Lenovo se cramponne aux mobiles malgré leurs pertes persistantes

Pour la troisième année consécutive, les mobiles de Lenovo sont dans le rouge, avec une perte d’exploitation de 655 millions de dollars en 2016. Mais le groupe chinois n’envisage pas pour autant de sortir de cette activité jugée stratégique pour sa marque. Jusqu’à quand ?

Partager
Lenovo se cramponne aux mobiles malgré leurs pertes persistantes
Yuanqing Yang, PDG de Lenovo, peine toujours à redresser ses mobiles

Lenovo n’envisage pas de sortir des mobiles. Du moins pour l’instant. Le PDG du groupe Yuanqing Yang l’a affirmé lors de la présentation des résultats trimestriels le 16 février 2016. Pourtant, la situation semble intenable. Pour la troisième année consécutive, l’activité est dans le rouge vif. Et la situation a toutes les chances de perdurer en 2017.

Des ambitions déçues

Le constructeur chinois a un exercice fiscal décalé au 31 mars de l'année. Pour avoir une idée de l’ampleur du problème, nous avons reconstitué les résultats sur les années calendaires 2015 et 2016. Ses mobiles ont terminé 2016 avec un chiffre d’affaires en chute de 14% à 8,7 milliards de dollars et une perte d’exploitation de 655 millions de dollars, légèrement inférieure à celle de 757 millions de dollars en 2015. Une persistance qui témoigne des difficultés éprouvées par le groupe à ramener cette activité à la rentabilité.

Le numéro un mondial des PC a pourtant caressé l’espoir de devenir le leader chinois des mobiles. Pour renforcer ses positions à l’international, il est allé jusqu’à racheter en octobre 2014 Motorola Mobility à Google pour 2,9 milliards de dollars, sa plus grande acquisition. Yuanqing Yang ambitionne alors de consolider la position de numéro trois mondial de Lenovo dans les smartphones puis de battre Apple et Samsung, les deux leaders du marché. Le constat doit être aujourd’hui amère. Les résultats du groupe l'éloignent chaque année un peu plus de cet objectif.

Sévère plan de restructuration

Selon TrendForce, les livraisons de smartphones de Lenovo sont tombées de 70 millions d’unités en 2015 à 60 millions en 2016. Entre temps, la marque a chuté de la quatrième place mondiale à la huitième, détrônée non seulement par le coréen LG mais aussi par ses compatriotes Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi. Premier constructeur chinois de smartphones en 2014, Lenovo a rétrogradé à la deuxième place en 2015 puis à la cinquième en 2016, derrière Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi. Une dégringolade qui l'a contraint à mettre en place une sévère restructuration avec à la clé la suppression de 3200 postes et un plan d’économie de 1,35 milliard de dollars par an.

Pour Yuanqing Yang, pas question pour autant de mettre fin à l’aventure. Les mobiles constituent l’un de ses deux axes de diversification stratégique aux côtés des serveurs. D’autant que le marché des PC, son métier d’origine, est en déclin ininterrompu depuis 5 ans. Comme pour Sony ou LG, les mobiles sont vus également comme un vecteur essentiel de promotion de la marque auprès du grand public et un moteur d'entrainement de la vente d’autres produits comme les PC, les objets connectés ou les téléviseurs connectés (vendus uniquement en Chine). La direction place ses espoirs dans sa politique de maitrise des coûts et dans l’expansion dans des marchés porteurs comme l’Inde pour ramener cette activité au vert au quatrième trimestre 2017 ou au premier trimestre de 2018. Le patron du groupe se console d’être la deuxième marque de smartphones en Inde avec environ 10% du marché local selon IDC, derrière Samsung (23%).

Les serveurs dans le rouge aussi

Mais Lenovo n’a pas des ennuis que dans les mobiles. La division d’équipements de datacenters, formée essentiellement par le rachat en octobre 2015 des serveurs X86 d’IBM pour 2,1 milliards de dollars, est également dans le rouge, avec une perte d’exploitation de 282 millions de dollars en 2016 pour un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de dollars. Là encore, cette activité est stratégique pour la diversification du groupe dans le monde de l'entreprise et de l'équipement d'infrastructure de cloud computing.

Ces difficultés, combinées au recul inexorable des ventes de PC, font trébucher Lenovo pour la première fois depuis la crise économique de 2008. Le chiffre d'affaires total diminue de 9,5% à 42,6 milliards de dollars en 2016. Bonne nouvelle toutefois : le groupe, qui a encaissé une perte nette de 209 millions de dollars en 2015, revient au vert, avec un bénéfice net de 600 millions de dollars. Ceci grâce à la bonne tenue des marges dans les PC.

Les chiffres clés de Lenovo en 2016

Effectif : 55 000 personnes

Chiffre d’affaires : 42,6 milliards de dollars (-9,5%)

Bénéfice net : 600 millions de dollars (perte de 206 millions de dollars en 2015)

Répartition du chiffre d’affaires : PC (70%), mobiles et objets connectés (18%), serveurs et équipements de datacenters (12%)

Volumes de vente :

60 millions de smartphones (70 millions en 2015)

10,9 millions de tablettes (9,7 millions en 2015)

55,5 millions de PC (57,2 millions en 2015)

Sources: TrendForce, IDC et Lenovo

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS