Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le taxi de demain n’aura pas de chauffeur

Publié le

Le taxi de demain n’aura pas de chauffeur © © Petr Kubik

Petr Kubik a conceptualisé une nouvelle génération de taxi, à l’apparence d’une cabine de téléphérique. « Mon concept de taxi est un robot et ne nécessite pas de conducteur ; l’ensemble des opérations se produit grâce à l’électricité », précise le concepteur. Le principe est simple : l’utilisateur appelle le taxi par téléphone mobile, la centrale de taxis trouve le taxi le plus proche, qui se dirige vers lui. L’utilisateur y dépose ses bagages et définit sa destination par la voix ou sur un écran tactile. « Tout est contrôlé par ordinateur. A l’avenir la sécurité routière ne sera plus un problème, grâce à ce système », assure le concepteur. Le paiement du trajet se fait automatiquement par lecture de la carte de crédit.

Capable d’accueillir deux personnes avec des bagages à main ou une personne avec un bagage plus vaste, il a été conçu pour résoudre les difficultés de circulation dans les grandes métropoles du monde. Il ne mesure que 2,3 mètres de hauteur et ses dimensions au sol sont de 1,6 mètre de large sur 2 mètres de long. De quoi se faufiler facilement. Une seule porte, ergonome grâce à ouverture par le haut, permet de s’installer dans le véhicule sur deux sièges confortables.

Autre particularité : il peut tourner sur lui-même grâce à deux moteurs électriques, intégrés aux roues arrière. Une troisième roue intégrée à l’avant permet d’assurer la stabilité du véhicule. Fonctionnant à l’électricité, sa batterie est intégrée dans le train à la base du taxi et se recharge en 20 heures. Evidemment, le véhicule n’atteindra pas des records de vitesse car il ne pourra atteindre qu’une vitesse maximale de 90 km / h.

Aucun prix n’a été formellement déterminé, « car ce projet est encore lointain », selon son créateur, qui ambitionne de le produire en 2010. Mais Petr Kubik estime que le prix de 55 995 euros serait un bon prix de revient, « sachant qu’il n’y a pas besoin de conduire », selon lui.

Barbara Leblanc


 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle