Le très haut débit mobile nouvelle priorité du numérique français ?

A l’occasion des 4èmes assises du numérique 2011 organisées à l’université Paris-Dauphine, le Premier ministre François Fillon est venu soutenir le nouveau plan France numérique 2020, de son ministre Eric Besson. Il dresse 57 priorités, dont la couverture à 100% du territoire en très haut débit fixe mais aussi mobile d’ici à 2025.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le très haut débit mobile nouvelle priorité du numérique français ?

"Les assises du numériques sont devenues un rendez-vous incontournable, que je n’aurai manqué pour rien au monde", lance d’emblé François Fillon, qui nous rappelle qu’il a eu un portefeuille du secteur des télécommunications sous le gouvernement Juppé, "à l’époque où un grand patron de France télécom ne croyait à pas à internet et où une grande entreprises (Bull ?) voulait une prime à l’achat de l’Etat pour vendre ses microordinateur."

Mais si le Premier ministre est là, c’est pour soutenir le plan France Numérique 2020 (et non 2012, comme il l’a répété deux fois), de son Ministre de l’industrie et de l’économie numérique, Eric Besson. Eric Besson qui avait déjà lancé, en 2008, au même endroit son plan Numériques 2012, et ses 154 priorités.

Selon François Fillon, 95% de ses priorités serait remplies. Mais le chef du gouvernement le rappelle : "Si la France a comblé son retard dans le numérique et internet, ce n’est pas grâce à une grande politique publique, mais grâce à la libéralisation et à la concurrence. Une concurrence régulée par une autorité indépendante, certes, mais, c’est une expérience à méditer pour d’autres sujets, dont ceux débattus lors de ces assises".

En l’occurrence : la ville intelligente, l’e-santé, la couverture du territoire à très haut débit… "Imaginez qu’il n’y ait qu’un seul opérateur qui impose ses règles, ses matériels", lance encore le Premier ministre.

Pour le très haut débit notamment, le plan numérique 2020 prévoit une couverture de 100% des Français en très haut débit fixe mais aussi mobile à l’horizon 2025 (70% à l’horizon 2020). Des fonds sont prévus pour le fixe dans le programme d’investissement d’avenir (2 milliards) pour des co-investissements avec les opérateurs privés.

Mais la nouvelle priorité semble être le mobile. "Nous allons attribuer les fréquences du dividende numérique, celles dégagées par la fin de la télévision analogique. Ainsi, et c’est une première, le très haut débit mobile se fera de façon simultanée sur les zones urbaines et rurales, prévient François Fillon. Et nous allons engager une réflexion sur l’avenir sur la demande exponentielle de fréquence. Un travail que je confierai au comité stratégique du numérique".

On imagine que François Fillon parle là du Conseil national du numérique, mis en place par le président de la République il y a six mois. Cette question se retrouve dans la priorité n°16 du nouveau plan, qui précise : "De premières études évaluent le besoin à 450 MHz de spectres radioélectriques supplémentaires."

Le reste des efforts d’un plan évoqué par le Premier ministre fait référence à des actions déjà entamées, comme le crédit impôt recherche dont 1 milliard irait directement irriguer la filière numérique française, les investissements du programme d'investissement d'avenir dans la nanoélectronique et l’embarqué ( 850 millions d’euros avec déjà 37 projets sélectionnés pour un peu plus de 700 milliards d'euros) ou les 2,5 du fonds national du numérique pour les services (cloud…).

Plus nouveau, l’investissement de l’Etat dans l’Open data. Son portail etalab doit être lancé lundi 5 décembre 2011. Un moyen plus original de motiver l’écosystème numérique, en donnant l’exemple.

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS