L'Usine Auto

Les actionnaires de PSA plébiscitent l’entrée au capital de DongFeng et de l’Etat

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Les actionnaires du groupe automobile PSA ont approuvé à presque 100% l’augmentation de capital de 3 milliards d’euros qui scelle l’arrivée de DongFeng et de l’Etat comme actionnaires.

Les actionnaires de PSA plébiscitent l’entrée au capital de DongFeng et de l’Etat © D.R. - PSA

98,3% ! Si le score semble soviétique, il entérine pourtant une opération capitalistique. Réunis en assemblée générale vendredi 25 avril, les actionnaires de PSA ont approuvé l’augmentation de capital de 3 milliards d’euros, qui marquent l’entrée comme actionnaires de DongFeng Motor Corporation (DFM) et de l’Etat. Même score (quasiment) pour la nomination de Louis Gallois à la tête du conseil de surveillance pour quatre ans. "Champagne ! Louis Gallois paye le champagne !", s’est écrié un petit actionnaire qui devait faire partie des 97% à voter en faveur de cette résolution.

Amour de la famille Peugeot

Les nominations des nouveaux membres du comité de surveillance ont également été largement approuvées, à 88%. Le PDG de DFM, Xu Ping, et Liu Weidong, un des administrateurs du constructeur chinois passé par DPCA, la coentreprise historique de DFM et PSA, entrent ainsi au conseil de surveillance. Tout comme Bruno Bézard, directeur général des finances, et Florence Verzelen, directrice du plan performance achats chez GDF Suez, qui représenteront l’Etat actionnaire.

Ce changement majeur pour PSA a été souligné par une déclaration inédite de Thierry Peugeot, qui présidait une dernière fois le conseil de surveillance. "Je veux redire la passion, l’amour qu’a la famille Peugeot pour ce groupe et ses valeurs, ce qui en fait un groupe unique, a-t-il lancé, visiblement ému. Je veux vous dire notre passion pour l’automobile. Aux salariés de PSA, je tiens à vous redire notre respect et notre admiration. Vous êtes le groupe PSA." Applaudissements, grands "Bravo !" et acclamations ont suivi cette déclaration, prouvant que l’ensemble des actionnaires était sur la même longueur cet après-midi : il faut tout faire pour redresser le groupe. C’est désormais la tâche de Carlos Tavares.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte