Le tracteur d'avion "écolo" de TLD, premier lauréat du prix national de l'innovation industrielle

A l’issue d’une cérémonie à laquelle participait Arnaud Montebourg, le groupe TLD, basée à Montlouis en Indre-et-Loire, a remporté la première édition du prix de l’innovation industrielle. Cette société, leader mondial des équipements aéroportuaires a été récompensée pour son  "TaxiBot", un tracteur d’avion révolutionnaire qui permet de réduire considérablement la consommation de carburant des avions au sol.

Partager
Le tracteur d'avion

C'est gagné pour TLD. Pour conclure la 3e édition de la Semaine de l’industrie, Arnaud Montebourg a remis samedi 23 mars le prix national de l’innovation industrielle à cette entreprise, basée à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire). TLD remporte ainsi la première édition de ce concours organisé par le Ministère du Redressement productif avec l’appui d’Oséo et dont L’Usine Nouvelle était partenaire.

Un concept innovant de taxiage vert

Principal axe de développement pour le groupe : surfer sur la vague du "green taxiing" ou taxiage vert. Spécialisée dans les équipements aéroportuaires, TLD a en effet été récompensée pour son "TaxiBot". Ce concept innovant de tracteurs d’avions - ces véhicules qui transportent les appareils sur le tarmac - a été développé en coopération avec Airbus et Israel Aerosapace Industry (ISA) notamment.

Le "TaxiBot" est présenté comme le premier engin capable de transporter un appareil plein et moteurs arrêtés, de l’embarquement à la piste de décollage par exemple. Pour l’instant cette opération est réalisée de manière autonome par les avions grâce à l’utilisation de leurs réacteurs, le pilote gérant sa vitesse en freinant ce qui se révèle très consommateur en carburant. Les avions pourront ainsi être tractés sans consommer de carburant alors que la consommation annuelle de fuel pour le garage des avions représenterait une dépense de près de 8 milliards de dollars, soit 20 millions de tonnes de CO2 rejetées dans l'atmosphère.

"On a aujourd’hui un prototype qui fonctionne sur l’aéroport de Châteauroux (Indre), qui est en fin de certification, et nous aurons dans quelques mois trois tracteurs à Francfort qui seront utilisés par Lufthansa", se félicite Antoine Maguin, directeur général de LTD. Il prévoit les premières commercialisations pour 2014 et de nombreux aéroports dans le monde ont déjà montré des signes d’intérêts.

Un champion caché de l’industrie

"Je pense que tous les gens qui prennent l’avion aujourd’hui dans le monde connaissent TLD ou, au moins, ont vu nos machines", indique Antoine Maguin. TLD est donc un champion caché de l’industrie, "une entreprise de souche française mais à rayonnement international". La société réalise pas moins de 90% de son chiffre d’affaires à l’étranger et continue à prospecter pour développer de nouveaux marchés. Tout un symbole, le président de TLD, en déplacement au Moyen-Orient pour négocier de futurs contrats, était absent à cette cérémonie.

La carte d'identité de TLD :

Activité : Conception, fabrication, vente et support d’équipements d’assistance au sol des avions
Date de création : 1987
Effectifs fin 2012 : 275 (TLD Group: 900)
CA / résultat 2012 : 103 millions d'euros / 4,5 millions d'euros
Export : 90 % du CA
L’industrie et la production :
2 usines en France :
à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire) et à Saint-Lin (Deux-Sèvres) + une en construction à Sorigny (Indre-et-Loire)
2 usines en Chine (Shanghai et Wuxi)
1 aux Etats-Unis (Windsor)
1 au Canada (Sherbrook)

Malgré cette forte présence à l’international, le groupe a tenu à maintenir tant que possible sa production en France, où il a conservé près d'un tiers de ses effectifs. Pour sa nouvelle usine chargée de développer le "TaxiBot", TLD a ainsi choisi la ville de Sorigny, au sud de Tours, et prévoit d'y recruter une centaine de personnes.

Mettre en valeur les acteurs de l'industrie de demain

En pleine crise économique et écologique, le jury a donc choisi un projet novateur permettant de réduire à la fois consommation de carburant et émissions de gaz à effet de serre. Présidé par l'ancienne astronaute et désormais présidente du Palais de la découverte Claudie Haigneré, il avait un peu plus tôt dû départager les 22 lauréats régionaux du prix de l'innovation industrielle. Mais finalement, cette cérémonie qui s'est tenue dans les locaux de l'Ircam (Institut de Recherche et de Coordination Acoustique Musique) était surtout l'occasion de mettre en lumière la diversité des secteurs et la capacité d'innovation des entreprises industrielles françaises.

"La France mène trop silencieusement sa révolution industrielle, a souligné en fin de cérémonie Arnaud Montebourg, c'est une des raisons pour lesquelles nous avons voulu mettre en lumière le travail extraordinaire de ceux qui vont faire l’industrie des années qui viennent". Une opération pour le moins réussie : avec près de 3000 événements dans toute la France, cette Semaine de l’industrie aura contribuée à ouvrir les portes de nombreuses usines au grand public et donner une autre vision d’un secteur en crise mais toujours tourné vers l’avenir.

Julien Bonnet

Les lauréats régionaux du prix de l'innovation industrielle 2013

Alsace : Protechnic
Aquitaine : Amplitude Systèmes
Auvergne : Viatemis
Basse-Normandie : IPDIA
Bourgogne : Look
Bretagne : Cristalens Industrie
Centre : TLD Group
Champagne-Ardenne : LDR Medical
Corse : Corse Composites Aéronautiques
Franche-Comté : ITS-GMI
Haute-Normandie : SAB Industries
Ile-de-France : Excico France
Languedoc-Roussillon : Hexis
Limousin : DisaSolar
Lorraine : Noremat
Midi-Pyrénées : STTS Group
Nord-Pas de Calais : Leroux
Pays de la Loire : Eolane
Picardie : Devismes
Poitou-Charentes : Libner
Provence-Alpes-Côte d'Azur : Impika
Rhône-Alpes : Coval

1 Commentaire

Le tracteur d'avion "écolo" de TLD, premier lauréat du prix national de l'innovation industrielle

zelectron
25/03/2013 19h:41

En plaçant dans la lumière ces entreprises leader, Montebourg suscite de la part de concurrents potentiels des idées qui peuvent prendre forme très rapidement du fait de moyens sans communes mesure avec les nôtres. Dans l'industrie une certaine disons discrétion s'impose. On nous bat suffisamment les oreilles avec "l'intelligence économique" (le mot espionnage industriel étant "ringard" ?)

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS