Le vote de confiance de Manuel Valls, Pierre Gattaz, Air France... la revue de presse de l'industrie

Publié le

Le vote de confiance de Manuel Valls à l'Assemblée nationale est aujourd'hui à la une de l'actualité. Dans Le Parisien/Aujourd'hui en France, Pierre Gattaz demande au Premier ministre de "mettre le turbo". Le président du Medef répond également à la polémique suscitée par les propositions "chocs" pour créer de l'emploi. Enfin, retour sur le durcissement du mouvement de grève des pilotes d'Air France.

Le vote de confiance de Manuel Valls, Pierre Gattaz, Air France... la revue de presse de l'industrie

Valls face aux députés

Examen de passage pour le gouvernement Valls II. Après le traditionnel discours de politique général, le Premier ministre engagera ce mardi la responsabilité de son équipe devant l'Assemblée nationale.

Comme le montre Le Parisien, la montée en puissance des frondeurs fragilise la majorité. Mais il y a toutefois peu de risques que Manuel Valls n'obtienne pas la confiance des députés.

Le gouvernement reste cependant sous pression : "Qui lui fait encore confiance ?", titre ainsi La Marseillaise. Dans son édition publiée ce lundi 15 septembre, Le Monde rapportait des propos de Manuel Valls qui rencontrait hier des députés socialistes : "Si d'ici trois à six mois, la situation ne s'est pas inversée, ce sera foutu", s'inquiétait le chef du gouvernement. En réaction, Manuel Valls a démenti avoir tenu ses propos et a indiqué qu'il assurerait sa mission de Premier ministre "jusqu'au bout".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avertissement de Pierre Gattaz

"Manuel Valls doit aller plus vite et plus fort", réclame de son côté le président du Medef dans une interview accordée au Parisien/Aujourd'hui en France.

Pierre Gattaz revient sur les propositions "chocs" de l'organisation patronale pour créer de l'emploi en France. "Autoriser le travail le dimanche et après 21 heures, sur volontariat, quand une entreprise le demande par exemple. Je ne dis pas que cela doit devenir un jour normal, mais les modes de vie changent. Si certains de nos salariés veulent travailler entre 21 heures et minuit et gagner plus, qu’on les laisse faire. En France, il y a cinq millions de chômeurs… Si on leur propose de travailler de 21 heures à minuit en étant doublement ou triplement payés, c’est toujours mieux que rien, non ? Ouvrons le débat", indique notamment le patron des patrons.

Pierre Gattaz - pour qui "les mots interdits, les tabous, ça suffit" - juge qu'"il faut fluidifier le marché du travail" et que "notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté".

 

 

Air France : le mouvement de grève se durcit

Avec 60 % de vols annulés mardi pour le deuxième jour de grève, les pilotes d'Air France durcissent le ton face à la direction de la compagnie aérienne.

"Les négociations entre la direction et les syndicats, autour des modalités de développement de la filiale low cost Transavia, se poursuivent, mais semblent toujours dans l'impasse", expliquent Les Echos, ajoutant que les adhérents du principal syndicat SNPL sont appelés à se prononcer, d'ici à vendredi, sur la reconduction du mouvement.

Face à cette grève, "la direction d'Air France serait-elle en train de lâcher un peu de lest ?", se demande ce matin Le Figaro. "Pour rassurer ses pilotes face au projet de développement de Transavia qu'ils considèrent comme une 'menace', la compagnie aérienne a décidé de limiter à 30 avions - et non plus 37 comme initialement prévu - la flotte de Transavia France", indique le quotidien.

 

Cabasse retourne sous pavillon français

Le Télégramme revient ce mardi sur l'annonce par la start-up montpelierenne AwoX du rachat de Cabasse, qui appartenait depuis 2006 au japonais Canon. "L'enceinte brestoise redevient française", titre le quotidien. "Ce rachat ne devrait pas entraîner de bouleversement sur le site de Plouzané (Finistère), qui emploie 34 personnes, et a réalisé un chiffre d'affaires de sept millions d'euros en 2013, précise l'article.

 

 

 

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte