Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

LES 6000 PREMIERES ENTREPRISESProfiter des beaux jours pour se musclerL'embellie profite à l'ensemble du secteur. Se développer encore à l'international reste la stratégie la plus payante.

Publié le

LES 6000 PREMIERES ENTREPRISES

Profiter des beaux jours pour se muscler

L'embellie profite à l'ensemble du secteur. Se développer encore à l'international reste la stratégie la plus payante.



Volumes satisfaisants en Europe, avec un léger bémol en Allemagne où la reprise traîne un peu les pieds. Bonne tenue des marchés américains même si un ralentissement se profile. Et sortie de crise de l'Asie du Sud-Est même si l'Indonésie reste un gros point noir et si les prix n'ont pas assez suivi du côté du Soleil-Levant. Tous les producteurs de matériaux de construction ont respiré en 1999. Les ténors du secteur en profitent pour accélérer l'allure. Saint-Gobain se renforce sur ses " nouveaux métiers ". Le groupe qui a franchi la barre des 150 milliards de francs de chiffre d'affaires s'est décidé à passer à l'offensive dans la distribution. L'achat en février 2000 de Meyer International en Grande-Bretagne a été le coup d'envoi de cette stratégie nouvelle en Europe. Les acquisitions de l'allemand Raab Karcher et de l'espagnol Mercader en Espagne ont suivi. Après l'OPA sur Redland en 1998, Bertrand Collomb, le P-DG de Lafarge, avait prévenu que la croissance externe ralentirait. Le groupe de matériaux a tout de même dépensé 1,5 milliard d'euros pour développer chacune de ses branches. Au programme : conforter la dimension internationale, avec notamment une troisième usine de tuile en Pologne ou l'entrée sur le marché indien du ciment. L'achat d'English China Clays permet à Imerys, l'ex-Imetal, de coiffer Ciments français à la troisième place de notre classement. En abandonnant son activité de transformation des métaux, le producteur de minerais a opéré un grand recentrage. Et il a renforcé ses positions avec l'achat, en mai dernier, de Quimbarra, le leader sud-américain du carbonate de calcium.



EN BAISSE

Lafarge loupe son OPA

Raté de peu, mais raté ! Les actionnaires de Blue Circle ont rejeté, au début de mai 2000, l'OPA de Lafarge sur son concurrent cimentier britannique. L'opération aurait permis au groupe de matériaux français de devenir l'incontestable numéro 1 mondial du ciment. Surtout, elle aurait renforcé son dispositif dans les pays asiatiques. Mais ce n'est peut-être que partie remise. Lafarge, qui a conservé 22,6 % du capital de Blue Circle, décidera de revenir ou non à la charge au printemps prochain, à l'issue du délai d'un an imposé par les autorités britanniques. Et le P-DG de Lafarge, Bertrand Collomb, aura eu la consolation de présenter d'excellents résultats en 1999. Une bonne santé qui se confirme en 2000.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle