Le transfert d'activité de Basse-Indre vers Florange confirmé par ArcelorMittal

Les rumeurs étaient fondées : le groupe sidérurgique compte bien optimiser les flux et répartir à nouveau les activités entre les deux sites.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le transfert d'activité de Basse-Indre vers Florange confirmé par ArcelorMittal

Une source proche de la direction d'ArcelorMittal et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont tous deux confirmé les informations véhiculées par les syndicats le 3 décembre.

Si le Premier ministre a tenu à démentir, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 4 décembre, tout accord secret avec ArcelorMittal privilégiant un site du groupe, il a confirmé le transfert d'activité du site de Basse-Indre, en Loire-Atlantique, vers Florange, en Moselle.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Vous avez rapporté des mensonges, je tiens à les démentir de la façon la plus solennelle", a-t-il répondu au député UMP Christian Jacob, comme le rapporte l'AFP. Pas d'"accord secret" avec Mittal, mais la confirmation qu'"une partie des activités de packaging" de Basse-Indre "(est) envoyée(s) à Florange".

"Dans un contexte de surcapacités dans le secteur de l'acier pour emballage, il faut optimiser les flux" entre les deux sites, a confirmé à l'AFP une source proche de la direction d'ArcelorMittal.

Une réorganisation qui implique un "arrêt temporaire" des activités de laminage et d'étamage de Basse-Indre "sans conséquence en termes d'emplois directs", précise la source, grâce à un "redéploiement des effectifs de l'amont (transformation) vers l'aval (finition)", qui concerne entre 40 et 50 personnes.

Ainsi, selon la source de l'AFP, le site de Basse-Indre se concentrerait sur l'acier pour les boîtes de conserve, tandis que celui de Florange fabriquerait de l'acier pour les canettes de boissons.

Le délégué syndical CGT d'ArcelorMittal à Basse-Indre, Frédéric Gautier, expliquait hier la stratégie détaillée devant les syndicats par le groupe : "La direction a décidé de transférer les étapes en amont du travail de l’acier vers Florange. Le décapage et le laminage à froid sur les bobines brutes d’acier n’emploient que 60 personnes mais c’est le cœur de notre métier", regrettait-il dans les colonnes d'Ouest-France.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS