Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le teillage de lin Van Robaeys Frères se dote de nouvelles capacités

, , ,

Publié le

Le groupe familial Van Robaeys Frères spécialisé dans la culture et la transformation du lin a ouvert cet été un nouveau site de production à Fortel-en-Artois (Pas-de-Calais) et envisage d’étendre les ateliers de son usine historique de Killem (Nord).

Le teillage de lin Van Robaeys Frères se dote de nouvelles capacités
Champ de lin
© Flickr/Amateur 72

Le teillage de lin Van Robaeys Frères, dont le siège est à Killem, près de Dunkerque (Nord), ouvrira en 2018 une deuxième ligne de production sur son nouveau site de Fortel-en-Artois (Pas-de-Calais), entre Arras et Abbeville. Il envisage également d’étendre les locaux de son site principal à Killem, près de la frontière belge. Le montant de l’investissement s’élève à 11 millions d’euros sur trois ans, selon les Echos.

Opérationnel depuis juin 2017, le site de Fortel-en-Artois de 8 400 m² était destiné à prendre le relais de celui de Quesnoy-sur-Deûle, près de Lille (Nord), fermé après une procédure d’expropriation dans le cadre d’un projet urbain. Plus proche des bassins de production de la Somme et du Pas-de-Calais, ce site flambant neuf a été doté d’une ligne de production à l’ouverture et emploie sept personnes. Avec la mise en place d’une seconde ligne en 2018, il comptera une vingtaine de salariés.

Quant à l’usine principale de Killem, qui abrite le siège social de l’entreprise, elle devrait compter de nouveaux bâtiments, dont la surface et la destination (production ou stockage) seront bientôt validées par les dirigeants.

Entreprise centenaire au capital familial, Van Robaeys est spécialisée dans la culture et la préparation des fibres textiles. Van Robaeys Frères emploie une centaine de salariés et a réalisé en 2016 un chiffre d’affaire de 22,164 millions d’euros.

L’entreprise gère une production de 6 000 hectares de lin (soit 6 % de la sole française), et teille 40 000 tonnes de paille par an, essentiellement à destination des filatures, et envisage de nouveaux débouchés : automobile, aéronautique, habitat... Elle dispose depuis quelques années d’un service de recherche et développement. Fils de l’ancien PDG, le nouveau dirigeant Pierre D’Arras, représentant la quatrième génération aux commandes, y a d’ailleurs travaillé pendant trois ans. Il a ensuite cofondé un bureau d’études spécialisé dans l’innovation autour de la fibre de lin et de ses coproduits, avant de revenir dans le staff de l’entreprise familiale en 2015.

Mathieu Hébert

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus