L'Usine Nouvelle

L'Usine Auto

Le virage écologique chinois, une aubaine pour les équipementiers automobiles

, , , ,

Publié le , mis à jour le 10/06/2014 À 16H11

Les nouvelles règles d'émission des moteurs diesel qui entreront en vigueur en janvier 2015 en Chine sont étroitement surveillées par les équipementiers automobiles comme Faurecia.

Le virage écologique chinois, une aubaine pour les équipementiers automobiles © D.R. - Faurecia

Les équipementiers automobiles veulent tirer parti de la guerre que l'Etat chinois a décidé de livrer contre la pollution.

"D'une manière générale, nous bénéficierons de normes d'émission plus strictes en Chine car elles entretiendront la croissance de nos activités", a déclaré Liu Xiaoxing, vice-président pour la Chine de Cummins, un fabricant américain de moteurs diesel associé à au français Faurecia et pour qui la Chine représente le marché le plus important et le plus dynamique.

En janvier 2015, de nouvelles règles d'émission des moteurs diesel entreront en vigueur. La pollution est devenu un grave problème en Chine après des années de croissance à tout va et l'automobile en est le principal responsable, selon l'autorité locale chargée des questions de l'environnement.

Parmi les différentes mesures que le gouvernement chinois appliquera à compter de l'an prochain, figure un nouveau dispositif de réglementation des émissions de gazole destiné surtout à éliminer les poids lourds trop polluants.

La Chine compte également retirer de la circulation six millions de voitures polluantes et met au point un arsenal juridique destiné à réduire la consommation moyenne des véhicules, visant un objectif de 6,9 litres aux 100 km en 2015 contre 7,38 litres actuellement.

"Ce sont les équipementiers étrangers qui tireront le plus parti de normes d'émission plus strictes sur le long terme parce qu'ils ont des technologies plus avancées que les fournisseurs chinois", observe Li Jia, analyste du consultant IHS Automotive.

Dans un rapport daté du 3 juin, la banque privée suisse Bank J. Safra Sarasin cite Continental, Robert Bosch, Denso, Tenneco et Faurecia, contrôlé par Peugeot, comme équipementiers susceptibles d'aider les constructeurs chinois à prendre le virage écologique.

(avec Reuters, par Samuel Shen et Kazunoa)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte