Lejaby : la CGT dénonce une récupération politique

Le syndicat rappelle vendredi que 350 emplois restent à sauver chez Lejaby. Sept salariés doivent être reçu dans l'après-midi à l'Elysée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Lejaby : la CGT dénonce une récupération politique

La CGT dénonce "l'opération médiatique et de récupération politique à laquelle se livre le locataire de l'Elysée". Le 1er février, les salariés du site Lejaby d’Yssingeaux ont appris la reprise de leur site par un sous-traitant de Louis Vuitton. Le président de la République doit reçevoir vendredi à l'Elysée sept de ces employés.

Une bonne nouvelle, mais la CGT rappelle que les sites de Rillieux-la-Pape (Rhône), Bellegarde, Bourg-en-Bresse (Ain) et le Teil (Ardèche) ne sont pas encore repris. Les deux usines de l'Ain et celle d'Ardèche, qui employaient au total quelque 200 salariés, ont fermé fin 2010. A Rillieux, 150 emplois doivent disparaître après la reprise de la société de lingerie par un consortium mené par Alain Prost. Les productions sont petit à petit parties à l'étranger.

"Devant le refus de recevoir les déléguées des différents sites, la fédération est en droit de s'interroger fortement sur le sens profond du show à l'Elysée" estime la confédération. "L'heure n'est pas encore venue de se congratuler sur le dossier Lejaby."




Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS