Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les acteurs du PLM étendent leurs cibles

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Forts de leurs succès, Dassault Systèmes et UGS multiplient les partenariats afin d'élargir leur couverture géographique et de se renforcer dans les PME.

Le PLM (product lifecycle management) a trouvé son marché. En 2004, les principaux acteurs de la gestion du cycle de vie produit, le français Dassault Systèmes et l'américain UGS, ont tous deux annoncé, les 8 et 9 fé-vrier derniers, avoir dépassé le cap du milliard de dollars de chiffre d'affaires. Leurs ventes de licences ont respectivement progressé de 12 et 10 %. Mais ce sont surtout les solutions de gestion collaborative des données techniques (licences, supports et services) qui ont connu une belle croissance. UGS annonce une progression des ventes de 35 % et Dassault Systèmes de 19 %.

Nouvelles alliances

Forts de leurs succès, les acteurs du PLM cherchent à sortir de leurs marchés traditionnels, l'automobile, l'aéronautique et les machines spéciales. Selon le cabinet américain Arc Advisory Group, l'industrie manufacturière ne représentait en 2004 que les deux tiers du marché total du PLM. Le secteur, estimé à 8,65 milliards de dollars par l'institut d'études Daratech, devrait voir la montée en puissance des industries de transformation (chimie, agroalimentaire), du B-TP et de la construction navale. Les PME ou les pays émergents comme la Chine sont également l'objet de toutes les convoitises. Pour s'imposer sur tous ces marchés, les éditeurs multiplient les alliances et cherchent à compléter leurs gammes.

En Chine, Dassault Systèmes vient ainsi de signer un accord technologique avec un éditeur local, Caxa, afin de développer une offre adaptée aux spécificités du pays. Sur le marché des PME, l'éditeur n'hésite pas non plus à remettre en cause son partenariat historique de plus de vingt ans avec IBM. Après un test réussi en Europe francophone, l'éditeur a décidé d'investir dans l'animation de son propre réseau de vente. L'acquisition, début janvier, des filiales suédoise, russe, britannique, allemande et suisse de l'intégrateur Rand Worldwide, ainsi qu'une prise de participation portée de 60 % à 70 % dans Rand North America vont également dans ce sens. L'éditeur français ne s'appuie plus sur IBM que pour les contrats avec les très grands comptes ou la distribution d'offres préparamétrées à des secteurs bien maîtrisés comme l'aéronautique. Et encore ! Dassault Systèmes discute désormais en direct avec Boeing dans le cadre du contrat 7E7. Même volonté d'émancipation de la part d'UGS vis-à-vis de son ex-propriétaire, EDS. L'éditeur américain vient ainsi d'annoncer un partenariat fort avec HP, pour proposer des offres globales, comprenant les logiciels, le matériel, l'intégration et le support. Il s'est également asso-cié avec la filiale américaine de Capgemini dans le domaine du conseil et des services. « Ces accords vont nous permettre d'adresser les marchés de la distribution, du process et des télécoms, où nous sommes peu présents », commente Pascal Zehren, directeur d'UGS France.

Mais UGS et Dassault Systèmes ne sont pas les seuls à multiplier les initiatives. L'américain PTC (Parametric Technology Corp.), qui a renoué avec les bénéfices en 2004, tente désormais de vendre aux PME ses solutions de gestion collaborative des données techniques (gamme Windchill) en s'appuyant sur son réseau de distribution. Après avoir dépassé le milliard de dollars de chiffre d'affaires, le leader de la CAO, Autodesk, prépare lui aussi une offensive dans le PLM, qui devrait bientôt être dévoilée.

Une plus grande diversité technologique

Des acquisitions sont à attendre de toutes parts. « Le secteur va poursuivre sa consolidation », prévient Bernard Charlès, le P-DG de Dassault Systèmes. D'autant que tous les acteurs disposent d'une réserve de cash non négligeable. UGS vient ainsi de compléter son offre d'usine numérique en mettant la main sur l'israélien Tecnomatix début janvier. PTC étudie quant à lui différentes options de rachats, allant de la simulation de process à l'offshore, en passant par la gestion de porte-feuille de projets. L'éditeur s'est déjà attaqué à la CAO électronique en s'offrant l'américain Ohio Design. Tout comme Autodesk, qui vient de lancer une solution de conception d'installation électrique, suite à l'acquisition de VIA Wiring Diagram.

Dassault Systèmes n'est pas non plus en reste. Son P-DG, Bernard Charlès, souhaite devenir « un acteur de premier ordre en matière de simulation ». Il entend aussi investir le marché de l'automatisme et de la visualisation de fichier 3D, avec son nouveau format, le 3D XML, et un partenariat avec Microsoft. Dopés par leurs succès, les acteurs du PLM ne sont décidément pas en panne d'ambitions !

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle