Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les 1001 vies du téléport d’Orange, champion des transmissions satellites

Cédric Soares ,

Publié le

Vidéo En 40 ans, le téléport d’Orange de Bercenay-en-Othe (Aube) a eu plusieurs vies. Ouvert en 1978 pour assurer la transmission de communications vocales à l’international, il devrait bientôt permettre de doter les avions de ligne de connexions wifi.

Les 1001 vies du téléport d’Orange, champion des transmissions satellites
Orange célèbre les 40 ans du téléport de Bercenay-Othe dans l'Aube.
© HAMILTON/REA

A 25 km au Sud-Est de Troyes, une grappe de soucoupes blanches, braquées vers le ciel, défie la campagne de Bercenay-en-Othe, dans l’Aube. Un carré orange, logo de l’opérateur éponyme, orne l’entrée du site… Un téléport destiné à exploiter les signaux télécommunications spatiales. A l’occasion de ses quarante ans, Orange a ouvert les portes du complexe à la presse.

Au total, 32 antennes paraboliques, d’un diamètre compris entre 3,8 et 32,5 mètres y sont en activité. La première a été installée en 1978. “Les satellites étaient peu puissants, il fallait de très grandes antennes. A l’époque on pensait que celles-ci devaient être situées loin des villes pour éviter la pollution électromagnétique et qu’elles soient sur des espaces très dégagés de manière à pointer sur une large variété de satellites. Ce site de Bercenay-en-Othe cochait toutes les cases ”, explique Jean-Luc Vuillemin, directeur des réseaux internationaux d’Orange.

Avec une masse de 300 tonnes, BY1, la doyenne des antennes, s’impose comme la plus grande et la plus volumineuse du site. Cette parabole rythme la visite d’un claquement métallique. “L’antenne est très directive. Il faut qu’elle soit pointée à moins d’un dixième de degré du satellite. Comme il y a du vent et que le satellite bouge en permanence, on est obligé de compenser les mouvements. On ne la voit pas se déplacer, mais on l’entend grincer parce qu’elle est en permanence en train de pointer vers le satellite”, détaille Thomas Girardin, directeur du téléport de Bercenay.


L'antenne BY1 du téléport d'Orange à Bercenay-en-Othe (Aube) ©Cédric Soares

 

Des antennes démesurées aujourd’hui

Ce grand gabarit était la norme dans les années 1980. L’augmentation de la puissance des satellites l’a rendu obsolète. “Est ce que l’on reconstruirait Bercenay à l’identique ? La réponse est non, concède Jean-Luc Vuillemin. Si aujourd’hui on avait à reconstruire ce serait un site complètement différent. On n'aurait absolument plus ces antennes de 32 mètres. Le maximum de taille d’antenne atteindrait probablement les 11 mètres ou 13 mètres avec lesquels on sait faire l’équivalent. Mais ces équipements restent extrêmement performants”. Pour exploiter les signaux de 23 satellites situés à 36 000 km de la Terre, le complexe opère également 2 500 stations distantes dans plus de 100 pays.

Le téléport a été conçu pour acheminer les communications vocales entre la métropole et les DOM-TOM. “Ce besoin existe de moins en moins parce qu’aujourd’hui, d’autres technologies alternatives peuvent y répondre”, commente Jean-Luc Vuillemin. Depuis l’arrivée de la fibre optique dans les câbles sous-marins an 1988, le satellite n’est plus la technologie la plus rentable. Elle reste néanmoins irremplaçable, comme l’explique le directeur des réseaux d’Orange dans la vidéo suivante réalisée par L'Usine Nouvelle. 

Jean-Luc Vuillemin, directeur réseaux et service internationaux chez Orange, explique l'intérêt de la technologie satellite pour l'opérateur

De la téléphonie aux connexions pour entreprises

En 40 ans, l’usage du téléport a évolué. La téléphonie a laissé progressivement place à la transmission de flux vidéos pour la télévision dans les années 1980 - 1990. Un nouveau virage s’opère dans les années 2000 avec le décollage du marché du service aux entreprises.


Un opérateur du téléport de Bercenay-en-Othe (Aube) ©HAMILTON/REA

Aujourd’hui 60% de la capacité spatiale exploitée par le téléport est commercialisée sous forme de connexions sécurisées VSAT (Very Small Aperture Terminal) pour les clients d’Orange Business Services. L’ONU en utilise par exemple lors de missions d’urgence. Elles peuvent également servir à assurer la liaison data avec des navires en opération ou prochainement à fournir une connexion wifi dans les avions de ligne.

Les 40% restants servent à fournir des connexions OTI (Open Transit Internet) à débit garanti aux filiales du groupe, principalement en Afrique mais aussi pour couvrir les zones blanches en Roumanie et en Espagne. Et demain, quel avenir pour le téléport de Bercenay ? Rendez-vous au prochain anniversaire pour le savoir.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle