Légère hausse des Bourses européennes à la mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes sont orientées en légère hausse jeudi à la mi-séance, sauf Londres qui recule un peu avec les pétrolières et les minières, dans des marchés suspendus aux décisions imminentes de la Banque centrale européenne.
Partager
Légère hausse des Bourses européennes à la mi-séance

La BCE devrait encore franchir une nouvelle étape dans l'assouplissement de sa politique monétaire alors que les diverses mesures prises jusqu'à présent n'ont pas suffi à ramener de l'inflation dans la zone euro.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,17% à 4.433,04 points vers 11h45 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,32%, mais à Londres, le FTSE recule de 0,25%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,27% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,22%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,18% à 0,23%.

La BCE pourrait aussi amplifier ses achats de titres dans le cadre de sa politique d'assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE), lancée il y a exactement un an et déjà prolongée en décembre jusqu'en mars 2017. Une nouvelle réduction, d'au moins dix points de base, du taux de dépôt, actuellement fixé à -0,30%, paraît par ailleurs acquise, après celle de décembre.

Dans le secteur de l'assurance, le britannique Aviva prend 4,3% à la suite de la publication de résultats annuels meilleurs que prévu et de l'évocation d'une distribution de trésorerie aux actionnaires.

Hannover Re s'adjuge 4%. Le réassureur allemand a relevé son dividende de 4,25 à 4,75 euros au titre de 2015 après avoir réalisé un bénéfice net supérieur au milliard d'euros pour la première fois.

A Paris, Carrefour a publié des résultats annuels en hausse pour la quatrième année consécutive, son redressement en Europe et sa dynamique au Brésil compensant un recul en France et une chute en Chine, ce dernier point inquiétant les investisseurs et expliquant pourquoi le titre accuse la plus forte baisse du CAC 40 (-4,2%).

Lagardère chute pour sa part de plus de 10% après ses résultats 2015. Le groupe de médias a officialisé le départ de son directeur financier Dominique D'Hinnin. Barclays n'est plus à l'achat.

Sur le marché des changes, l'euro perd du terrain dans la perspective d'une nouvelle baisse des taux de dépôt. La devise perd 0,27% à 1,0969 dollar et les cours du pétrole retombent par rapport aux pics de la semaine.

(Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS