Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les 28 milliards de dollars de redevances de brevets payées à Qualcomm qui poussent Apple à se révolter

Ridha Loukil , ,

Publié le

Depuis l’introduction de son iPhone en 2007, Apple aurait versé près de 28 milliards de dollars en redevances de brevets à Qualcomm. Un montant que la firme à la pomme juge exorbitant et qui la pousse à se révolter en portant plainte contre le numéro un mondial des puces pour mobiles.

Les 28 milliards de dollars de redevances de brevets payées à Qualcomm qui poussent Apple à se révolter
L'iPhone, une mine d'or pour Qualcomm
© Apple

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Trois jours après le lancement par la Federal Trade Commission (FTC) des poursuites contre Qualcomm pour abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles, Apple dépose une plainte contre le numéro un mondial des puces mobiles. L’enjeu de la bataille judiciaire porte sur les redevances que Qualcomm le fait payer pour l’utilisation de ses brevets sur les technologies 3G et 4G. La firme à la pomme juge le niveau de ces redevances abusif, cinq fois supérieur à celui d’autres détenteurs de brevets comme Ericsson.

Apple puni

Qualcomm dispose d’une partie importante des brevets essentiels à la construction de mobiles 3G et 4G. Pour leur utilisation, il exige des constructeurs le versement d’une redevance équivalente à 5% de leurs ventes (3,3% pour les Chinois). Bien qu’il soit seulement numéro deux mondial des smartphones derrière Samsung, Apple est le premier contributeur à ce titre. Depuis son lancement en 2007, l’iPhone aura généré près de 655 milliards de dollars de chiffre d’affaires. En vertu des exigences habituelles de Qualcomm, Apple aurait dû lui verser près de 33 milliards de dollars en 10 ans en redevances.

En fait, la firme à la pomme en a versé moins. Car depuis 2011, un accord secret liant les deux groupes fait de Qualcomm le fournisseur exclusif d’Apple en modems cellulaires. En contrepartie, le numéro trois mondial des semiconducteurs accorde au constructeur de l'iPhone une ristourne de 15 à 20 % sur le montant des redevances exigées. En 2016, nous estimons cette ristourne à 1 milliard de dollars. C’est la somme que Qualcomm refuse de rembourser pour punir Apple d’avoir dénoncé ses pratiques auprès de la FTC, de l’autorité de la concurrence en Corée du Sud et de la Commission européenne. Et c’est ce que la firme de Tim Cook réclame en paiement du.

Les brevets, 70% des bénéfices de Qualcomm

En tenant compte de ce mécanisme de ristourne, nous estimons les redevances payées par Apple à Qualcomm à près de 28 milliards de dollars en 10 ans. Rien qu’en 2016, le montant versé tournerait autour de 5,5 milliards de dollars. Ce qu’Apple considère désormais comme un abusif. D’autant que, de par son positionnement exclusif sur le haut de gamme, il est le constructeur de mobiles le plus ponctionné. Plus il innove pour augmenter le prix moyen de ses iPhones, plus il paie des redevances à Qualcomm, ce qui lui donne le sentiment de se faire racketter les fruits de son effort d’innovation.

Qualcomm a bâti sa fortune sur sa position de quasi-monopole dans les puces mobiles (dont il contrôle plus de 50% du marché mondial selon Strategy Analytics) mais aussi sur sa stratégie agressive de valorisation de ses brevets dans les technologies 3G et 4G. Dans son contentieux avec Apple, il a beaucoup à perdre. Car si la valorisation de ses brevets ne représente que 30% de son chiffre d’affaires total, elle lui rapporte 70% de son bénéfice. Une baisse des redevances versées par Apple, qui constituent près de la moitié de tous ses revenus en propriété intellectuelle, aurait un impact négatif considérable sur sa profitabilité mais aussi sa capacité à financer son effort de R&D, et donc à développer de son activité dans les puces mobiles.

Risque de perte d'Apple comme client

Un autre risque pointe à l’horizon. Depuis l’iPhone 7, lancé en septembre 2016, Qualcomm n’est plus le fournisseur exclusif de modems 4G. Un marché qu’il partage avec son concurrent Intel. La détérioration de ses relations avec Apple pourrait pousser ce dernier à l’évincer complètement en le remplaçant par un autre fournisseur dès l'iPhone 8 à lancer en 2018. Une issue qui serait dévastatrice pour les revenus de Qualcomm dans les puces. Ceci explique les inquiètudes de Wall Street qui a sanctionné l'entreprise par une baisse du cours de l'action de 14,2%.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle