Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le triple A des usines

Arnaud Dumas ,

Publié le

L'usine d'ArjoWiggins de Wizernes (Pas-de-Calais) a massivement investi dans la prévention et la protection. Son assureur lui a reconnu le statut « risque hautement protégé » (RHP), qui garantit la sécurité de la production et des primes allégées.

Le 22 juin, dans une cabine de conduite, nous avons eu un départ de feu d'origine électrique, se souvient Olivier Avazzeri, le directeur de l'usine d'ArjoWiggins de Wizernes (Pas-de-Calais). Le local dispose d'une tête de sprinkler qui a arrosé et éteint le feu. Les contremaîtres sont intervenus tout de suite. La machine est restée immobilisée entre un jour et demi et deux jours, sans pénaliser ni la production ni les délais. » L'histoire aurait pu très mal se terminer, surtout dans une usine de fabrication de papier. Mais le système de sécurité et une politique soutenue de prévention des risques ont permis de limiter la casse. Verdict de Pierre Engrand, l'ingénieur de compte de FM Global qui assure le groupe Sequana, la maison mère d'ArjoWiggins : « C'est un non-événement. »

Malgré cet incident, l'usine de Wizernes, qui emploie 330 personnes et produit chaque année 140 000 tonnes de papier, figure parmi les bons élèves de l'assureur. FM Global lui a attribué le statut très convoité de RHP, pour « risque hautement protégé ». Les assureurs n'attribuent ce label - le plus élevé dans le domaine de la qualité des risques et que l'on pourrait comparer à la note triple A pour les finances des États - qu'à leurs clients les plus méritants, ceux dont l'usine présente le moins de risque de sinistre. Et elles le récompensent. « Quand il y a une bonne politique de prévention, l'exposition au risque est moins élevée, donc nous assurons moins de risque et nous le reconnaissons », indique Pierre Engrand. FM Global ne souscrit pas de contrat de réassurance pour les sites RHP, ce qui limite aussi ses coûts. D'après l'assureur, la réduction de la prime, pour le passage d'un risque élevé à un risque faible, peut ainsi atteindre jusqu'à 40 %.

« Toutes les options de sécurité »

 

Le label RHP n'est toutefois pas à la portée de toutes les entreprises. Il nécessite, de la part du responsable du site, des investissements lourds à la fois en matériel et en temps. À Wizernes, l'usine d'ArjoWiggins a consacré pas moins de 600 000 euros en 2011 pour sa protection et un million l'année précédente. Récemment, le parc de chariots élévateurs a été renouvelé. Pour choisir les nouveaux véhicules, une attention particulière a été portée sur la sécurité des personnes. « Nous avons pris toutes les options liées à la sécurité : clé nominative, démarrage asservi au port de la ceinture, etc., explique Fabrice Ehrlich, le responsable de la sécurité du site. Car les accidents de chariots sont l'une des premières causes d'accidents mortels en France. »

De même, l'usine continue de faire évoluer son système d'extinction de feu automatique. Le site est déjà entièrement couvert par des têtes de sprinkler, alimentées à la fois par une cuve de 30 mètres cubes et par une pompe puisant de l'eau dans l'Aa, la rivière traversant le site. Mais dès qu'une partie des bâtiments change d'affectation, le système automatique d'incendie doit être adapté. Comme pour cet atelier de production qui doit être démonté pour devenir un lieu de stockage de bobines de papier. « Nous avons contacté FM Global, résume Fabrice Ehrlich. Nous voulions savoir si la protection était suffisante pour du stockage. Comme ce n'était pas le cas, nous devons prévoir l'investissement adéquat. »

Mais pour prétendre au statut RHP, il ne suffit pas d'investir. « Nous avons beaucoup travaillé sur le matériel, nous travaillons encore beaucoup sur les comportements », déclare Olivier Avazzeri, qui a mis en place une véritable culture de la prévention du risque dans son usine. Les installations de sécurité sont notamment surveillées à la loupe pour s'assurer de leur bon fonctionnement. Des vérifications hebdomadaires, mensuelles et annuelles sont réalisées à la fois par l'équipe chargée de la sécurité de l'usine et par des auditeurs extérieurs, dont les ingénieurs de FM Global. Près de 220 audits sont ainsi réalisés chaque année. « L'idée, c'est que chaque personne de l'usine soit auditée tous les deux ans en moyenne », explique Fabrice Ehrlich. D'ailleurs, tous les salariés bénéficient régulièrement d'une formation à la sécurité. Certains suivent également des modules spécifiques, notamment les personnes susceptibles d'intervenir dans l'une des sept zones à atmosphère explosive du site. Soucieux du détail, le directeur n'hésite pas à soigner la qualité de sa relation avec les pompiers, dont la caserne est située à quelques kilomètres. « Nous leur prêtons le site pour se former, du coup ils le connaissent bien ! » s'amuse-t-il.

La stratégie de prévention des risques de l'usine de Wizernes est ensuite diffusée au sein de Sequana. « L'objectif du groupe, c'est que l'ensemble des usines tendent vers deux certificats : RHP et QSE [pour qualité, sécurité, environnement] », affirme Olivier Avazzeri, dont le site est aussi certifié Iso 9001, 14001 et 18000.

Usines, bureaux ou simples entrepôts, FM Global assure 200 sites pour Sequana. Près de 70 d'entre eux sont visités régulièrement par les ingénieurs de la société d'assurance. Dix-huit ont obtenu la qualification RHP.

TROIS CONDITIONS POUR OBTENIR LE STATUT RISQUE HAUTEMENT PROTÉGÉ

L'engagement de la direction Pas de secret : pour y parvenir, l'initiative doit être lancée au plus haut niveau. La direction du site doit être convaincue de l'intérêt de la protection et accepter d'y consacrer de l'argent. La culture de la prévention Le personnel de l'usine doit être conscient qu'il est important de faire de la prévention. L'information et la formation régulière des salariés sont des éléments cruciaux pour assurer la sécurité. L'équipement en installations de sécurité automatisées La mise en place d'une protection par des têtes de sprinkler dans au moins 90 % de l'usine fait partie des prérequis pour l'obtention du statut RHP.

Pierre Engrand, ingénieur de compte chez FM Global

Avec le statut "risque hautement protégé", nous assurons moins de risque, donc nous le reconnaissons. Cela se répercute sur la prime d'assurance.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle