L'Usine Agro

Les acteurs de l'agriculture se dotent de leur propre plateforme d'échange de données

Franck Stassi , , , ,

Publié le

Les Chambres d’agriculture, les instituts techniques agricoles ainsi que des acteurs publics et privés lancent, après trois ans de gestation, Api-Agro, une plateforme d’échange de données à vocation européenne. L’enjeu : conserver la maîtrise de la data.

Les acteurs de l'agriculture se dotent de leur propre plateforme d'échange de données
Api-Agro, une plateforme d’échange de données à vocation européenne.
© Api-Agro

Les acteurs français de l’agriculture sont bien décidés à garder la main sur leurs données. A l’issue de trois ans de développement dont une année de bêta-test, la plateforme numérique Api-Agro, créée en 2016 par l’Association de coordination technique agricole (Acta) et l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA), se lance à l’assaut des marchés français et européens pour permettre à ses clients d’échanger des données (météo, pratiques agricoles, cartographie, économie…).

30 actionnaires, publics et privés, soutiennent l’initiative, suite à une levée de fonds totale de 1,4 million d’euros. L’entreprise est dotée de cinq salariés.

"Lorsque j’achète une moissonneuse-batteuse, je signe un papier stipulant que John Deere reste propriétaire des données. L’entreprise est la première à connaître les niveaux de rendement aux Etats-Unis !", observe Sébastien Windsor en sa qualité de président de l’Acta. "L’économie de la donnée n’est pas réservée qu’aux acteurs du numérique. C’est un très bon signal que de montrer que le monde agricole s’organise", renchérit le président de l’APCA, Claude Cochonneau. Derrière le capot, on retrouve un géant français du logiciel, Dassault Systèmes, à travers sa filiale de services en cloud Outscale. Api-Agro a déjà fédéré 50 organismes inscrits et 150 utilisateurs

Pour permettre de diffuser des jeux de données, sous forme brute ou embarquées dans des API, dans l’écosystème agricole et éventuellement les monétiser, Api-Agro a développé une plateforme européenne. "Nous sommes une marketplace d’échange de données. Dans le bassin parisien, il est facile de trouver de la donnée météo. Dans les zones de montagne, c’est plus difficile ! Pourquoi ne pas mettre en place des réseaux régionaux de collecte de données météorologiques, plutôt que de démultiplier les investissements ?", illustre le directeur d’Api-Agro, Sébastien Picardat. La plate-forme facturera un abonnement à ses utilisateurs.

"Les agriculteurs ne seront pas disruptés"

Le lancement effectif d’Api-Agro réjouit notamment la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). En avril 2018, elle avait lancé, avec les Jeunes agriculteurs, une charte, Data agri. La charte incite les fournisseurs de solutions connectées à proposer des contrats lisibles aux agriculteurs, l’anonymisation des données, le consentement en cas de revente de celles-ci et l’interopérabilité entre les différents systèmes.

De premières entreprises seront labellisées durant le salon international de l’agriculture. "Nous apprécions la prépondérance de l’usage des données entre les acteurs du monde agricole, qui ne seront pas exclus de ces innovations ni disruptés", indique la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte