Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le tribunal rendra sa décision sur GM&S début septembre

,

Publié le , mis à jour le 01/08/2017 À 07H51

PARIS (Reuters) - Le tribunal de commerce de Poitiers a reporté lundi pour la cinquième fois sa décision sur la reprise de l'équipementier GM&S Industry et a prolongé la période d'activité de l'usine au 18 septembre, a annoncé l'avocat des salariés.

Le tribunal rendra sa décision sur GM&S début septembre
Le tribunal de commerce de Poitiers a reporté lundi pour la cinquième fois sa décision sur la reprise de l'équipementier GM&S Industry et a prolongé la période d'activité de l'usine au 18 septembre. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

Le tribunal se prononcera le 4 septembre prochain sur l'unique offre de reprise de GM&S par le groupe GMD qui propose le maintien de 120 emplois sur 277.

Il prévoit ainsi "de rouvrir les débats après avoir recueilli notamment l'avis des institutions représentatives du personnel", a dit l'avocat, Jean-Louis Borie, citant la document du tribunal.

Cette décision satisfait les salariés. "Le tribunal ne pouvait pas se dispenser de respecter les règles légales. Le comité d'entreprise va être consulté deux fois: d'une part sur l'offre de GMD et d'autre part sur le plan social qui va en découler", avait expliqué Jean-Louis Borie à la presse, à l'issue de son argumentaire devant le tribunal.

Les salariés espèrent négocier pour augmenter le nombre de personnes reprises. Ils réclament également des indemnités supralégales pour ceux qui seraient exclus de l'offre.

"Il n'y aura pas de reprise pérenne et apaisée du site de La Souterraine tant qu'on n'aura pas réglé la question de ceux qui resteront sur le carreau et tant qu'on n'aura pas réglé la question d'indemnisations des victimes", poursuit l'avocat des salariés.

Le tribunal a déjà repoussé sa décision sur le projet de reprise quatre fois en deux mois pour laisser le temps aux parties prenantes au dossier de s'entendre.

Le groupe GMD avait assorti son offre de clauses suspensives qui n'ont été levées que la semaine dernière. Il réclamait, entre autres, le versement d'un investissement de 15 millions d'euros pour moderniser l'usine, la conclusion d'un bail sur les bâtiments de GM&S et l'adhésion des salariés au projet.

Le gouvernement, qui s'est impliqué dans le dossier au début du mois de juin, a assuré que les 15 millions d'euros seraient mis à disposition du repreneur.

Il a pour cela fait pression sur les constructeurs automobiles, Renault et PSA, principaux clients de GM&S pour qu'ils participent à l'investissement et augmentent leurs commandes.

Le dirigeant du groupe GMD, Alain Martineau, a, par ailleurs, levé lui-même les clauses suspensives concernant le bail et l'adhésion du personnel.

 

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle