Légère hausse en vue en Europe pour la dernière séance du mois (actualisé)

par Laetitia Volga

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Légère hausse en vue en Europe pour la dernière séance du mois (actualisé)
Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse modérée mardi à l'ouverture après les nouveaux records inscrits la veille à Wall Street. D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien ouvrirait en hausse de 0,23%, le Dax à Francfort prendrait 0,19% et le FTSE à Londres avancerait de 0,32%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse modérée mardi à l'ouverture après les nouveaux records inscrits la veille à Wall Street, la dynamique positive des actions étant amenée à se poursuivre pour la dernière séance du mois malgré des déceptions économiques en Chine.

D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien ouvrirait en hausse de 0,23%, le Dax à Francfort prendrait 0,19%, le FTSE à Londres avancerait de 0,32% et l'EuroStoxx 50 de 0,21%.

Les indices boursiers devraient conclure ce mois d'août en hausse, ce qui constituerait pour le Stoxx 600 son septième mois consécutif de gains, du jamais vu en plus de huit ans, grâce aux bons résultats des entreprises, à la poursuite de la vaccination contre le COVID-19 et au soutien des banques centrales.

Les actions ont reçu un coup de boost vendredi avec le discours du président de la Fed qui n'a donné d'indication claire sur un éventuel resserrement monétaire de la politique monétaire américaine.

A WALL STREET

Les contrats à terme suggèrent pour le moment une ouverture en hausse de 0,3% à 0,5% après les records en clôture des indices Nasdaq Composite et S&P-500 lundi, les investisseurs ayant privilégié les valeurs technologiques grâce aux propos jugés rassurants de Jerome Powell sur le rythme de resserrement de la politique monétaire de la banque centrale américaine. [.NFR]

Le Nasdaq, qui a établi un record de clôture à 15.265,89 points, a gagné 0,9%. En hausse de 0,43%, le S&P a également inscrit un record, à 4.528,81 points. L'indice Dow Jones a en revanche reculé de 0,16% à 35.399,84 points, plombé notamment par American Express (-4,4%) et Boeing (-4,1%).

EN ASIE

Le Nikkei à la Bourse de Tokyo a gagné 1,08%, malgré les inquiétudes concernant l'épidémie de COVID-19 au Japon.

Une université basée à Tokyo a découvert une nouvelle mutation du variant Delta, a rapporté lundi la chaîne de télévision NHK, ajoutant que des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour déterminer son caractère infectieux et son impact.

En Chine, le CSI 300 réduit ses pertes et cède 0,33% dans un contexte d'incertitude quant au rythme de la reprise économique et du renforcement par Pékin des règles relatives aux jeux en ligne pour les mineurs.

En raison notamment de la pandémie et des prix élevés des matières premières, l'indice PMI manufacturier officiel a reculé plus qu'attendu à 50,1 et celui des services est tombé à 47,3, traduisant une contraction de l'activité dans le secteur, ce qui n'était pas arrivée depuis le pic de la pandémie en février 2020.

"Les indices PMI d'août, plus mauvais que prévu, renforcent notre opinion selon laquelle le ralentissement de la croissance au second semestre pourrait être très important", ont écrit les économistes de Nomura.

CHANGES/TAUX

L'indice dollar, au plus bas en deux semaines (-0,19%), reste pénalisé par l'absence de message clair de Jerome Powell sur l'évolution future de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

L'euro fait partie des monnaies qui en profite. Il évolue au plus haut depuis le 6 août à 1,1828 dollar. La tendance pourrait évoluer avec les premiers chiffres de l'inflation dans la zone euro en août, attendus à 09h00 GMT.

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans est en légère hausse à 1,2802% pour sa troisième journée de repli consécutive.

Sn équivalent allemand est inchangé à -0,432%.

PÉTROLE

Le marché du pétrole efface ses pertes malgré les craintes sur une baisse de demande de brut des raffineries de Louisiane après le passage de l'ouragan Ida tandis que les producteurs de l'Opep+ prévoiraient de maintenir l'augmenter de la production prévue.

Le baril de Brent est stable à 73,41 dollars et le brut léger américain gagne 0,03% à 69,23 dollars.

(Reportage Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS