Les 191 salariés de Molex recevront 7 millions d’euros après des licenciements "sans cause réelle ni sérieuse"

La cour d’appel de Toulouse a donné raison aux anciens salariés de l’usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) fermée en 2009. Le fond du premier jugement des prud’hommes de Toulouse a donc été confirmé : les licenciements ont eu lieu "sans cause réelle ni sérieuse". Les 191 ex-employés se partageront la somme de 9 millions d’euros.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les 191 salariés de Molex recevront 7 millions d’euros après des licenciements

Il aura fallu attendre deux ans de plus pour les salariés Molex. Les 191 personnes, licenciées après la fermeture de l’usine de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) en 2009, ont à nouveau obtenu gain de cause. Le tribunal d’appel de Toulouse a validé, en partie, la décision du tribunal des prud’hommes de Toulouse, prononcé en 2014 : les licenciements ont eu lieu "sans cause réelle ou sérieuse".

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Un combat reconnu"

Cette fois, les indemnités atteignent 7 millions d’euros, contre 13,7 millions d’euros lors du jugement au Prud’hommes. Interrogée par France Info, Denis Parise, l’ancien secrétaire CGT du CE, regrette tout de même la fermeture du site. "C’est le combat des ‘Molex’ qui est reconnu aujourd’hui. Cela fait huit ans que nous sommes devant les tribunaux. Malheureusement, l’entreprise est aujourd’hui fermée, c’est un gros regret."

A LIRE AUSSI

Autre point noir pour l’ancien syndicaliste, l’indemnité ne sera pas payée par les dirigeants de Molex. "Ce qui est regrettable, c’est que c’est l’AGS (l’Assurance de garantie des salaires, financée par une cotisation patronale obligatoire) qui va payer, pas Molex." La maison-mère du groupe américain avait été exonéré de responsabilité dans la fermeture de l’usine de Villemur-sur-Tarn en décembre 2015 par la cour d’appel de Bordeaux.

La direction de Molex a désormais deux mois pour se pourvoir en cassation.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS