Les 28 milliards de dollars de redevances de brevets payées à Qualcomm qui poussent Apple à se révolter

Depuis l’introduction de son iPhone en 2007, Apple aurait versé près de 28 milliards de dollars en redevances de brevets à Qualcomm. Un montant que la firme à la pomme juge exorbitant et qui la pousse à se révolter en portant plainte contre le numéro un mondial des puces pour mobiles.

Partager
Les 28 milliards de dollars de redevances de brevets payées à Qualcomm qui poussent Apple à se révolter
L'iPhone, une mine d'or pour Qualcomm

Trois jours après le lancement par la Federal Trade Commission (FTC) des poursuites contre Qualcomm pour abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles, Apple dépose une plainte contre le numéro un mondial des puces mobiles. L’enjeu de la bataille judiciaire porte sur les redevances que Qualcomm le fait payer pour l’utilisation de ses brevets sur les technologies 3G et 4G. La firme à la pomme juge le niveau de ces redevances abusif, cinq fois supérieur à celui d’autres détenteurs de brevets comme Ericsson.

Apple puni

Qualcomm dispose d’une partie importante des brevets essentiels à la construction de mobiles 3G et 4G. Pour leur utilisation, il exige des constructeurs le versement d’une redevance équivalente à 5% de leurs ventes (3,3% pour les Chinois). Bien qu’il soit seulement numéro deux mondial des smartphones derrière Samsung, Apple est le premier contributeur à ce titre. Depuis son lancement en 2007, l’iPhone aura généré près de 655 milliards de dollars de chiffre d’affaires. En vertu des exigences habituelles de Qualcomm, Apple aurait dû lui verser près de 33 milliards de dollars en 10 ans en redevances.

En fait, la firme à la pomme en a versé moins. Car depuis 2011, un accord secret liant les deux groupes fait de Qualcomm le fournisseur exclusif d’Apple en modems cellulaires. En contrepartie, le numéro trois mondial des semiconducteurs accorde au constructeur de l'iPhone une ristourne de 15 à 20 % sur le montant des redevances exigées. En 2016, nous estimons cette ristourne à 1 milliard de dollars. C’est la somme que Qualcomm refuse de rembourser pour punir Apple d’avoir dénoncé ses pratiques auprès de la FTC, de l’autorité de la concurrence en Corée du Sud et de la Commission européenne. Et c’est ce que la firme de Tim Cook réclame en paiement du.

Les brevets, 70% des bénéfices de Qualcomm

En tenant compte de ce mécanisme de ristourne, nous estimons les redevances payées par Apple à Qualcomm à près de 28 milliards de dollars en 10 ans. Rien qu’en 2016, le montant versé tournerait autour de 5,5 milliards de dollars. Ce qu’Apple considère désormais comme un abusif. D’autant que, de par son positionnement exclusif sur le haut de gamme, il est le constructeur de mobiles le plus ponctionné. Plus il innove pour augmenter le prix moyen de ses iPhones, plus il paie des redevances à Qualcomm, ce qui lui donne le sentiment de se faire racketter les fruits de son effort d’innovation.

Qualcomm a bâti sa fortune sur sa position de quasi-monopole dans les puces mobiles (dont il contrôle plus de 50% du marché mondial selon Strategy Analytics) mais aussi sur sa stratégie agressive de valorisation de ses brevets dans les technologies 3G et 4G. Dans son contentieux avec Apple, il a beaucoup à perdre. Car si la valorisation de ses brevets ne représente que 30% de son chiffre d’affaires total, elle lui rapporte 70% de son bénéfice. Une baisse des redevances versées par Apple, qui constituent près de la moitié de tous ses revenus en propriété intellectuelle, aurait un impact négatif considérable sur sa profitabilité mais aussi sa capacité à financer son effort de R&D, et donc à développer de son activité dans les puces mobiles.

Risque de perte d'Apple comme client

Un autre risque pointe à l’horizon. Depuis l’iPhone 7, lancé en septembre 2016, Qualcomm n’est plus le fournisseur exclusif de modems 4G. Un marché qu’il partage avec son concurrent Intel. La détérioration de ses relations avec Apple pourrait pousser ce dernier à l’évincer complètement en le remplaçant par un autre fournisseur dès l'iPhone 8 à lancer en 2018. Une issue qui serait dévastatrice pour les revenus de Qualcomm dans les puces. Ceci explique les inquiètudes de Wall Street qui a sanctionné l'entreprise par une baisse du cours de l'action de 14,2%.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé(e) de Certification Clients Agroalimentaires (F-X-H)

BUREAU VERITAS - 10/11/2022 - CDD - Cesson Sévigné

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

56 - BRECH

Résidence Opale, construction de 25 logements à Brech..

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS