Electronique

Le triptyque de la réussite de SAP

Publié le

Le géant européen du logiciel de gestion intégré a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires record. Selon Nicolas Sekkaki, directeur général de SAP France, cette réussite repose sur une technologie d’accélération, la mobilité et les services à la demande.

Le triptyque de la réussite de SAP © D.R.

Tout va bien pour l’éditeur de logiciels de gestion intégrés SAP. Les résultats de l’année 2011, officialisés le 25 janvier dernier montrent une progression de 14 % à 14,259 milliards d’euros du chiffre d’affaires et de 23 % à 3,371 milliards d’euros du bénéfice net. Pour Nicolas Sekkaki, directeur général de SAP France, cette bonne santé dans un contexte général difficile s’appuierait sur un triptyque vertueux : Hana, mobilité, "on demand".

Hana, pour travailler plus vite

Hana, c’est le petit nom d’une technologie qui permet de venir placer en mémoire vive les données sur lesquelles on veut travailler, au lieu de les laisser sur un disque dur, environ cent fois plus lent. L’utilisation de Hana n’oblige pas changer le logiciel applicatif lui-même. C’est, pour Nicolas Sekkaki, la raison du succès de cette offre qui a connu le plus fort démarrage commercial de l’histoire de SAP.

200 applications pour la mobilité

Les offres de mobilité s’appuient en partie sur les produits acquis lors du rachat de Sybase, avec une offre pour la gestion et la sécurisation du terminal et une autre pour le déploiement de l’application sur n’importe quel terminal et n’importe quel système d’exploitation. SAP et ses partenaires ont développé plus de 200 applications autour de la mobilité. Le chiffre d’affaires réalisé dans ce domaine reste pourtant limité, environ 100 millions d’euros, mais est en forte croissance.

Un usage "à la demande"

Le "on demand" (SAP semble préférer ce terme à celui de "cloud") marque aussi une évolution de l’approche de l’éditeur allemand. Nicolas Sekkaki le reconnaît implicitement : "il ne faut pas se leurrer, au départ, il s’agissait pour nos clients d’utiliser le "on demand" que pour quelques applications tactiques. Aujourd’hui, nous avons un engagement fort dans ce domaine, mais il faut surtout assurer le dialogue avec les applications traditionnelles. Cela sécurise nos clients". Malgré cette pragmatique prudence, SAP prévoit de réaliser 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015.

Le géant européen du logiciel poursuit donc une mue, lui qui a longtemps été taxé de rigidité. Une évolution technique et dans les usages évidents, mais qui ménage l’historique applicatif de ses clients.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte