Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le verrier SGD Pharma pourrait passer sous pavillon chinois

, ,

Publié le

Le fonds américain Oaktree a ouvert des négociations avec le chinois JIC (China Jianyn Investment) en vue de la session de SGD Pharma, leader mondial du flaconnage de verre de haute qualité.

Le verrier SGD Pharma pourrait passer sous pavillon chinois
Unité injectables sur le site de SGD Pharma à Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly (Somme).
© SGD

Le spécialiste du flaconnage en verre pour l’industrie pharmaceutique, SGD Pharma, va-t-il finalement passer sous pavillon chinois ? Son actionnaire principal, le fonds américain Oaktree, a annoncé être en discussion exclusive avec China Jianyn Investment (JIC), un groupe d’investissement spécialisé dans la gestion de fonds et la gestion industrielle. Créé en 2004, celui-ci gère 57 milliards de dollars d’actifs et 15 000 employés environ.

"Notre potentiel partenariat avec JIC nous donnera accès à de nouvelles opportunités en Asie. Il s’agit d’un investisseur de long terme. Ce qui est en accord avec notre modèle économique et notre stratégie", a commenté Jürgen Sackhoff, président de SGD Pharma. En février 2016, le fonds américain Oaktree avait annoncé lancer une "revue stratégique" de SGD Pharma en vue d’une éventuelle cession du groupe, dont le chiffre d’affaires avoisine 300 millions d’euros. Celui-ci possède cinq usines à travers le monde et emploie 2 700 salariés, dont un tiers en France.

Indépendante depuis le mois de janvier 2016, SGD Pharma est issue de l’ex division industrielle Pharmacie du groupe Saint-Gobain Desjonquères, rebaptisé SGD lors de sa reprise par le fonds Oaktree en 2010. A cette époque, le leader du flaconnage de verre cherchait à se remettre de la crise de 2009, qui avait provoqué un effondrement de ses résultats, son Ebitda atteignant 10 millions d’euros, contre 90 millions d'euros deux ans plus tôt. Pour redresser la barre, l’actionnaire américain n’avait pas hésité à transférer la dette (300 millions d’euros) sur la branche pharmacie et y à investir massivement.

Au total, en six ans, 350 millions d’euros ont été injectés dans SGD par son actionnaire, notamment dans la construction d’une nouvelle usine à Saint-Quentin-La-Motte-Croix-au-Bailly, dans la Somme.

Le rachat par JIC doit désormais être soumis aux instances représentatives du personnel. Il sera également sujet aux accords de compétition et autres réglementations, selon le groupe.

Guillaume Roussange

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus