Les actionnaires de Renault et leurs représentants interpellent l'AMF

PARIS (Reuters) - Des actionnaires de Renault et leurs représentants ont annoncé jeudi avoir demandé à l'Autorité des marchés financiers (AMF) d'enquêter sur l'évolution passée de la gouvernance de l'alliance Renault-Nissan qu'ils ne jugent pas assez transparente.

Partager

Les actionnaires de Renault et leurs représentants interpellent l'AMF
Des actionnaires de Renault et leurs représentants ont annoncé jeudi avoir demandé à l'Autorité des marchés financiers (AMF) d'enquêter sur l'évolution passée de la gouvernance de l'alliance Renault-Nissan qu'ils ne jugent pas assez transparente. /Photo d'archives/REUTERS/Mihai Barbu

Le fonds CtW Investment, l'agence de conseil aux actionnaires Proxinvest et l'association RAIR (Réseau des administrateurs pour l'investissement responsable) ont adressé à l'AMF un courrier en ce sens à deux semaines de l'assemblée générale de Renault, qui se tiendra le 15 juin à Paris. "Les organisations s'inquiètent du fait que la relation qui a établi l'alliance Renault-Nissan ait évolué depuis 2002 en une structure disposant de pouvoirs de décisions stratégiques propres étendues sans la mise en place de mécanismes de gouvernance et de protection des actionnaires de Renault adéquats et sans nouvelle décision de l"AMF", déclarent-ils dans un communiqué commun. "Pour assurer une gouvernance transparente de l'alliance qui soit conforme aux meilleures pratiques, nous estimons qu'une enquête est impérative pour faire respecter les droits des actionnaires de Renault", ajoutent-ils. Ils précisent que "l'ouverture de l'enquête dépend désormais d'une décision des services de l'AMF".

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de l'Autorité des marchés financiers et de Renault. Le communiqué montre du doigt un manque de transparence dans la structure de Renault-Nissan et des conflits d'intérêt présumés résultant du fait que Carlos Ghosn préside à la fois Renault, Nissan, dont le groupe français détient 44,04%, et la holding de tête RNBV.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La question de la gouvernance a déjà été au coeur de la crise des droits de vote double de 2015 entre Renault et son principal actionnaire, l'Etat français. Celui-ci avait finalement accepté de cantonner ses nouveaux pouvoirs aux sujets à caractère exceptionnel dans le cadre d'un "accord de stabilisation".

Pour Reuters, Gilles Guillaume et Laurence Frost, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS