

PSA abandonne 2,2% après l'abaissement de la recommandation d'Exane BNP Paribas à "sous-performance".

Sur le marché des changes, l'euro reste porté par les décisions et le discours de la BCE, qui confortent le scénario de divergences des politiques monétaires entre les deux rives de l'Atlantique. Il évolue autour de 1,2030 dollar après avoir atteint, à 1,2092, son plus haut niveau depuis deux ans et demi.

Le billet vert recule de 0,44% face à un panier de référence, au plus bas depuis janvier 2015 et en passe d'enregistrer sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis trois mois et demi.

Les rendements obligataires de la zone euro, eux, sont en repli, la perspective d'une diminution des achats de titres de la BCE s'éloignant. Le dix ans allemand est revenu sous 0,3%, le français sous 0,61%.

En Asie, la Bourse de Tokyo a fini en repli de 0,63%, pénalisée par la révision en nette baisse de la croissance du deuxième trimestre ainsi que par la crainte d'un nouvel essai balistique nord-coréen samedi.

Mais l'indice MSCI des marchés d'Asie-Pacifique hors Japon avance de 0,43%, grâce entre autres aux chiffres meilleurs qu'attendu des importations chinoises en août.

Le marché pétrolier, lui, est tiraillé entre les spéculations sur une possible réduction de l'offre saoudienne le mois prochain et l'impact sur la demande des arrêts de raffineries dans le golfe du Mexique pour cause d'ouragans à répétition. Le Brent gagne ainsi 0,24% à 54,62 dollars le baril alors que le brut léger américain perd 0,18% à 49 dollars.

(Edité par Patrick Vignal)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

HERMES INTERNATIONAL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS