Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Les actionnaires de Bayer infligent un camouflet au directoire du groupe

, , ,

Publié le , mis à jour le 29/04/2019 À 07H37

Les actionnaires de Bayer sanctionnent la direction du groupe. Le 26 avril, réunis en assemblée générale, ceux-ci ont refusé de ratifier les décisions prises par le directoire en 2018. Depuis plusieurs mois, l'action de l'entreprise allemande chute en Bourse. Conséquence des procès en série qui impliquent le Roundup, l'herbicide au glyphosate controversé de Monsanto, racheté en 2016 par Bayer.

Les actionnaires de Bayer infligent un camouflet au directoire du groupe
Les actionnaires de Bayer sanctionnent la direction du groupe. REUTERS / Wolfgang Rattay
© Wolfgang Rattay

Les actionnaires de Bayer ont infligé un camouflet à la direction du groupe allemand en décidant vendredi 26 avril de ne pas ratifier les décisions prises par le directoire en 2018. Ils ont manifesté leur mécontentement après la chute du cours de l'action due à une accumulation des risques judiciaires liés à l'achat de Monsanto.

Réunis en assemblée générale à Bonn, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne), ils ont à 55,5% des votes refusé de donner quitus au directoire pour son action au cours de l'année 2018.

Ce vote a surtout une valeur symbolique dans la mesure où il n'a aucune incidence sur la responsabilité ou le mandat des dirigeants. Il est en revanche révélateur du divorce entre les actionnaires et le directoire.

Les actionnaires ont cependant donné quitus au conseil de surveillance de Bayer à 66,4% des votes exprimés, a fait savoir un porte-parole.

13 400 plaignants réclament des dommages et intérêts à Monsanto

Bayer a vu s'évaporer environ 30 milliards d'euros de sa valorisation boursière depuis qu'en août un tribunal californien a déclaré que Monsanto aurait dû avertir des risques présumés de cancer du Roundup, son herbicide au glyphosate.

Le groupe allemand a essuyé un second revers judiciaire en mars après qu'un jury californien a accordé 80,9 millions de dollars (72 millions d'euros) de dommages et intérêts à un autre plaignant.

Le nombre des plaignants qui réclament des dommages et intérêts à Monsanto en affirmant que son herbicide au glyphosate a provoqué leur cancer s'établit désormais à 13 400 contre 11 200 en janvier.

Bayer, qui a fait appel ou a prévu de faire appel des verdicts, met en avant les conclusions de différentes autorités qui attestent que l'utilisation du glyphosate est sans danger.

"Ce vote est un désaveu"

Quelque vingt actionnaires de Bayer, dont Deka Investment et Union Investment, avaient prévenu qu'ils voteraient contre l'action du directoire.

"Ce vote est un désaveu. Perdre la confiance de tant d'actionnaires en si peu de temps a une portée historique", a déclaré Ingo Speich, le responsable du développement durable et de la gouvernance d'entreprise chez Deka Investment, espérant qu'à l'avenir, les dirigeants de Bayer soient plus à l'écoute des actionnaires.

Les sociétés de conseil aux actionnaires, Institutional Shareholder Services (ISS) et Glass Lewis, avaient recommandé en avril de ne pas voter en faveur de l'action du directoire.

Avant la tenue de l'assemblée générale, plusieurs actionnaires avaient manifesté leur colère après la chute de l'action Bayer en Bourse.

Avec Reuters (Ludwig Burger, Matthieu Protard pour la version française, édité par Julie Carriat)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle