Le trafic d'ivoire en baisse, celui du pangolin en plein boom, selon l'Onu

VIENNE (Reuters) - Le trafic mondial d'ivoire s'est réduit mais celui du pangolin est en plein essor, déclare l'Office des nations unies contre la drogue et le crime dans un rapport publié vendredi qui s'appuie sur quatre années de collecte de données.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le trafic d'ivoire en baisse, celui du pangolin en plein boom, selon l'Onu
Le trafic mondial d'ivoire s'est réduit mais celui du pangolin est en plein essor, déclare l'Office des nations unies contre la drogue et le crime dans un rapport publié vendredi qui s'appuie sur quatre années de collecte de données. /Photo d'archives/REUTERS/Bobby Yip

Les décisions de plusieurs Etats, à commencer par la Chine en 2017, d'interdire le commerce d'ivoire ont semble-t-il contribué à faire baisser le trafic, qui avait connu un pic dans les années 2011-2013, observe l'ONUDC dans son Rapport mondial sur la criminalité liée aux espèces sauvages, dont la dernière édition remontait à 2016.

Dans le même temps, le trafic de pangolins - un mammifère nocturne dont les écailles sont utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise - a fortement augmenté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le rapport "apporte des bonnes et des mauvaises nouvelles", a dit à Reuters Angela Me, chercheuse à l'ONUDC.

"Il y a des marchés qui rétrécissent, en particulier l'ivoire et la corne de rhinocéros, mais on constate de fortes hausses sur d'autres marchés, comme le trafic illicite de pangolins, d'anguilles européennes."

Concernant l'ivoire, une offre excédentaire combinée aux interdictions édictées par plusieurs Etats ont contribué à faire chuter les prix, qui ont baissé de plus de moitié en Chine entre 2014 et 2018, note l'UNODC.

L'organisme estime à 400 millions de dollars (354 millions d'euros) environ les recettes annuelles générées par le trafic illégal d'ivoire.

Les saisies d'écailles de pangolin, qui proviennent essentiellement d'Afrique, ont décuplé entre 2014 et 2018. Sur cette période, 185 tonnes ont été saisies, ce qui représente quelque 370.000 animaux tués.

"Il s'agit incontestablement du mammifère sauvage qui fait aujourd'hui l'objet du plus gros trafic dans le monde", souligne le rapport.

(Francois Murphy, version française Jean-Stéphane Brosse)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS