Economie

Les 10 propositions de Syntec Numérique pour la présidentielle

, , ,

Publié le

La chambre professionnelle des métiers du numérique a synthétisé son plan développement de l’industrie de l’immatériel en 10 propositions aux candidats à la présidentielle. Avec à la clé, des créations d’emplois et des baisses de dépenses sociales.

Les 10 propositions de Syntec Numérique pour la présidentielle © Presmaster/Fotolia

Création de 100 000 emplois sur cinq ans et plus de 3,5 milliards d’euros d’économie : tels sont les chiffres obtenus en additionnant les estimations réalisées par Syntec Numérique si ses dix propositions pour les candidats à l’élection présidentielle étaient mises en œuvre.

Ces propositions ont été présentées mardi 17 janvier par Guy Mamou Mani, président du Syntec Numérique, avec son enthousiasme et son franc-parler habituel.

Les thèmes principaux comme la formation, la simplification ou le développement des usages sont sous-tendus par une même volonté : faire - enfin - comprendre aux politiques que le secteur du numérique est bien une industrie qu’il ne faut pas mettre dans le même sac que les services.

Le Syntec Numérique répète à l’envi qu’il ne demande pas d’aide, "juste que l’on nous laisse tranquille, martelle Guy Mamou Mani, et que l’on arrête de surcharger l’industrie qui crée le plus d’emplois et qui représente 20 % de la croissance de la France. La réforme de la taxe professionnelle s’est traduite pour nous par une augmentation de 20 %".

"Nous sommes une industrie qui s’est faite toute seule, ajoute Pascal Brier, vice-président en charge de la communication. Or l’État ne s’occupe que des filières qui vont mal. Utilisons l’argent de la formation destiné aux filières en difficulté pour former leurs employés aux métiers des filières qui vont bien !".

Voilà qui est dit. Dans les semaines à venir, Syntec Numérique prévoit de réaliser un suivi des propositions des candidats sur ces sujets.

Les dix propositions de Syntec numérique
1 - Mise en place d’un bonus-malus pour favoriser les entreprises exemplaires dans le domaine sociétal.
Au lieu "d’entasser des taxes sur des taxes", il faudrait mettre en place un bonus-malus pour pousser les entreprises à valoriser le capital humain et à intégrer les minorités, les jeunes, les handicapés… Et créer un "centre de formation d’apprentis du numérique".

2 - Unifier l’information sur les différentes aides aux entreprises
"Il se crée en France de nombreuses entreprises, mais il est très difficile de passer le mur des 10 millions d’euros de chiffres d’affaires. Les aides existent, mais les PME ne savent pas comment y accéder. Dans le département des Hauts-de-Seine, par exemple, nous avons dénombré 552 aides différentes !", analyse Guy Mamou Mani. La mise en place d’un réseau numérique de l’innovation et d’un portail unique faciliterait l’accès aux aides aux PME.

3 - Sanctuariser le crédit impôt recherche
En quatre ans, les entreprises ont vu trois règles différentes se succéder pour le crédit impôt recherche. Pour le Syntec numérique, une stabilité sur au moins cinq ans est indispensable pour permettre aux entreprises de planifier leurs investissements. Le développement d’un logiciel peut prendre jusqu’à trois ou quatre ans.

4 - Créer un crédit numérique pour les PME
Ce crédit aidera les TPE et les PME à investir dans le numérique. La France est très en retard dans ce domaine par rapport aux pays scandinaves.

5 - Créer une filière de formation numérique
"Nous manquons de ressources, rappelle Guy Mamou-Mani. Notre industrie crée entre 5 000 et 10 000 postes par an, et nous pourrions en créer plus. Nous ne manquons pas seulement d’ingénieurs, mais également de Bac +2 ou Bac +3. Il faut sensibiliser les jeunes aux possibilités d’emploi dans le numérique dès le collège".

6 - Amplifier la modernisation de l’État
"Il faut renforcer la direction interministérielle des systèmes d’information et de la communication (DISIC) et la faire reposer sur un contrat de progrès réunissant les ministères, les représentants des agents publics et les entreprises."

7 - Rendre plus efficiente la relation entre l’État et le citoyen
"Il faut généraliser les initiatives du type déclaration d’impôts en ligne ou mon.service-public.fr. Dans le Livre blanc sur la télémédecine, nous montrons que sur quatre maladies, la sécurité sociale pourrait économiser deux milliards d’euros. Or, actuellement, on peut aller consulter plusieurs médecins la même journée et être remboursé, mais un acte de télémédecine, lui, n’est pas remboursé !"

8 - Accélérer le déploiement de l’e-éducation

9 - Mettre en place un cadre réglementaire adapté au télétravail.
Actuellement, l’environnement de travail d’un télétravailleur à son domicile est régi pas les mêmes normes qu’au sein de l’entreprise. La législation doit être adaptée pour permettre le travail à la maison dans le respect de nouvelles règles.

10 - Étendre les services numériques à domicile
Il faut étendre les domaines prévus par la loi Borloo pour inclure la domotique, les équipements de e-santé, les tablettes, les smartphones, pour réduire la fracture numérique.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte