Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les 34 plans : les feuilles de route des plans "transport" validées en premier

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Le comité de pilotage des 34 plans pour la nouvelle France industrielle n’est toujours pas installé. Mais on sait déjà qu’il validera en priorité les feuilles de route des plans liés au transport.

Les 34 plans : les feuilles de route des plans transport validées en premier

Début février, 4 mois après le lancement des 34 plans pour la Nouvelle France industrielle, au cabinet d’Arnaud Montebourg, on était encore très optimiste : toutes les feuilles de routes devraient avoir été validées à fin mars 2014. Las, les calendriers de Bercy sont toujours très optimistes. Trop ?

Normalement les chefs de file des 34 plans auraient déjà dû rendre leur copie avant la fin 2013. Ce n’est toujours pas le cas pour tous. Difficile donc de valider des feuilles de route pas encore toutes établies. Et même si c’est le cas, lorsque le comité de pilotage, prévu à cet effet serait opérationnel, il ne les validera que par vague. "Les plans les plus avancés, sur des programmes déjà existants, comme celui pour la voiture pour tous consommant moins de 2 litres aux 100 km, seront dans la première vague", prévient Pascal Faure, directeur général de la DGCIS. Ensuite, le comité de pilotage se réunira tous les mois, et devra avoir validé toutes les feuilles de route avant… l’été 2014.

Les plans "transport", souvent construits sur des filières déjà bien organisées, seront donc soutenus en priorité. L’enjeu étant quand même d’accéder au plus vite aux 730 millions d’euros des investissements d’avenir prévus pour les soutenir, sans parler d’autres enveloppes sectorielles, pour l’environnement notamment, qui portent, sur le papier, à plus d’un milliard l’effort pour construire ces nouvelles filières

Un traitement prioritaire, un peu injuste, car ce sont les chefs de file des plans du secteur numérique (environ un tiers des filières d’avenir identifiées) qui avaient été les plus promptes à fédérer les acteurs et à identifier les actions à mener. Mais, pour les services de Bercy, constituer un écosystème Big Data est sûrement plus difficile à appréhender que le développement de moteur hybride.

Aurélie Barbaux

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle